0 Shares 1190 Views

Mes 5 films préférés avec Anaïs Demoustier

Lucile Bellan 8 octobre 2019
1190 Vues

À l’occasion de la sortie de Alice et le maire, dont elle partage l’affiche avec Fabrice Luchini, Lucile Bellan se mouille et détermine, dans l’ordre, son top 5 des meilleurs films interprétés par Anaïs Demoustier.

Numéro 5 : À trois on y va ! de Jérôme Bonnell
C’est l’histoire d’un triangle amoureux, ou peut-être d’un trouple, c’est à voir. Un couple hétérosexuel, une femme qui apparaît, un trouble manifeste qui s’empare de chacun et de chacune. Jérôme Bonnell n’explore pas à fond la question du polyamour, préférant conserver un peu de légèreté et jouer la carte du marivaudage. À trois on y va ! est pourtant d’une grâce folle, nous faisant rapidement comprendre que cette relation multiple est vouée à l’échec, et qu’il faudra que l’un ou l’autre des tiers se sacrifie. Et c’est aussi tragique que beau.

Numéro 4 : Marguerite et Julien de Valérie Donzelli
Là encore, il s’agit d’un amour impossible. Reprenant un scénario écrit au départ pour François Truffaut, Valérie Donzelli signe un film dont la gravité n’empêche pas la fantaisie (les anachronismes sont nombreux et volontaires). L’histoire tragique de l’amour d’un frère et d’une sœur, prêts à partir au bout du monde pour pouvoir s’aimer sans être jugés, donne lieu à un film d’une tristesse infinie, où la nuit semble quasi permanente. Face à Jérémie Elkaïm, Anaïs Demoustier signe une prestation enivrante et pleine de complexité.

Numéro 3 : Sois sage de Juliette Garcias
Alors âgée de 22 ans, la jeune Demoustier incarnait ici le rôle archétypal du chien dans un jeu de quilles. Délaissée par un homme plus vieux qu’elle (Bruno Todeschini), elle vient semer la zizanie dans le village où il pensait mener une vie de tranquillité. Le tout forme un drame mâtiné de thriller dans lequel l’actrice déploie tout son potentiel, balayant un large spectre entre douceur et dureté.

Numéro 2 : Belle Épine de Rebecca Zlotowski
Le premier film de Rebecca Zlotowski est un hommage plutôt assumé au giallo italien, même si l’argument n’a rien à voir avec ce genre souvent représenté par Dario Argento. Autour d’un circuit sauvage permettant aux motards et motardes de se faire voir, la cinéaste (qui vient de sortir le film Une fille facile et la saison 1 de la série Les Sauvages) signe le manifeste d’une génération livrée à elle-même, et avide à la fois de sensations et de maturité.

Numéro 1 : Au poste ! de Quentin Dupieux
Elle n’a certes pas le plus grand rôle du film, mais Anaïs Demoustier est mémorable dans l’un des meilleurs films de Quentin Dupieux, hommage à Bertrand Blier et à Garde à vue dans lequel chaque interprète a au moins un moment de gloire (mention spéciale à Marc Fraize). Dans ce huis-clos qui se permet quelques respirations (avant que la fin ne vienne remettre pas mal de choses en question), Dupieux s’adonne à ses hobbies favoris : ciseler des dialogues, installer des ambiances visuelles différentes, favoriser le télescopage entre des acteurs et des actrices n’appartenant pas forcément aux mêmes cercles. Réussite totale.

Articles liés

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare
Spectacle
242 vues

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare

Julie Deliquet et son collectif In Vitro se saisissent aujourd’hui d’un scénario de cinéma pour l’incarner au théâtre dans un espace bi-frontal ouvert à toutes les émotions et aux spectateurs. Dans une grande maison de famille, parents et enfants...

Marina Cars au Sentier des Halles
Agenda
110 vues

Marina Cars au Sentier des Halles

Voici bon nombre de questions cruciales auxquelles Marina tentera de vous répondre. Le public peut-il dormir pendant un spectacle ? Est-ce que c’est mieux un médecin qui s’appelle Robert ou Roberto ? Faut-il laver ses soutiens-gorge fréquemment ? Y...

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth
Agenda
79 vues

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth

2020 marquera le 10ème anniversaire de la galerie Mathgoth qui a décidé de débuter l’année sous les auspices de 11 peintres à la technique incroyable et dont les œuvres flirtent en permanence avec l’hyperréalisme. D’où le titre évocateur de...