0 Shares 2443 Views

Boris Godounov en fauve blessé à l’Opéra Bastille

©Agathe Poupeney

Le metteur en scène Ivo van Hove, dont on a pu admirer « Les Damnés » à la Comédie Française, monte l’opéra magnifique de Moussorgski dans sa version originale, dépouillée des ballets et des histoires d’amour. Une fable implacable sur le pouvoir, portée par de formidables chanteurs.

Cinéma et gigantisme en direct

©Agathe Poupeney

Ce qui frappe avant tout dans cette production du Flamand Ivo van Hove, c’est le dépouillement du plateau surmonté en son milieu par un monumental escalier rouge sang. De part et d’autre, des draps noirs, au dessus desquels sont installés des écrans géants, projetant avec un effet de loupe les personnages en action en bas. L’heure n’est pas au folklore, et si Modeste Petrovitch Moussorgski (1839-1881) fut un compositeur très attaché à la valorisation de la culture russe, l’histoire qu’il nous conte, d’après Pouchkine et l’historien Karamzine, est celle du désespoir d’un homme valeureux, rongé par la culpabilité et le poids des responsabilité face au peuple russe exigeant et affamé de pain et de justice.

Esclave du peuple et de ses fantômes

©Agathe Poupeney

Il y a du Macbeth dans ce personnage de tsar élu, dans un empire rongé par la corruption et la famine, qui attend son seigneur comme un messie. De Shakespeare que le metteur en scène a monté abondamment, nous voyons la violence sourde, avec la récurrence de la mort du tsarévitch assassiné, et dont la légende russe veut que l’assassin soit Boris. Dès lors, le choix de la scénographie de Jan Versweyveld et des vidéos de Tal Yarden agissent pour souligner l’isolement, la solitude du jeune tsar, humaniste pris au piège de ses idéaux, et finalement victime du peuple injuste et de religieux intrigants et fielleux. La démultiplication des choeurs à l’écran, innombrables visages et corps pesant sur la couronne, et surtout celle des enfants blonds, en sweat rouge, incarnés ensuite sur le plateau, injectent un réalisme obsessionnel et tragique.

Des interprètes magnifiques

©Agathe Poupeney

Incarnant Boris pour la première fois, mais certainement pas pour la dernière, la basse russe Ildar Abdrazakov est un bouleversant héros, qui allie subtilement autorité naturelle et fragilité. Timbre chaleureux et puissant, modulation précise des harmonies et projection parfaite, le chanteur se pose aussi en comédien accompli avec une simplicité et une présence tout à fait remarquables. A ses cotés, l’ensemble des interprètes ne dépareille pas. Sous la baguette précise du chef Vladimir Jurowski qui connait son livret, la Xenia de Ruzan Mantashyan est subliment veloutée, Evdokia Malevskaya prête sa voix cristalline à Fiodor, Maxim Paster compose un Chouïski diablement ambivalent et Ain Anger un Pimène à la voix ténébreuse et ensorcelante, du haut de son mètre quatre vingt dix. Evgeny Nikitin, magnifique Varlam et Dmitry Golovnin, Grigori, sont poignants. Les choeurs de l’Opéra de Paris, s’ils semblent noyés au début dans l’immensité de la scénographie, se rassemblent rapidement en se concentrant au second acte pour être au diapason de ce très beau spectacle.

Hélène Kuttner

Articles liés

Dire Brel – Théâtre Les Déchargeurs
Agenda
10 vues
Agenda
10 vues

Dire Brel – Théâtre Les Déchargeurs

Dire Brel, 40 ans après sa mort. Evoquer sa pensée, d’artiste et d’homme. A partir de ses chansons et de l’entretien Brel parle, réalisé à Knokke en 1971, faire réentendre sa poésie, ses textes, la force de ses chansons,...

La vie à l’envers de Jo Brami – Théâtre de Dix Heures
Agenda
12 vues
Agenda
12 vues

La vie à l’envers de Jo Brami – Théâtre de Dix Heures

Depuis trop longtemps, la vie se déroule toujours dans le même sens, et maintenant on peut affirmer que ça marche de moins en moins bien (surtout vers la fin).  Et si justement on commençait par la fin ? La vie ne...

Ciao Amore Ciao –  Café de la Danse
Agenda
20 vues
Agenda
20 vues

Ciao Amore Ciao – Café de la Danse

La vie et l’oeuvre de Luigi Tenco, amant de Dalida, icône de la chanson italienne des années 60. Ciao Amore Ciao est une réinvention intériorisée de l’univers musical de Luigi Tenco, véritable icône de la chanson italienne des années 60, amant...