0 Shares 936 Views

Césaria Évora : la voix de Cap-Vert

Le Cap-Vert est une nation-archipel en Afrique : nation aux influences multiples, ancienne colonie portugaise et pays d’Afrique de l’Ouest, sa musique en est profondément marquée. Sa plus grande représentante en est le profond reflet, Cesária Évora.

Sodade
Née dans une famille de musiciens, Cesária Évora grandit dans une colonie européenne. Son père joue de plusieurs instruments aux origines diverses et son enfance est marquée par la mort de celui- ci alors qu’elle n’avait que sept ans. Elle entre alors dans un orphelinat. Là, elle apprend la chanson, elle grandit et se fait un petit nom dans sa ville.

Petit Pays
Après l’indépendance, le Cap-Vert devient un pays autoritaire. Les bars ferment et la chanteuse se retire. Durant dix ans elle continue de chanter pour ses proches mais aucun disque ne sort. Pour fêter l’indépendance du Cap-Vert, un projet d’enregistrement de voix de femmes est monté et Cesária Évora y est conviée. Elle décolle pour Lisbonne. Peu de temps après, en 1987, sort l’album de la diva aux pieds nus. Elle rencontre alors José, un franco-cap verdien, ce dernier est fasciné par la chanteuse et veut la faire connaître au monde.

Mar Azul
À ce moment-là, sa carrière fait un bond de géant. Elle quitte son île et part aux quatre coins du monde pour partager sa voix. Elle reçoit récompenses et hommages et ses albums se vendent plutôt bien. Mais partout où elle va, elle amène avec elle alcool et cigarettes. Ses addictions auront raison d’elle, elle en mourra en 2011.

La diva aux pieds nus
Elle aura quatre enfants et en perdra deux. Cesária Évora n’a jamais eu la vie facile mais a toujours fait preuve d’abnégation, de gentillesse et de simplicité. Au Cap-Vert se mélangent plusieurs styles de musiques dont la morna qui est utilisée pour parler de la souffrance du peuple. La morna c’est un style de musique triste qui vient du Cap-Vert et qui, à l’image de son peuple porte beaucoup de souffrances. En cela Cesária Évora est sûrement la plus belle porte-étendard de la culture de l’archipel. Évora chante la souffrance de son peuple, de l’homme en général, sa nostalgie. La sodade c’est un sentiment d’espoir, de nostalgie. C’est un mélange de plein de choses que vous pouvez découvrir dans les chansons de Cesària Évora.

Jacques-Emmanuel Mercier

Articles liés

“Mais t’as quel âge ?!”, un portrait humoristique de toutes les générations
Agenda
121 vues

“Mais t’as quel âge ?!”, un portrait humoristique de toutes les générations

Jeune ou vieux tout est relatif… une chose est sûre, vous appartenez à une génération ! Vos petites habitudes vous ont dénoncés. Et elles sont drôles ces petites manies. Pour relativiser le cap de la trentaine, Marion Pouvreau dresse...

Une invitation à la paresse au Théâtre de la Cité Internationale
Agenda
129 vues

Une invitation à la paresse au Théâtre de la Cité Internationale

« Paressons en toutes choses, hormis en paressant. » dixit Lessing, écrivain allemand. Une chambre devient le théâtre d’une réflexion politico-poétique sur un sujet connu de tous : le travail. Librement inspiré du Droit à la paresse, manifeste social écrit par Paul...

Le collectif Visual System s’installe au théâtre du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, afin de vous présenter “Circonvolution”
Agenda
147 vues

Le collectif Visual System s’installe au théâtre du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, afin de vous présenter “Circonvolution”

Visual System propose de s’approprier par le biais du son et de la lumière le théâtre du Centre Wallonie-Bruxelles | Paris. La performance mettra en scène l’installation réalisée pour “A Circular Journey” à l’Atomium en 2018. Elle s’en inspirera...