0 Shares 1192 Views

Cold Showers : « Tout art est en définitive un reflet d’expériences, influencé par un monde changeant. »

Antoine Ruiz 17 juin 2019
1192 Vues

Groupe de post-punk fondé en 2010 à Los Angeles, Cold Showers fusionne la puissance effrontée des shoegazers avec les compulsions vaporeuses des new-wavers. Trois ans après Matter Of Choice, le groupe californien revient sur le devant de la scène avec un troisième opus – Motionless – enregistré dans leur propre studio.

Après avoir parcouru le domaine du post-punk synthétisé de manière experte pendant près de 10 ans, Cold Showers s’aventure dans un son pop plus développé, familier pour les adeptes, mais plus sophistiqué et luxuriant que leurs œuvres précédentes. Artistik Rezo rencontre Chris King, le guitariste et producteur du groupe.

Quelle histoire narrez-vous avec votre nouvel LP Motionless ?

Tout d’abord, le monde qui nous entoure a énormément changé et, comme tout art est en définitive un reflet d’expériences, notre production a naturellement été influencée par les changements qui nous entourent – qu’ils soient politiques, sociaux, économiques ou environnementaux. C’est autour de ces mouvements que le concept de Motionless se situe.

Toujours aussi post-punk et vibrant, ce nouveau projet semble pourtant plus pop, plus luxuriant, plus sophistiqué. Pourquoi ? S’agissait-il de le rendre plus accessible ?

En ce qui nous concerne, nous sommes un groupe pop. Nous avons toujours rejeté les étiquettes de genre et de scènes et avons essayé d’écrire les meilleures chansons pop possibles, en utilisant les sons et les timbres que nous voulions entendre. Je ne peux pas parler pour les autres membres, mais pour moi personnellement, la musique a toujours été un moyen d’exprimer tous les sentiments et les émotions que j’ai, que je ne peux pas exprimer. Et comme avec chaque disque, notre capacité d’écriture de chanson, nos connaissances de la production et notre confiance ont augmenté, nous donnant ainsi une palette plus large à partir de laquelle exprimer tous ces sentiments.

Au bout de trois opus, comment définiriez-vous votre signature ? La patte créative de Cold Showers ? Avec vos propres mots.

Charcuterie wave, sashimi gaze. Quelque chose comme ça. Ça vous parle ?

Vous semblez avoir un rythme de trois ans entre chaque projet, avez-vous peur de la page blanche ?

Mes seules craintes dans la vie sont les hauteurs, les toilettes publiques et vivre ma vie selon les conditions de quelqu’un autres que les miennes. Nos enregistrements prennent tout le temps nécessaire jusqu’à arriver à un niveau de satisfaction complet, et il se trouve effectivement que cela a entraîné un écart d’environ trois ans entre chaque enregistrement. Nous sommes humains avant tout, et nous avons des vies en dehors de la musique.

Comment fonctionnez-vous en équipe, pour écrire, produire et enregistrer ?

Nous laissons notre ego à la porte et nous fusionnons toutes les idées de chacun jusqu’à ce que quelque chose colle. Nous écrivons tous à travers tous les instruments à notre portée, quelle que soit notre programmation actuelle à un moment donné. La grande majorité de nos chansons commencent comme une sorte d’extrait, puis nous affinons la partie que nous aimons le mieux, nous démolissons tout le reste et nous reconstruisons tout autour de cet élément, de sorte qu’au moment où la chanson est finie, quelque chose de grandiose se distingue nettement de la démo originale. En fait, nous avons l’intention de servir la chanson, comme un plat laborieux à concocter dans un restaurant gastronomique.

 

Êtes-vous prêt à remonter sur scène pour présenter votre nouveau bijou ? Quelles sont vos prochaines performances à venir ? Surtout celles où vous avez le plus hâte.

Nous arrivons à la fin de notre première tournée européenne, qui a été une expérience merveilleuse et si enrichissante. Nous aurons notre propre show de sortie de disque le 11 juillet à The Echoplex à Los Angeles et une série de dates aux États-Unis et au Mexique.

Avec qui seriez-vous prêt à collaborer à l’avenir si vous en aviez l’occasion ?

Ils sont nombreux… mais si je peux en citer quelques unes, je dirais Havoc, Charli XCX, Graine De Bug, Blonde Rousse, Nosaj Thing, ou encore Projet Pat.

Déjà de nouveaux projets en tête ?

Dès que nous serons de retour à Los Angeles, je commencerai enfin à prendre un peu de temps pour travailler sur mon autre projet, qui consiste essentiellement à collaborer avec un ami différent sur chaque nouveau morceau et à explorer des sons qui ne rentrent pas dans l’univers de Cold Showers. Sinon, le groupe va également travailler sur un EP avec nos chers amis Death Bells.

Propos recueillis par Antoine Ruiz

Articles liés

Hahaha, La Vache qui rit récidive
Agenda
78 vues

Hahaha, La Vache qui rit récidive

Lab’Bel, le fonds de dotation du Groupe Bel, produit depuis 2014 de l’art accessible à tous avec la complicité d’artistes contemporains de renom comme Daniel Buren, Wim Delvoye…Cette année c’est Mel Bochner qui s’est plié à l’exercice.   Pour...

Hom Nguyen, invité d’honneur du nouvel espace d’exposition NatachaDassault Art Gallery
Agenda
330 vues

Hom Nguyen, invité d’honneur du nouvel espace d’exposition NatachaDassault Art Gallery

Pour son exposition inaugurale, Hom Nguyen est l’invité d’honneur de NatachaDassault Art Gallery. Dans le prolongement géographique de Not a Gallery (NAG), un nouvel espace d’exposition dédié à la création contemporaine internationale – NatachaDassault Art Gallery – invite pour...

La fanfare décadente au Cirque Électrique
Agenda
101 vues

La fanfare décadente au Cirque Électrique

Enfin, enfants ! Sortez vos parents ! Pour les 25 ans du Cirque Electrique, nous avions l’envie de reprendre quelques fondamentaux du cirque : piste en 360°, numéros qui se succèdent, orchestre électrique, fanfaronnade, bouffonneries et clowns, aucun fil...