0 Shares 2832 Views

Fischerspooner sort son nouvel album Sir

Antoine Ruiz 20 mars 2018
2832 Vues

© youtube.com

Après neuf ans d’absence, le duo mythique de la scène électro-clash new-yorkaise revient avec un nouvel album, intitulé Sir. Entre torses nus, murmures érotiques et rencontres d’un soir, Fischerspooner exploite l’univers gay avec sensualité.

Neuf ans d’absence se sont écoulées entre Sir, sorti le 16 février 2018, et leur précédent album Entertainment, dont la sortie avait laissé sous-entendre une possible fin de Fischerspooner. Composé de Warren Fischer (producteur) et de Casey Spooner (chanteur), le duo américain revient sur scène avec 13 nouveaux titres sulfureux surfant sur les sonorités entraînantes des années 90. À la croisée de Depeche Mode (version ultra libertine) et du trio lesbien MUNA, Fischerspooner propose une plongée dans l’univers torride homosexuel.

 

Une révolution pour les playlists des clubs gays

Sir marque un retour plutôt électro-pop, qui suit les courants de la pop féminine actuelle. Pour ce nouvel opus, le duo a d’ailleurs collaboré avec Michael Stipe (de R.E.M.), ainsi qu’avec plusieurs autres artistes actuels comme Caroline Polachek (vocaliste du groupe Chairlift), BOOTS (connu pour avoir travaillé avec Beyoncé, Run The Jewels et FKA Twigs) et Holly Miranda. Lors d’une entrevue avec la radio américaine NPR, Fischerspooner revendique opter pour un rythme qui soutient la qualité plutôt que la quantité.

Le premier single, nommé “Have Fun Tonight” et sorti en juin 2017, avait annoncé le grand comeback du duo. Le concept artistique et esthétique autour de la masculinité était alors clair. Après la sortie de “Togertherness” et de “Butterscotch Goddam”, c’est le single “TopBrazil” qui a marqué l’arrivée de l’album, notamment avec la diffusion de son clip bien plus qu’osé mettant en scène le chanteur dans une véritable orgie scintillante.

 

Parmi les différents morceaux de l’album, on y trouve de nombreuses provocations érotiques, une certaine arrogance, mais aussi de multiples confidences intimistes et émotionnelles. Loin du rocambolesque #1, le premier album du duo sorti en 2001 où figure leur plus gros hit “Emerge”, Sir est une véritable mise à nue, à la fois fière mais honnête autour de la communauté homosexuelle.

 

La fierté gay comme force antipolitique américaine 

Outre les références sur la culture gay, à propos des réseaux sociaux de rencontres, dans “Discreet” par exemple, ou concernant les clubs exclusivement réservés aux hommes dans “Dark Pink”, le meilleur se trouve finalement dans les chansons les plus soft, où le chanteur se livre sans remords sur ses désirs et pulsions qui, selon lui, définissent l’homme dans son intégralité. L’album devient alors une sorte de résistance contre la politique de Trump où s’affirmer sexuellement devient une arme et une forme de protestation.

Fischerspooner était d’ailleurs de passage à Paris et figurait dans la programmation d’une soirée Bizarre Love Triangle le 16 décembre 2017, au Maxim’s. Plus qu’à attendre leur prochaine tournée !

 

Antoine Ruiz

Articles liés

L’actualité de l’art contemporain
Art
75 vues

L’actualité de l’art contemporain

L’automne est un rendez-vous incontournable pour l’art à Paris. Musées, fondations, galeries et associations profitent de l’effervescence suscitée par la FIAC et sa cohorte de collectionneurs ou amateurs d’art venus souvent de l’étranger pour l’occasion. C’est donc aussi le...

FoRTE lance sa 3e édition le 8 novembre
Art
50 vues

FoRTE lance sa 3e édition le 8 novembre

Le lancement de cette nouvelle édition du fonds régional pour les talents émergents (FoRTE) est attendue puisqu’il concerne une cinquantaine de jeunes artistes par an. Créé en 2017 et doté de 1 M€ par an, ce fonds est un véritable...

Komunuma, dédié à la création artistique
Art
61 vues

Komunuma, dédié à la création artistique

L’ensemble dédié aux arts, conçu par le promoteur Fiminco, dans le quartier de la ZAC de l’Horloge, à Romainville sera inauguré le 20 octobre. Il réunira de nombreux acteurs culturels, aussi bien publics que privés. Ce site, baptisé Komunuma (« communauté »...