0 Shares 420 Views

Lōv : “J’ai envie d’être libre dans ma musique”

Élodie Pochat 2 février 2021
420 Vues

© Jade Le Bloas

La jeune chanteuse Lōv nous a dévoilé le 15 janvier 2021 son nouveau single Désert. Sur une prod planante et un flow nonchalant mi-rappé mi-chanté, elle nous y fait une démonstration de ce qu’elle nomme son “rap extensible”. Rencontre avec une artiste aux multiples talents qui voudrait mettre un peu de love dans nos vies à travers ses chansons.

Quel est ton parcours ? Comment en es-tu arrivée à la musique ?

Depuis que je suis petite, ma mère m’a toujours réveillée avec de la musique (Georges Brassens, Serge Gainsbourg). À Saint-Raphaël, ma ville d’enfance, il y avait un disquaire passionné chez qui l’on pouvait trouver tous les disques que l’on voulait. Mon père fait de la guitare alors on chantait ensemble. Ma mère est aussi très créative donc j’ai eu une enfance très libre par rapport à la création ! J’ai fait un BAC art appliqué car je voulais partir dans la mode quand j’avais 15 ans, puis vers le graphisme, ce pourquoi j’ai fait une prépa d’art pour rentrer à l’École cantonale d’art de Lausanne en Suisse. J’ai eu mes concours mais j’ai voulu changer de branche alors je suis partie en Espagne pour devenir prof de kitesurf (le sport en général est ma deuxième passion). On a beaucoup voyagé avec mon fiancé pour exercer ce métier un peu partout dans le monde ! Lorsque l’on est revenu en France, on a fait une école de boulangerie puis on a repris la boutique de mon père à Cannes pendant trois ans. On a vendu la boutique et on est parti à Barcelone pendant trois mois car on voulait y monter des boulangeries. C’est à Barcelone, que j’ai rencontré un prof de chant qui faisait de la musique jazz, et j’ai commencé à travailler ma voix avec lui. J’ai commencé à écrire des textes et je me suis lancée sur des concours sur Instagram, et j’ai été postée en avril !

C’est là que le premier confinement a été mis en place.

Oui, j’étais revenue en France peu avant, et j’ai pu me consacrer à la musique dans l’arrière-pays niçois où mon père a un chalet avec une ferme. J’ai pu me reconnecter avec moi-même et en deux mois, j’ai écrit une centaine de textes. Je chantais peut-être 10h par jours ! C’est de là que j’ai eu le déclic et que j’ai voulu me lancer dans la musique. J’ai d’ailleurs pu venir chanter Lov de toi sur Skyrock pour Planète Rap.

Lov de toi, c’est aussi un clip :

Peux-tu nous présenter l’équipe qui t’accompagne dans cette aventure ?

HP, mon fiancé, est très présent dans ma vie. Il est avec moi quand je suis en studio et c’est ensemble que l’on va monter une boulangerie ! C’est en pensant à lui que j’ai écrit mon premier single Lov de toi ! C’est le tout premier à être présent pour moi et c’est notre amour qui me donne envie de me surpasser ! Ensuite, après avoir fait le concours sur Planète Rap, Alexandre Vizioz, dirigeant du label X-Ray Production, m’a appelée et on a commencé à travailler ensemble. Ce que j’ai adoré dans ce label, c’est qu’il soit intéressé davantage par la musique en elle-même plutôt que par le business qu’elle peut engendrer. On a tous cette passion en commun et il n’y a pas de m’as-tu-vu. En ce qui concerne les clips, Jade Le Bloas, la réalisatrice, est une amie de lycée. On faisait déjà de la musique ensemble et comme elle est de deux ans mon aînée, je la vois comme une grande sœur très artistique et créative. Elle est vraiment une réalisatrice merveilleuse ! Elle m’a alors présenté Lisa Vasseur, la styliste, qui est très douée ! De même pour Sandra Perez, chorégraphe et amie avec qui j’ai travaillé la chorégraphie dans Désert. On est vraiment une super équipe ! Tout le monde mérite d’aller plus loin !

Dans quel état d’esprit as-tu écrit ce morceau Désert ?

À 12 ans, j’ai lu l’Alchimiste de Paulo Coelho. C’est un livre extraordinaire qui a été important pour ma construction personnelle. C’est l’histoire d’un berger qui part à la recherche d’un trésor. Le message que ce livre véhicule est que le véritable trésor pour chacun de nous est le chemin en lui-même que l’on effectue pour atteindre le bonheur, qui serait le trésor qu’on pense viser, alors que c’est le fait même de le chercher qui est déjà un trésor ! J’ai écrit cette chanson l’été dernier et j’ai choisi le thème du désert car c’est un endroit où l’on se retrouve seul avec soi-même et où il faut affronter des conditions de vie difficiles. Lorsque j’écoute de la musique, je prends confiance en moi pour affronter la vie. J’ai toujours été dans la recherche du bien, d’où mon nom Lōv. On vit dans un monde rempli de critiques, où la méchanceté peut être commune. Mais je pense que cette période est finie ! Je me bats pour la sincérité, l’amour de soi et des autres. C’est un peu utopiste mais c’est le monde dans lequel j’aimerais vivre ! Et j’essaie de m’entourer de gens qui préfèrent comme moi l’amour et la passion au business. Cette chanson est un message autant pour moi que pour les autres !

Quel est ton processus de création ? Qu’est-ce qui t’inspire ?

J’écoute beaucoup de sons et la plupart du temps, les miens me viennent d’un coup ! Parfois j’ai mon texte en 30 minutes. Je suis assez proche de la nature, j’ai par exemple un rapport très fort à l’eau, et le mot “horizon” revient très souvent dans mes textes. Je fais aussi beaucoup d’improvisation en dansant. Les gestes me font trouver des mots. Au début, je me suis plus tournée vers le rap en français car, même si j’ai toujours écouté plus de musiques anglaises, ma langue natale est le français alors j’ai plus de facilité pour jouer avec les mots en français. En ce moment, j’essaie de développer l’aspect “jazz” de ma voix, de faire un mélange entre des couplets plus saccadés, et des refrains qui eux sont plus chantés. J’ai envie d’être libre dans ma musique et de ne pas rester dans des cases musicales. En mars, ça va faire un an que j’écris. Ça ne fait pas si longtemps et je veux pouvoir prendre le temps de me découvrir.

© Jade Le Bloas

Est-ce que tu vas venir t’installer à Paris ?

Absolument pas ! En ce moment, je suis à Saint-Raphaël et je vais à Paris quand il faut monter pour Planète rap, pour des évènements ou pour aller voir mon label par exemple, mais sinon je ne suis pas sur Paris et ce n’est pas prévu pour l’instant. En plus, ce n’est pas Paris qui m’inspire. C’est vraiment l’horizon, les minéraux, la nature, tout ce qu’il n’y a pas à Paris !

Penses-tu devoir faire un choix entre la boulangerie et la musique ?

J’aimerais pouvoir faire les deux projets en même temps : avoir mon business avec la boulangerie car c’est un métier qui me passionne, et faire aussi de la musique. Je suis une bosseuse donc je n’ai pas peur de manquer de temps ! Je suis assez hyperactive et j’ai besoin de remplir mes journées ! De toutes façons, il faut vivre au jour le jour et se battre pour se donner la vie qu’on a envie d’avoir. Alexandre Vizioz m’a justement signée car il savait que j’avais un projet à côté et que je ne comptais pas uniquement sur la musique. La musique, c’est ma passion donc si j’en fait, c’est pour faire de la musique et pour rien d’autre ! Être connue et gagner plein d’argent, ce n’est pas ce qui me motive. Comme je n’ai pas ces préoccupations-là, je suis vraiment libre !

Quels sont tes projets musicaux ?

L’album devrait arriver l’année prochaine. Un album est une sorte d’accomplissement personnel qui nécessite un long travail alors il faut un temps de réflexion. Mais avant l’album, on aimerait sortir l’EP avant l’été.

Vous pouvez retrouver Lōv sur Facebook, Instagram, Tik Tok et Youtube.


Propos recueillis par Elodie Pochat

Articles liés

Jordan Boury : “Un festival pluridisciplinaire qui offre une plateforme à ceux qui en ont besoin”
Spectacle
326 vues

Jordan Boury : “Un festival pluridisciplinaire qui offre une plateforme à ceux qui en ont besoin”

À seulement 20 ans, Jordan Boury a déjà pu se produire à travers le monde. Ce talentueux danseur s’attaque à un nouveau défi : la direction artistique d’un festival pluridisciplinaire, Efferv&Sens, qu’il a co-créé à Poitiers. D’où t’es venue l’idée...

Johanna Tordjman : “Sans quelqu’un pour me raconter son histoire, je ne vais nulle part”
Art
238 vues

Johanna Tordjman : “Sans quelqu’un pour me raconter son histoire, je ne vais nulle part”

Artiste pluridisciplinaire fascinée par la révolution d’internet des années 90 qui a caractérisée son enfance, Johanna Tordjman réinterprète la pratique du portrait en peinture en la combinant avec des techniques digitales. Rencontre avec une artiste autodidacte et engagée. Comment...

Découvrez Pess et son clip “Jeunesse”
Agenda
146 vues

Découvrez Pess et son clip “Jeunesse”


Pess est un 
rappeur originaire de 
Lyon
, aujourd’hui installé à 
Clermont 
Ferrand
. 
Il présente 
Jeunesse
, deuxième extrait 
de son projet 
Caméléon Acte 2
, dont la 
sortie est prévue le 
12 mars
. “Sortir par 
le toit”, le premier single a...