0 Shares 669 Views

Miloé : “Je cherche à m’évader à travers la musique”

Rencontre aujourd’hui avec Miloé un jeune artiste rappeur ambitieux et très prometteur. Je vous propose de le découvrir à travers cet interview. 

Comment as tu commencé la musique ? 

Depuis toujours, j’ai grandi dans une famille qui vivait avec la musique, ma mère chantait et jouait de la guitare, elle me jouait des berceuses en musique. Depuis tout petit je baigne vraiment dans cet univers. C’est vers l’âge de 8/9 ans que je me suis mis à écrire des textes, mais c’était surtout pour rigoler. C’est vers la période du collège que j’ai commencé à écouter beaucoup de rap, Bigflo et Oli, Nekfeu mais aussi le premier album de Lomepal (” Le singe fume sa cigarette”) qui m’a beaucoup marqué. J’avais vraiment peur du regard des gens, autour de moi personne ne savait que j’écrivais et que je rappais, même ma famille ne le savait pas. J’ai fait écouté quelques trucs que j’avais enregistré à mon meilleur pote et il a été mon premier avis critique.

Qu’est-ce que la musique t’as apporté ?

J’ai fait une pause dans la musique, jusqu’a ce que j’arrive au lycée et là j’ai décidé de vraiment m’y mettre. J’ai participé à énormément de concours ce qui m’a apporté beaucoup de visibilité. Les concours et les passages à Planet Rap m’ont permis d’avancer et d’évoluer. Ça m’a aussi apporté de la reconnaissance, de la prise au sérieux mais avant tout de la fierté pour mes proches et moi, même si je ne tombe pas dans l’euphorie non plus. La musique elle, m’a apporté de belles rencontres. De base je suis aussi quelqu’un de très anxieux qui cherche à m’évader à travers la musique, elle est pour moi comme une sorte de psychanalyse.

Qu’est-ce qui t’inspire le plus ?

De manière général ce qui m’inspire le plus pour écrire, c’est le fait d’essayer de transmettre de bonnes choses à ceux qui m’écoutent. J’aime crée de la musique qui me fait du bien et des sons qui font du bien aux autres. J’essaye d’être toujours plus qualitatif et professionnel au possible, ça compte beaucoup pour moi. La performance, tout en donnant toujours le meilleur de soi même. La musicalité d’une instrumentale m’inspire aussi beaucoup. Au niveau de la réalisation et des visuels je suis inspiré par l’artiste Georgio et ses clips. Le mood dans lequel je suis joue beaucoup aussi, si je suis triste ou au contraire si j’ai passé une bonne journée. Pour terminer, mes relations m’ont apportés des choses très différentes et m’ont donc beaucoup inspirés, parce qu’elles m’ont fait passer par différentes émotions.

Raconte nous ta première musique, comment elle était ?

Le thème de ma première musique, c’était sur le fait que personne ne savait que je rappais, je me demandais comment mes proches allaient réagir. Je l’avais posté sur Soundcloud et à l’époque j’avais reçu quelques retours de gens que je connaissais pas, c’était de bons retours qui m’encourageais. Un an plus tard, j’avais oublié l’existence de cette musique et je suis retombé dessus par hasard. Avec une prise de maturité j’ai décidé de la montrer à mes parents. Ça m’a apporté énormément de confiance.

Dans ton processus créatif tu fonctionnes comment ?

Ça dépend, au début j’utilisais que des instrus que je trouvais sur  Youtube. Maintenant je travaille surtout avec des beatmakers et une équipe. Je leur donne des idées directrices, des thèmes que j’aimerais aborder et ils composent en fonction. Il m’arrive encore aujourd’hui d’acheter des instrus sur Youtube. L’instru va me guider avec ses sonorités et le texte me vient. J’essaye de mettre des mots sur ce que je pense, comme si c’était des poèmes et des schémas de mots. Ensuite je pose dans ma chambre, puis j’enregistre en studio. Je fais aussi des freestyles, dans ce cas là j’utilise des prods déjà existantes. Tous les jours je fais de la musique, soit je pense, j’écris ou j’enregistre des maquettes. La musique c’est ma passion et ce qui me fait vibrer.

Est-ce que t’as un message particulier à transmettre à travers tes musiques ?

J’aime créer de la musique qui me fait du bien et des sons qui font du bien aux autres. Je veux transmettre des émotions particulières comme la joie, avec mon nouveau titre ou au contraire des sons plus tristes en parlant de ce qui m’est arrivé pour que les gens se sentent compris.

Tes influences ?

Les artistes que j’écoute le plus que ce soit Jok’air, y’a d’ailleurs une vibe de mon nouveau single Miel avec son titre “Las Vegas”. Je pense que j’ai aussi une vibe à la Columbine, avec Lujipeka et Foda C. Y’a aussi le morceaux “Nos souvenirs oubliés”, de Nusky et Vaati, qui m’a marqué et me marque toujours car il reste mon morceau préféré de tous les temps. En bref ce sont les musiques les plus chill qui m’épanouissent le plus, qui me ressemblent le plus.

Quels sont tes projets futurs ?

J’ai déjà sorti un premier single en janvier 2021, mon prochain objectif est de sortir le 2 avril mon nouveau single “Miel”, il sera lui aussi disponible sur toutes les plateformes. Il raconte une histoire d’amour qui fonctionne et qui apporte beaucoup de positif. C’est une belle histoire, qui retranscrit mon univers. Ensuite j’ai pour objectif d’envoyer encore 1 ou 2 singles, puis cette année, d’envoyer un EP de 6 titres qui serais disponible avant novembre, donc la fin de l’année. Je cherche à faire un EP qui reprend mon univers, mais je suis aussi intéressé par l’idée de sortir une mixtape. Aujourd’hui j’essaye aussi d’apprendre le piano pour composer ma propre musique. J’ai toujours été très impressionné par des artistes qui s’accompagne seul. J’aimerais continuer dans une voie plus professionnelle.

On aimerait bien remplir nos playlist, c’est quoi tes sons favoris en ce moment ?

Il y a eu plusieurs grosses sorties mais récemment je me suis pris une énorme claque avec l’album de Hatik “Vague à l’âme.” Mes sons préférés sont “Barrières”, ce que j’adore c’est l’instrumentale, il y a aussi “Daron dès demain” et “En paix.” Je vous recommande vraiment d’aller l’écouter. En ce moment j’écoute aussi des vieux sons de S Crew, mais aussi “Ce soir” le son de Doums en feat avec Nekfeu, qui est très lourd. Je peux aussi vous recommander “Mistral” de Bushi, un artiste du collectif Lyonzon, c’est une reprise de Mistral Gagnant, comme Booba a pu le faire avec son titre Pitbull.

Et bien entendu on vous conseille de streamer à fond le nouveau titre de Miloé  “Miel” disponible le 2 avril sur toutes les plateformes de streaming.

Suivez Miloé sur son Instagram

Propos recueillis par Ségolène Geoffroy

Articles liés

Brigitte de Thélin, sa rencontre avec la culture Navajos : “Your art is your heart”
Art
139 vues

Brigitte de Thélin, sa rencontre avec la culture Navajos : “Your art is your heart”

Rencontre avec l’artiste française Brigitte de Thélin, qui nous immerge le temps d’une interview dans l’histoire émouvante de l’art traditionnel Navajos et des peintures de sables médicinales. Bonjour Brigitte, avant de plonger dans l’univers des Navajos, pourriez-vous vous présenter,...

La galerie Kamel Mennour lance sa première vente NFT avec le collectif Obvious
Agenda
146 vues

La galerie Kamel Mennour lance sa première vente NFT avec le collectif Obvious

Kamel Mennour s’associe au collectif Obvious pour présenter son premier projet sous forme de NFT. Le collectif Obvious, composé de trois jeunes artistes français, fut parmi les pionniers de la création avec l’intelligence artificielle, à la frontière de l’art,...

Rencontre avec Marion Louisa, à l’initiative d’un tour de France des savoir-faire
Art
226 vues

Rencontre avec Marion Louisa, à l’initiative d’un tour de France des savoir-faire

Marion Louisa est une créative dans l’âme avec une passion communicative du vêtement et de la mode. Elle est attachée à rapprocher la création à la transmission et au partage. Marion s’est appropriée le média vidéo à merveille pour...