0 Shares 2292 Views

A Chaillot, la troupe de Pina Bausch en format XXL

Thomas Hahn 27 juin 2019
2292 Vues

Tanztheater Wuppertal, Alan Lucien Øyen : Bon voyage, Bob © Mats Bäcker

Le Tanztheater, la danse-théâtre, était le royaume de Pina Bausch. Dix ans après son décès, le Norvégien Alan Lucien Øyen est l’un des premiers chorégraphes à être invités pour créer une grande pièce avec la célèbre troupe de Wuppertal. Les interprètes, jeunes ou anciens, y brillent comme acteurs autant que par la danse.

On avait découvert ses spectacles comme Kodak à Chaillot – Théâtre National de la Danse. Il y revient aujourd’hui, dans le cadre de la saison du Théâtre de la Ville. Avec Bon voyage, Bob, Alan Lucien Øyen voit large. Comme Pina Bausch. Au revoir, Bob est une pièce avec entracte, dont chaque partie dure une heure et demie, c’est rare dans le monde de la danse. Mais pour être précis, le jeune Norvégien a son propre style entre danse et théâtre.

Alan Lucien Øyen : Bon voyage, Bob © Mats Bäcker

Harmonie de l’ancien et du nouveau

Et on sait parfaitement que les interprètes du Tanztheater Wuppertal sont aussi de grands acteurs. Certains le prouvent depuis des décennies et sont de véritables vedettes, aussi connus que les étoiles des plus grandes compagnies de ballet, d’autant plus que personne ne les oblige à partir à la retraite dans le plus bel âge d’interprète, comme c’et le cas à l’Opéra de Paris. Dans Bon voyage, Bob on voit donc Rainer Behr, Nazareth Panadero, Andrey Berezin, Nayoung Kim et autres Héléna Pikon, bonifiés par le temps. Ces visages-là sont inséparables de l’histoire de la troupe.

Alan Lucien Øyen : Bon voyage, Bob © Mats Bäcker

Et puis, il y a une nouvelle génération qui apporte une énergie très contemporaine. La relève est là, et elle est toute aussi internationale. Le fait d’inviter de nouveaux chorégraphes à créer avec la troupe est toute aussi nouveau et répond à l’épineuse question de l’avenir d’un ensemble qui a été dirigé par un.e chorégraphe vedette et n’a jamais interprété d’autres œuvres que celles de sa directrice (ou de son directeur). Après tout, on ne voudrait pas qu’une troupe devienne un mémorial vivant. En même temps, il faut que la troupe de Wuppertal continue à jouer les œuvres de Pina Bausch. Aujourd’hui, la troupe a trouvé un bel équilibre entre les deux.

Alan Lucien Øyen : Bon voyage, Bob © Mats Bäcker

Couples, espionnage et mystères

Dans Bon voyage, Bob, Øyen qui travaille autant come metteur en scène que comme chorégraphe, adopte d’emblée une approche beaucoup plus théâtrale que Pina Bausch en son temps. Il tend des fils narratifs qui ne cessent de se croiser, de s’entrechoquer, de se perdre et de ressurgir. Il les tisse à partir d‘histoires de couples, d’espionnage, de coups de fil, de mystères et de la présence de la mort. Où chaque interprète est autant acteur que danseur, où on parle, où les prénoms sont les mêmes à la scène et à la ville, où la danse surgit comme de l’inconscient, quelque part entre le réel et le rêve, rappelant les ambiances et la sève poétique d’une Carolyn Carlson.

Alan Lucien Øyen : Bon voyage, Bob © Ursula Kaufmann

Tous ces fils suggérés dans la première partie auraient mérité d’être démêlés après l’entracte. A la première, donnée à Wuppertal en juin 2018, la pièce perdait alors le fil, dans les souvenirs et les émotions des protagonistes ou dans des évasions superflues. Entretemps, Øyen et la troupe ont eu une année pour resserrer les boulons de la dramaturgie. Le voyage de Bob continue…

Thomas Hahn

Articles liés

Le K-Live Festival vous donne rendez-vous sur les réseaux sociaux
Agenda
75 vues

Le K-Live Festival vous donne rendez-vous sur les réseaux sociaux

À défaut de pouvoir se retrouver dans l’espace public, autour de nouvelles fresques ou dans l’écrin précieux du Théâtre de la Mer, le K-Live a imaginé une semaine de rendez-vous sur ses réseaux sociaux : le K-Live Keep in...

Ritual Inhabitual : “Nos travaux s’inscrivent dans les interstices de différentes disciplines”
Art
124 vues

Ritual Inhabitual : “Nos travaux s’inscrivent dans les interstices de différentes disciplines”

L’art et la science ont en commun de questionner le monde en rendant visible l’invisible. L’association Ritual Inhabitual révèle les fils qui tissent leur réalité artistique, emplie d’une approche scientifique inédite : un résultat d’une puissance esthétique et poétique...

La Galerie Daltra lance une exposition de photographies et d’art urbain
Agenda
71 vues

La Galerie Daltra lance une exposition de photographies et d’art urbain

Dès cet été la Galerie Daltra s’installera dans un nouvel espace à Megève entièrement dédié à l’art contemporain. Divisé en deux parties, ce nouveau local permettra de présenter simultanément une exposition temporaire, et les réalisations des artistes phares de la galerie, axée...