0 Shares 1455 Views

À ma place vous Ferrier quoi ? Divertissement au Théâtre de l’Atelier

© Thibault Grabherr

La comédienne et metteure en scène Julie Ferrier propose un cabaret théâtral qu’elle revendique comme étant foutraque et débridé, quoique articulé autour du personnage de Martha, maître de cérémonie, qu’elle incarne joyeusement. Pour parvenir au divertissement souhaité, les ingrédients multiples se mélangent pour un public disposé à prendre la place du rieur.

Le spectacle part volontairement dans toutes les directions, croisant l’excentricité, la coquinerie à l’esprit potache, l’absurde à la vulgarité assumée. Pour cela, les comédiens usent de multiples disciplines, sachant jouer la comédie, chanter et danser. Il ne faut pas chercher un fil directeur mais plutôt se laisser emporter par les ficelles qui ont pour point commun de vouloir faire rire le spectateur, n’hésitant pas à le mettre à contribution à travers des séquences interactives.

La petite troupe énergique, quatre hommes en alternance autour de Julie Ferrier, est capable d’enchaîner des numéros de clowns à des chansons au timbre sûr et il ne faut pas s’étonner de voir débouler des jongleurs ou des personnages en roller. Avec plus d’une corde à leur arc, les comédiens proposent d’originales chorégraphies et les animaux sont de la partie, à commencer par un chien bien dressé et nommé Dame qui séduit le public.

©Thibault Grabherr

Le rythme d’ensemble est dynamique, quoique sur un tempo à plusieurs vitesses. Le défilé de mode, le sketch du cow-boy ou le dialogue entre Ken et Barbie font alterner quelques longueurs à des rebondissements. Julie Ferrier a beaucoup d’idées et a su s’entourer de comparses prêts à se travestir, à jongler et à donner la réplique avec un grain de folie.
Cette comédienne qui passe ici de la diva à la cagole n’hésite pas à jouer les ouvreuses dans la cour du théâtre avant de diriger le public déjà amusé.

Après un démarrage qui décolle quelque peu laborieusement, s’étirant dans la salle encore allumée, l’équipe prend le cap de la fantaisie. Pour construire ce cabaret théâtral, il fallait un bon sens de l’observation et une franche drôlerie, ce que combine Julie Ferrier dont l’objectif affiché est de faire rire et de détendre des spectateurs friands de cette forme déjantée.

Emilie Darlier-Bournat

Articles liés

Coco : “J’aime laisser le public dans la recherche et dans l’interrogation”
Agenda
180 vues

Coco : “J’aime laisser le public dans la recherche et dans l’interrogation”

Auparavant cadre dans un milieu éloigné de l’art, Karima Guemar, alias Coco, s’est tournée vers l’art abstrait suite à une remise en question professionnelle. Pouvez-vous vous présenter et exposer votre parcours ? Je suis Karima Guemar, alias Coco, et...

Alice Leloup : “La danse classique est une lutte contre la gravité.”
Spectacle
104 vues

Alice Leloup : “La danse classique est une lutte contre la gravité.”

Entretien avec une danseuse de l’Opéra de Bordeaux. Elle nous partage sa découverte de la danse contemporaine, sa vision de danseuse classique, ainsi que le quotidien confiné d’un danseur. Comment as-tu découvert la danse ? Ça a commencé très tôt,...

Le MaMA Festival & Convention 2020 : l’annonce des premiers artistes !
Agenda
117 vues

Le MaMA Festival & Convention 2020 : l’annonce des premiers artistes !

Comment imaginer, projeter, programmer, construire un festival dans un monde à l’arrêt ? Sacré challenge en ces temps bouleversés… Et pourtant, il n’a jamais été autant question du besoin de se retrouver, de partager, d’échanger sur nos métiers, leurs...