0 Shares 2199 Views

Akoreacro plonge “Dans ton cœur” : acrobatique !

© Richard Haughton

Alliance d’une compagnie de cirque au top de la performance artistique et d’un metteur en scène plein d’idées et d’humour, Dans ton cœur est un formidable spectacle de cirque, d’humour et de tendresse sur le thème du couple à découvrir de toute urgence à la Villette avant une tournée. En musique s’il vous plaît !

Le couple en morceaux

© Richard Haughton

On dirait du Magritte. Le metteur en scène Pierre Guillois, co-auteur de Bigre, Molière 2017 de la comédie, a accepté l’invitation de la compagnie Akoreacro qui souhaitait développer son écriture artistique et musicale autour d’un thème. Le couple, depuis son coup de foudre jusqu’à son explosion en passant par tous les égarements d’une vie quotidienne, électrique, robotique, est donc le cœur du problème. Cette rencontre entre un metteur en scène et une compagnie d’athlètes virtuoses, tous musiciens et chanteurs, tient de la réussite totale. Investissant un chapiteau circulaire, ils sont douze acrobates et musiciens, dont Claire Aldaya, voltigeuse légère comme une brindille, est la princesse. Une femme pour onze hommes, aux muscles rutilants, débordant de désir pour une femme au charme ensorcelant, au regard malicieux et torride, qui a plus d’un tour dans son sac et surtout une puissance, une énergie insoupçonnée dans un corps gracile de gazelle.

Une virtuosité phénoménale

On les découvre donc, ces hommes rugissants, courant après cette femme effarouchée. La batterie s’ébat d’un tempo tectonique, le pianiste se prend pour Tchaïkovsky et la flûte fait une fugue jazzy : c’est enfin la rencontre sur un tapis roulant, à plusieurs mètres d’altitude, à l’horizontale ! Naissance du couple, les bébés suivront, et l’électroménager envahit progressivement l’espace. Virtuoses, les acrobates le sont qui sautent, agissent comme des automates d’un quotidien stressant, marionnettes en équilibre instable d’une géométrie tragique et burlesque. Claire Ayalda touche très peu terre, téléphone vissé à l’oreille, biberon sous le bras, projetée par tous les hommes d’un côté à l’autre de la scène, fusée au poids plume qui traverse l’espace de manière surréaliste. Les hommes disparaissent sous des machines à laver qui marchent, le frigo devient un personnage à fréquenter, avant que la robotique à la Chaplin ne se déglingue avec l’arrivée d’une séductrice latino en robe à paillettes.

Musique en direct

© Richard Haughton

L’histoire cabossée d’un couple, vêtu de blanc et de rouge passion, se raconte aussi par la musique, chaleureuse et brillante, jouée en direct par des musiciens perchés sur la structure du chapiteau. L’érotisme des corps, la séduction, la parade, la jalousie sont déclinés par les acrobates qui eux-mêmes réalisent des prodiges : contorsions en suspension, projections gracieuses des voltigeurs, bascule insensée des athlètes, qui se retrouvent plus souvent la tête au sol, travestis, danseurs, loubards ou nageurs olympiques ! L’inventivité et la perfection des numéros, réalisés avec un humour joyeux et une ironie mordante, font de ce spectacle un joyau artistique pour tous publics. On se prend à avoir peur, à rêver, à fredonner la musique avec eux, oubliant presque les années de travail et d’effort physique exigées pour chaque numéro. Sensations de prouesse, bonheurs de spectateurs, éveil à l’imaginaire, tout y est. Bravo.

Hélène Kuttner

Articles liés

Avana, un groupe de rock alternatif qui nous réserve de belles surprises
Musique
154 vues

Avana, un groupe de rock alternatif qui nous réserve de belles surprises

Rencontre avec Al Rasheed, Lord Simon, Don Rafael, et Sir Thomas,  membres du groupe émergent bordelais Avana. Quelques mots sur l’origine du groupe, son nom et le rôle de chacun ? C’est l’histoire de trois potes de lycée qui...

Nicolas Barrome Forgues : “C’est un peu comme si Jérôme Bosch ou Salvador Dalí dessinaient du Bob l’Éponge”
Art
362 vues

Nicolas Barrome Forgues : “C’est un peu comme si Jérôme Bosch ou Salvador Dalí dessinaient du Bob l’Éponge”

Nicolas Barrome Forgues nous entraîne dans son univers coloré et fantastique. Il nous raconte la façon dont il fait de l’image et la décline. Peux-tu te présenter en quelques mots ? Je m’appelle Nicolas Barrome Forgues, je suis originaire...

Cárdenas, Mon ombre après minuit – Maison de l’Amérique latine à partir du 1er septembre
Agenda
146 vues

Cárdenas, Mon ombre après minuit – Maison de l’Amérique latine à partir du 1er septembre

La Maison de l’Amérique latine à Paris est heureuse d’annoncer sa réouverture le mardi 1er septembre 2020 avec son exposition dédiée à l’œuvre graphique de l’artiste cubain Agustín Cárdenas. Si l’artiste cubain est internationalement reconnu comme l’un des grands...