0 Shares 1285 Views

Béjart ! Versailles ! La fête !

Thomas Hahn 4 avril 2018
1285 Vues

Béjart fête Maurice © Laure N Pasche

Béjart ! Versailles ! La fête !

Quatre jours à l’Opéra Royal du Château de Versailles ! Le Béjart Ballet Lausanne (BBL) fait la fête à Maurice Béjart, son fondateur, qui nous a quittés il y a dix ans. Gil Roman, qui dirige désormais la compagnie, a même créé une pièce en hommage au maître : « t’M et variations… » Le BBL en XXL !

La compagnie arrive en France avec un petit retard, Béjart ayant fondé le BBL en 1987. Mais il faut accorder à Gil Roman de commencer les festivités à Lausanne plutôt qu’en France, même si Maurice Berger, qui se nomma Béjart en hommage à la comédienne et épouse de Molière, quitta la France pour une brillante carrière à Bruxelles en fondant le Ballet du XXe siècle et puis à Lausanne, où il créa le BBL il y a trois décennies.

Béjart fête Maurice © Gregory Batardon

Aujourd’hui, la troupe donne autant les pièces du répertoire Béjart qu’elle invite des chorégraphes à créer des œuvres originales. Et son directeur, Gil Roman, n’est pas en reste. t’M et variations est son hommage à Béjart, mais aussi une suite de variations sur le thème de l’amour en général et de la nécessité intérieure de la danse. Un ballet intense, plastique, plein de passion et porté par la musique contemporaine du groupe Citypercussion (Thierry Hochstätter & jB Meier), interprétée live sur le plateau.

Béjart fête Maurice © Ilia Chkolnik

Gil Roman entend adresser une lettre à Béjart et conçoit donc une pièce aussi emportée qu’intime, avec des gestes chorégraphiques inédits et d’autres où l’on reconnaît le style du maître, ineffaçable de l’histoire et de l’actualité de la danse. Le BBL est une troupe qui travaille dans la continuité, sans oublier d’ouvrir de nouvelles portes. La musique de Citypercussion, par exemple, se situe dans une inventivité et une sensibilité qui doivent beaucoup à Pierre Henry, qui fut un compositeur de choix pour Béjart, avec la Messe pour le temps présent.

Béjart fête Maurice © Francette Levieux

Le second programme, Béjart fête Maurice, est une sorte de best of raisonné, un bouquet des meilleurs moments des créations de Béjart, composé par Gil Roman pour offrir au public un spectacle dynamique, fluide, alternant entre moments intimes et grands ensembles et bien sûr une soirée de grandes musiques très diverses, de Beethoven à The Residents, Rossini ou Duke Ellington. Les extraits viennent d’un florilège de grandes œuvres de Béjart : IXe Symphonie, Hamlet, Dibouk, Bakhti et autres. Une invitation à traverser l’œuvre de Béjart comme celui-ci traversait les cultures du monde.

Thomas Hahn

Articles liés

« Xenolith » – Diversité de l’art contemporain japonais – Galerie LJ
Agenda
16 vues
Agenda
16 vues

« Xenolith » – Diversité de l’art contemporain japonais – Galerie LJ

La Galerie LJ est heureuse de retrouver pour la 2e année consécutive Matt Wagner (Hellion Gallery, Portland) comme commissaire de son exposition estivale. Après l’été 2017 consacré au Mexique, Matt Wagner propose pour cet été 2018 un focus sur la scène contemporaine japonaise. Les 8 artistes exposés reflètent la vitalité et la diversité des médiums, […]

Portrait de l’artiste Don Mateo par Stéphanie Lemoine
Art
554 vues
Art
554 vues

Portrait de l’artiste Don Mateo par Stéphanie Lemoine

« Tu ne viens pas ici par hasard », prévient d’emblée Don Mateo. La presqu’île de Thau, quartier populaire de Sète, est ce qu’on appelle pudiquement un quartier sensible. Cela sied bien, justement, à la sensibilité de l’artiste, qui joue sa pratique dans la rencontre et le dialogue avec les passants. Au printemps dernier, il était venu […]

« Le triomphe de l’amour aux Bouffes du Nord »
Spectacle
283 vues
Spectacle
283 vues

« Le triomphe de l’amour aux Bouffes du Nord »

Sur un plateau bucolique, Le triomphe de l’amour révèle en réalité les échecs cuisants de l’amour dès lors qu’il se pare de masques et de tricheries. Cette comédie entre soupir désabusé et rire franc plonge le public dans un marivaudage classique. En ouverture de la pièce, le contexte et l’intrigue sont exposés longuement par le […]