0 Shares 1116 Views

“Les Bijoux de pacotille”, une bague au deuil

©Pierre Grosbois

Dans la pièce Les Bijoux de pacotille qu’elle a écrite et qu’elle interprète, Céline Milliat Baumgartner narre sans pathos la mort tragique de ses parents alors qu’elle était enfant. À travers cet hommage joliment rendu, le spectacle se déroule tout enveloppé d’une volonté d’alléger le drame.

Frêle et la voix presque adolescente, Céline Milliat Baumgartner place son personnage sous le signe d’une fraîcheur invaincue. Alors que c’est son propre traumatisme qu’elle transmet, elle opte en effet pour un texte et une interprétation jamais pesants. Après l’accident survenu une douce nuit de juin 1985 entre Paris et Fontainebleau, seuls quelques bijoux de la femme ont pu être restitués à la famille. Tout le reste a brûlé, la voiture et les deux corps côte à côte. Pour la fillette devenue adulte, le cliquetis des nombreux bracelets de sa mère, qu’ils soient précieux ou en toc, devient une sorte de bruissement enfoui dans la mémoire tel un doudou, un son familier et rassurant qui représente la figure maternelle. Bercée par ce souvenir qui incarne la féminité, Céline Milliat Baumgartner donne à entendre dans son monologue le même tintement quasiment joueur et charmeur. La narration raconte l’intime sur un fil primesautier et offre au public les inoubliables moments d’enfance, les joyeuses atmosphères familiales, les vacances en bord de mer, l’admiration de la petite fille pour le père, princier à ses yeux. On sent alors comment se comportaient ces jeunes parents attachants et heureux, comment ils vivaient pleinement leur amour tout autant que leur métier, respectivement d’actrice et de dessinateur, et de quelle moelleuse protection ils entouraient leurs enfants, Céline ayant un frère cadet.

©Pierre Grosbois

Autant que les mots, le jeu de la comédienne se tisse avec le sourire. Formée également à la danse, l’interprète occupe seule le plateau avec fluidité, le pas gracieux et le mouvement souple. Habillée d’une simple robe bleu clair, elle échange un moment ses bottines contre des chaussons roses de petit rat et lentement, évoquant une cadence de boîte à musique, elle se déplace quelques instants en s’étirant vers le ciel. De même qu’elle se grandit en faisant les pointes, elle reste tout au long du spectacle toujours aérienne et ne sombre jamais dans la tragédie. Le choix est clairement affirmé de demeurer de bout en bout dans la fragilité.

La mise en scène de Pauline Bureau se pose avec harmonie sur cette histoire personnelle. Les deux femmes se connaissent et ont travaillé ensemble plusieurs fois. Leur proximité et leur complicité ont trouvé ici un espace de rencontre intime. Pauline Bureau souligne le scintillement de la vie en apportant sur le plateau des films en noir et blanc qui tantôt jaillissent d’une malle, tantôt se répercutent sur un grand miroir apposé obliquement au-dessus de la scène. Et l’écume de la mer, dans cette tonalité délicate, se répand magiquement sous les pieds de la comédienne qui semble sautiller au bord de la plage. Les reflets du passé se fondent ainsi sans brutalité, la violence de la mort des parents se dissémine sous le présent et l’esquisse d’une chanson finale sertit définitivement le drame de couleurs finement pastel.

Émilie Darlier-Bournat

Articles liés

Les rencontres d’Arles 2018
Agenda
22 vues
Agenda
22 vues

Les rencontres d’Arles 2018

Avec environ 30 expositions, les Rencontres d’Arles s’affirment comme un observatoire de la création actuelle et des pratiques photographiques. Des rapprochements au sein de la programmation se déclinent comme des séquences. Ils permettent d’identifier des rubriques et favorisent, année après année, un suivi au plus près des évolutions de la photographie… Départ imminent pour la […]

Electric Sideshow – Vice – Cirque Electrique
Agenda
71 vues
Agenda
71 vues

Electric Sideshow – Vice – Cirque Electrique

Concert de Cirque entre l’irrévérence de la contre-culture et l’étrangeté du Sideshow, le Cirque Electrique plonge dans les souterrains des envies indociles… Sous la toile du vieux chapiteau : un monde, un univers, une hétérotopie où douce violence et joyeux désordre se coudoient avec impertinence. Podium central. Public debout. Feulement d’amplis. Crissement de talons. Gestes […]

Trois contes de Borges – En salle le 4 juillet
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

Trois contes de Borges – En salle le 4 juillet

Les Trois contes de Borges adaptent, dans leur langue originale, trois textes du célèbre écrivain argentin Jorge Luis Borges : El otro, El disco et El libro de arena. Trois récits fantastiques où se monnaient les objets de l’éternité qui, à portée de main, mettent en péril nos rapports au temps, à l’image, au langage. […]