0 Shares 1193 Views

Claudia Tagbo : “Le stand-up, c’est de l’énergie brute. Le défi permanent”

© BIG G

Bosseuse et déterminée, la comédienne Claudia Tagbo vit la vie avec autant d’intensité que de souplesse et nous livre ses réflexions sur les choix qu’elle a faits dans son parcours.

Claudia, pour ceux qui ne te connaissent pas, pourrais-tu te présenter ainsi que ton parcours ?

Je suis Claudia Tagbo, comédienne.  J’ai commencé par du théâtre dit classique après une maîtrise en art du spectacle option théâtre à Paris 8. J’ai très vite commencé les petits rôles aussi bien au théâtre, qu’au cinéma ou à la télévision.

Tu as quitté la Côte d’Ivoire à 13 ans, que te reste-t-il comme souvenir de ton enfance, la vie de famille en Côte d’Ivoire ?

J’ai de très bons souvenirs de la Côte d’Ivoire. Je me souviens en particulier d’avoir déjà joué des scènes de théâtre en primaire. Là, d’où je viens, la notion de famille n’est pas juste liée au sang ou à l’ADN… c’est la fonction qui nous structure, elle-même souvent liée à des impératifs de vie. La vie est dure mais toujours généreuse. La notion de premier de cordée est un principe appliqué depuis la nuit des temps.

Comment as-tu décroché tes premiers rôles ?

J’ai eu la chance d’avoir des professeurs à l’université qui étaient aussi des directeurs de compagnies et qui, très vite, m’ont proposé des rôles. Ça ne payait pas, mais c’était formateur.

Théâtre, stand-up, téléfilm, cinéma…, une création prolifique et variée. Les Stoïciens disent que notre vie est action, que nos initiatives dépendent de nous. Comment ton parcours s’est-il mis en place, s’agit-il de de bonnes décisions au bon moment ou crois-tu au destin ? 

Les deux mon commandant ! Je suis persuadée que tout est écrit, mais que nous avons la responsabilité ou la liberté d’interpréter ou de choisir la manière de jouer la partition. “Devant ces mystères qui nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs” comme disait Cocteau.

D’où vient cette passion pour l’humour ?

Je ne sais pas si je suis drôle, ni même si j’ai une passion pour l’humour. C’est une rencontre qui m’a démontrée que j’avais l’énergie pour. J’ai accepté de la vivre.

DR

Pourquoi avoir choisi le stand-up à un certain moment ?

Pour la même raison évoquée plus haut, le stand-up c’est de l’énergie brute, un défi permanent. On entre dans l’arène sans savoir comment le lion va vous dévorer ce soir. Comme on dit chez moi, “tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse ne peuvent que chanter la gloire du chasseur” ; je suis le chasseur du stand-up.

Quelle a été ton expérience la plus marquante dans ta carrière ?

Mon rôle dans le téléfilm Fatou la malienne. Je jouais tante Hawa, un rôle fort qui allait à l’encontre de ce que je suis. Jouer ce rôle m’a donné beaucoup de souplesse.

Quel est ton lieu préféré pour te produire à Paris ?

L’Olympia

Comment vois-tu l’évolution de ta carrière ?

Pièces de théâtre, film, téléfilm, séries… La rentrée commence à être un peu vague. La pièce de théâtre devra attendre la réouverture des scènes de spectacle et la fin de l’état d’urgence sanitaire… et on ne sait pas encore quelle trace cela va laisser.
Est-ce que le public va vouloir partager tout de suite ? C’est un moment d’intimité. Le théâtre, le cinéma sont des “médias chauds” : on fait un avec la salle…
Le film, le projet, le public… est-ce qu’en sortant de cette période on aura envie de se mélanger aux autres ? Toute la question est là.
J’ai deux téléfilms en route pour France 2 et des pastilles pour les réseaux. Je suis dans l’attente…

Avec qui aimes-tu travailler ou as-tu aimé travailler dans le passé ?

Jean Becker dans « Bon Rétablissement » Virginie sauveur pour « Le Temps des Égarés »… J’aime être une actrice disponible pour un réalisateur qui sait où il veut aller.

Tu peux recommander un jeune talent à découvrir ?

Jeffrey Jordan !

Retrouvez toute l’actualité de Claudia Tagbo sur son site Internet.


Propos recueillis par Eleftheria Kasoura

Articles liés

Frac de Marseille : des artistes engagés, dans un écrin de Kengo Kuma
Art
269 vues

Frac de Marseille : des artistes engagés, dans un écrin de Kengo Kuma

Le Frac (Fonds régional d’art contemporain) Provence-Alpes-Côte d’Azur inaugure le nouveau projet de la directrice Muriel Enjalran par l’invitation de trois artistes avec un focus sur le Portugal et la présentation d’un court-métrage. La collection est composée de plus...

“America Latina”, le nouveau film des Frères d’Innoncenzo
Agenda
128 vues

“America Latina”, le nouveau film des Frères d’Innoncenzo

America Latina, nouveau film des Frères d’Innoncenzo, sortira en salle le 17 août 2022. Massimo Sisti est dentiste. Il a tout ce dont il pouvait rêver : une sublime villa et une famille aimante. Mais un évènement va bouleverser...

Le géant Elektric Park Festival revient pour une 12e édition les 3 et 4 septembre !
Agenda
133 vues

Le géant Elektric Park Festival revient pour une 12e édition les 3 et 4 septembre !

Le géant Elektric Park Festival revient en grande pompe les 3 et 4 septembre prochain sur l’île des Impressionnistes. Etienne de Crécy, Vladimir Cauchemar, Arnaud Rebotini, Mr. Oizo, Vortek’s… plus d’une centaine d’artistes sont prévus sur 5 scènes pour...