0 Shares 750 Views

“Comme tu me veux” ou la fascination des apparences à l’Odéon

Hélène Kuttner 16 septembre 2021
750 Vues

© Simon Gosselin

Au Théâtre de l’Odéon, Stéphane Braunschweig monte l’une des dernières pièces de Luigi Pirandello, alors que le dramaturge italien s’exile à Berlin, en 1929, avec la jeune actrice Marta Abba. Au croisement de deux pays gagnés par la dictature fasciste, la pièce dessine le  fascinant destin d’une inconnue qui ne cesse d’échapper aux fantasmes des uns et des autres. Choé Réjon l’incarne superbement dans une mise en scène d’une éblouissante clarté.

D’une décadence à l’autre

© Simon Gosselin

Nous sommes à Berlin dans les années 20, et la ville grouille de liberté, de provocation et de sexualité débridée. L’écrivain en vogue Carl Salter, incarné par le machiavélique Claude Duparfait, ne cesse de manipuler sa maîtresse, une danseuse de cabaret, qu’il souhaite dominer sans le pouvoir, alors qu’elle-même n’échappe pas à la pression affective de la fille de l’écrivain, Mop, et au siège amoureux d’une flopée de prétendants qui envahissent l’appartement. Stéphane Braunschweig a cerné le plateau nu et miroitant de lourds rideaux de velours vert, suprême provocation théâtrale, comme pour signifier que la transgression des codes, des usages, de la vérité et de la morale serait le fil conducteur d’un récit qui ne cesse de perdre le spectateur. Qui est cette brune héroïne qui semble dominer sa sensualité en donnant à chacun sa part de fantasme ? Et pourquoi un dénommé Boffi, avec son maquillage intriguant de photographe mystérieux (Sharif Andoura) pense-t-il reconnaître la jeune femme qui serait en vérité Lucia, la femme de son ami Bruno ?

Un asile de fous en Vénétie

© Simon Gosselin

Chloé Réjon incarne avec une grande maîtrise ce personnage de femme morcelée, tiraillée entre deux mondes, amnésique de sa propre histoire car donnée pour morte par sa propre famille. Devant un écran de ruines causées par la première guerre mondiale, le personnage d’Elma-Lucia est le visage des femmes violées, sacrifiées, massacrées par les soldats de l’armée austro-hongroise dans le Nord de l’Italie. Arrachée à son amant berlinois, elle acceptera donc de rejoindre son mari Bruno en Vénétie où l’attendront la tante, Annie Mercier, fabuleuse et monstrueuse, et l’oncle, Alain Libolt, provinciaux à la raideur bourgeoise, auxquels elle s’offre en robe blanche de fiancée dans un salon au faste mussolinien. Pour comprendre que les retrouvailles en Italie avec son mari, dix ans après, n’obéissaient qu’à des intérêts financiers et des questions d’héritage. Pirandello complexifie l’histoire en ramenant en Italie l’amant berlinois flanquée d’une jeune internée, formidable Cécile Coustillac, qu’il dit être la vraie Lucia ! Qui croire ? La littérature, la fiction, le théâtre, nous souffle l’auteur, qui eux n’imposent aucune vérité. Car ce personnage de Lucia, la lumière, symbolise justement cette liberté de penser et d’agir hors de toute prison du réel. Métaphore du théâtre, et de l’art en général, la pièce multiplie les pistes et les faux-semblants comme les strates d’une explosion qui laisse le spectateur soufflé.

Hélène Kuttner

Articles liés

Nomi-Nomi présente son nouveau spectacle musical “Dans Ma Ville” au Théâtre Lepic
Agenda
55 vues

Nomi-Nomi présente son nouveau spectacle musical “Dans Ma Ville” au Théâtre Lepic

Nomi-Nomi, révélation du spectacle pour enfant, vient jouer son nouveau concert-spectacle Dans Ma Ville à Paris au Théâtre Lepic jusqu’au 2 janvier 2022. La ville de Nomi-Nomi c’est Paris. Mais cela pourrait être tout aussi bien être la vôtre. Micro...

La Fracture – de Catherine Corsini en sélection officielle pour la compétition du Festival de Cannes
Agenda
75 vues

La Fracture – de Catherine Corsini en sélection officielle pour la compétition du Festival de Cannes

Raf (Valéria Bruni Tedeschi) et Julie (Marina Foïs), un couple au bord de la rupture, se retrouvent dans un service d’Urgences proche de l’asphyxie le soir d’une manifestation parisienne des Gilets Jaunes. Leur rencontre avec Yann (Pio Marmaï), un...

La compagnie XY et le chorégraphe Rachid Ouramdane présentent Möbius à La Villette
Agenda
56 vues

La compagnie XY et le chorégraphe Rachid Ouramdane présentent Möbius à La Villette

Pour la première fois, la compagnie XY, dont les spectacles “Le Grand C” et “Il n’est pas encore minuit…” avaient enchanté La Villette en 2012 et 2015, s’est associée avec le chorégraphe Rachid Ouramdane. Forts de leurs expériences artistiques respectives, ils se...