0 Shares 1801 Views

Grâce à Cristiana Morganti, Pina Bausch vit un peu plus avec nous

24 juin 2019
1801 Vues

Cristiana Morganti: Moving with Pina © Sabrina Cirillo

Elle était l’un des visages iconiques de la compagnie de Pina Bausch. Cristiana Morganti, la pétillante Italienne, a dansé et joué dans les créations du Tanztheater Wuppertal pendant deux décennies. Son solo Moving with Pina est un regard personnel sur cette période, plein d’humanité, de tendresse et de lucidité.

Moving with Pina est un spectacle qui fait sens, à plus d’un titre. Double sens du titre, par ailleurs, car « Moving » signifie à la fois le mouvement dansé du corps et le fait de partir en tournée, avec Pina. Ce solo fait sens pour le public qui peut y voir comme un making of général des spectacles de la troupe de Wuppertal, en toute subjectivité morgantienne. Et il fait sens pour son autrice et interprète, qui peut ainsi parler de ses états d’âme et amortir le choc du décès abrupte de Pina Bausch, il y a dix ans.

Cristiana Morganti : Moving with Pina © Sabrina Cirillo

Morganti était jeune quand elle a rejoint la compagnie, et « Faire sa place dans la troupe n’a pas été facile », comme elle le confie dans le livre « Danser Pina » de Rosita Boisseau, livre qui vient de se voir décerner le Prix de la Critique du meilleur livre de danse 2018/19. Dans le livre, Morganti se raconte par les mots. Sur scène elle privilégie le corps. Le livre et son solo font corps, l’écrit permettant d’élargir le regard, grâce aussi aux interviews des dizaines d’autres interprètes de Pina Bausch qui y sont présentés. Et le spectacle permet de sentir par le corps et par la chorégraphie ce qui échappe aux mots. On recommande donc de se procurer l’ouvrage à l’occasion…

Cristiana Morganti: Moving with Pina © Sabrina Cirillo

Morganti y évoque le processus collectif de création chez Bausch où « tout le monde se mettait en jeu d’une façon incroyablement généreuse. » Mais il faut dire aussi qu’il est rare de tomber sur une personne aussi généreuse que Morganti, ce que l’on ressent bien depuis la salle. Si elle monte sur le plateau pour nous parler de son temps au sein de la compagnie, elle le fait aussi dans l’idée d’un vrai cadeau pour les spectateurs qui l’ont tant aimé au cours de ses vingt ans bauschiennes.

« Dans les spectacles, j’étais souvent drôle, ironique et j’avais l’impression d’avoir une présence qui contribuait à chauffer l’atmosphère… Mais peut-être que je me trompe. » Voilà ce qu’elle disait, face à Boisseau. Non, assurément, elle ne se trompe pas. On ne peut qu’être d’accord et Moving with Pina, le premier spectacle de Morganti créé en dehors de la compagnie, le confirme avec brio.

Thomas Hahn

Articles liés

Le K-Live Festival vous donne rendez-vous sur les réseaux sociaux
Agenda
68 vues

Le K-Live Festival vous donne rendez-vous sur les réseaux sociaux

À défaut de pouvoir se retrouver dans l’espace public, autour de nouvelles fresques ou dans l’écrin précieux du Théâtre de la Mer, le K-Live a imaginé une semaine de rendez-vous sur ses réseaux sociaux : le K-Live Keep in...

Ritual Inhabitual : “Nos travaux s’inscrivent dans les interstices de différentes disciplines”
Art
118 vues

Ritual Inhabitual : “Nos travaux s’inscrivent dans les interstices de différentes disciplines”

L’art et la science ont en commun de questionner le monde en rendant visible l’invisible. L’association Ritual Inhabitual révèle les fils qui tissent leur réalité artistique, emplie d’une approche scientifique inédite : un résultat d’une puissance esthétique et poétique...

La Galerie Daltra lance une exposition de photographies et d’art urbain
Agenda
66 vues

La Galerie Daltra lance une exposition de photographies et d’art urbain

Dès cet été la Galerie Daltra s’installera dans un nouvel espace à Megève entièrement dédié à l’art contemporain. Divisé en deux parties, ce nouveau local permettra de présenter simultanément une exposition temporaire, et les réalisations des artistes phares de la galerie, axée...