0 Shares 3150 Views

Honneur à Notre Élue ou la politique comme une divinité monstrueuse

6 mars 2017
3150 Vues
VIC17020201

Honneur à Notre Élue

De Marie NDiaye

Mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia

Avec Isabelle Carré, Patrick Chesnais, Jean-Charles Clichet, Claire Cochez, Romain Cottard, Jan Hammenecker, Jean-Paul Muel, Chantal Neuwirth, Agnès Pontier et Christelle Tual

Du mardi au samedi à 21h, dimanche à 15h

Tarifs : de 12 à 38 €

Réservation en ligne
ou au 01 44 95 98 21

Durée : 1h50

Théâtre du Rond-Point 
2 bis, av. Franklin D. Roosevelt
75008 Paris

M° Franklin D. Roosevelt
(lignes 1 et 9) 

www.theatredurondpoint.fr

VIC17020201 copieDu 1er au 26 mars 2017 à Paris, puis du 29 mars au 2 avril à Aix-en-Provence, les 5 et 6 avril à Nantes, du 11 au 20 avril à Lyon

Au Théâtre du Rond-Point, Frédéric Bélier-Garcia, patron du Quai à Angers, met en scène l’une des dernières pièces de Marie NDiaye qui plonge dans les bas-fonds du monde politique. Pas question, comme le suggère notre actualité, de céder à la facilité du “tous pourris”, mais plutôt de disséquer les travers d’une dévotion béate à un élu, ainsi que la dépendance des opposants au jeu politique. Isabelle Carré, hiératique, et Patrick Chesnais, impuissant, sont les deux héros de cette fable qui décode les codes du politiquement correct.

VIC17020208Une élue blanche comme neige

Mais que reprocher à “Notre Élue” ? Isabelle Carré, diaphane, en tailleur blanc immaculé et perchée sur ses talons aiguilles, gère de main de maître les ouailles de sa petite ville portuaire. Attentive à tous, d’un calme olympien, d’une bonté virginale, elle développe à l’égard de chacun une compassion évangélique qui fait frémir dans le camp adverse. Le représentant de ce dernier, “l’Opposant”, qu’incarne Patrick Chesnais, vient de se faire une nouvelle fois battre dans cette élection municipale par cette amazone de la Justice. Le voilà, devant nous, qui rumine sa jalousie et son impuissance, avec son compère Sachs (Jean-Charles Clichet), en regardant les images télévisées de la victoire adverse. Lui restera éternellement le conseiller municipal, alors qu’elle, “Notre Élue” restera maire de la ville.

VIC17020203Un jeu de dominos où chacun tient son rôle

La pièce de Marie NDiaye radiographie les jeux de rôles et la fascination paralysante que l’on développe à l’égard de nos élus politiques. Jaloux, impuissant, mais avant tout admiratif de sa concurrente, “l’Opposant” va sauter sur la moindre fuite, la moindre trahison pour déstabiliser sa souveraine Élue dont il paraît secrètement amoureux. Jusqu’à lui envoyer chez elle, dans sa famille, un couple de personnes âgées (Chantal Neuwirth et Jean-Paul Muel) qui se font passer pour ses propres parents, se conduisant de manière abjecte et diffusant l’infâme rumeur d’une maltraitance de l’Élue à l’égard de parents qu’elle aurait dissimulés. En même temps, Madame le Maire perd son plus ardent soutien en la personne d’Eva, assistante aux mensurations de mannequin scandinave (Christelle Tual) qui fuit vers “l’Opposant” célibataire tout en restant fidèle à l’Élue, pour équilibrer l’opposition et combler la faillite adverse.

VIC17020213Une fable politico-pathétique

Triste paysage de campagne que cette pauvreté d’idées neuves, noyées dans les frustrations et les fantasmes de chacun. Quand nous demandons trop à nos politiques, et que l’affectif prend la place de tout le reste, alors il ne nous reste que peu de discernement pour faire la part du mensonge et de la vérité. Nous transformons nos élus en icônes religieuses et nous les renversons quand ils ne coïncident plus avec ce que nous pensons.

Sur le grand plateau de la Salle Renaud Barrault, devant d’immenses tapisseries d’Aubusson, des écrans géants ou des chœurs d’enfants, décor traditionnel des salles de réunion des mairies, les personnages plus vrais que nature n’apparaissent que mus par leur propre intérêt. Seule Isabelle Carré, “Notre Élue”, choisit de s’abstraire du jeu social dans une attitude d’impassibilité en héroïne hitchcockienne. Sacrifice qui nous laisse quelque peu sur notre faim.

Hélène Kuttner

[Photos © Pascal Victor]

Articles liés

Agenda
131 vues

Les expositions à ne pas manquer à Paris – Septembre 2022

Les expositions signent, elles aussi, leur retour à la rentrée 2022 ! Mardi 9 septembre   André Devambez, Vertiges de l’imagination Du 9 septembre au 31 décembre Petit Palais Av. Winston Churchill – Paris 75008 Dimanche 14 septembre  Miroir...

“La Dérive des Continents” (au sud), le nouveau film de Lionel Baier
Agenda
112 vues

“La Dérive des Continents” (au sud), le nouveau film de Lionel Baier

Le nouveau film La Dérive des Continents (au sud) du réalisateur Lionel Baier sortira en salle le 24 août 2022.  Nathalie Adler est en mission pour l’Union Européenne en Sicile. Elle est notamment chargée d’organiser la prochaine visite de...

Glazart, lieu incontournable de concerts et d’afters à Paris
Agenda
155 vues

Glazart, lieu incontournable de concerts et d’afters à Paris

Glazart s’impose aujourd’hui comme un acteur incontournable de la scène culturelle parisienne, en rassemblant des artistes d’horizons différents avec pour mots d’ordres : la qualité et la diversité. Lieu atypique, Glazart a su transformer en avantage sa position excentrée...