0 Shares 535 Views

La Réunification des deux Corées – Joël Pommerat – Ateliers Berthier

4 février 2013
535 Vues
La Réunification des deux Corées - Joël Pommerat - Ateliers Berthier

Des acteurs formidables évoluent dans l’écriture très fragmentaire de Joël Pommerat. Comme les romans Manhattan Transfert de Dos Passos ou Berlin Alexander platz de Döblin, la pièce propose des tranches de vie successives. Les mises en scène de Joël Pommerat reposent toujours sur le procédé du noir systématique et celle-ci ne déroge pas à la règle. Entre chaque scène, noir complet et les acteurs comme par magie, en une seconde, s’échappent et font place à de nouveaux personnages. C’est assez vertigineux. Cet habile metteur en scène déplace l’action dans l’espace scénique, créant un effet de surprise et des attentes : tantôt au centre, à une extrémité ou à l’autre, elle est aussi verticale, au-dessus de sa tête, visible pour certains personnages et invisible à d’autres. Tout se fait dans un silence absolu, et comme par miracle: un lit, un fauteuil, des auto-tamponneuses apparaissent, puis disparaissent dans le noir créant une dynamique scénique incroyable.

Le son a son importance comme les lumières. Et dans une volonté réaliste, les acteurs portent des micros, qui créent artificiellement cette impression intime de la conversation. Le spectateurtente de reconstituer une vérité à partir d’indices dans les dialogues malgré des fonds sonores, airs connus de la radio, bruits de guerre ou tonnerre  qui annoncent ou brouillent parfois le langage scénique. Bouleversé par la scène qu’il vient de découvrir, le spectateur est aussitôt happé par une autre tout aussi captivante. Ce qui n’est pas sans rappeler le zapping, mal du siècle pour certains…

01-05re082À l’instar des personnages enfermés et prisonniers de leur drame, car la tranche de vie reste inachevée, en suspens et sans solution, le spectateur “étouffe” la dernière demi-heure. Il n’y a pas de pause dans cette violence noire qui va crescendo. Dans cette écriture de la rupture, l’essentiel est dit en quelques secondes. Les costumes, l’attitude, les dialogues cernent et établissent un paysage polychrome qui atteint un paroxysme jusqu’à la folie. En effet, le thème central de la séparation est décliné à l’envi, jusqu’à épuisement comme un exercice de style : séparation des coeurs, maladie, adultère, fugue, retour après 10 ans d’absence, mort d’un proche, suicide, désir inavoué qui devient plus fort que toutes les conventions sociales, viol de l’enfant, prostitution, mariage. Tout est exploité dans une sorte de surenchère dans le drame de la cellule familiale.

C’est souvent très glauque. Aucun espoir ne résiste à cette violence où les corps plient sous la vérité de la parole. Le spectateur témoin (ou voyeur ?) rit souvent heureusement car la mise en scène tient le plus souvent à distance l’affect. Si la visée est cathartique, l’effet est néanmoins très fort. J.Pommerat crée un dispositif scénique spéculaire, renvoyant le spectateur à lui-même. Nous sommes ces deux Corées de part et d’autre de la scène, séparées par un No man’s land où se rejouent les scènes de la vie, véritable ring car il y a combat des mots et des hommes. Dernière image sans espoir : les corps de deux comédiens se plient et se contorsionnent dans leur solitude tandis que d’autres indifférents continuent de danser. 

On ne sort cependant pas indemnes de cette nouvelle création. Véritable travail de sape de la croyance naïve au bonheur et à l’amour. 

Marie Torrès

La Réunification des deux Corées 

De Joël Pommerat

Avec Saadia Bentaïeb, Agnès Berthon, Yannick Choirat, Philippe Frécon, Ruth Olaizola, Marie Piemontese, Anne Rotger, David Sighicelli et Maxime Tshibangu

Du 17 janvier au 3 mars 2013

Tarifs : de 6€ à 30€

Ateliers Berthier
1, rue André Suarès 
75017 Paris
M° Porte de Clichy

www.theatre-odeon.fr

A découvrir sur Artistik Rezo : 
– Les pièces à voir à Paris en janvier 2013 // février 2013

[Crédit photo : Élisabeth Carecchio]

Articles liés

“L’École est finie” : les profs dans le cinéma français
Cinéma
101 vues
Cinéma
101 vues

“L’École est finie” : les profs dans le cinéma français

Sortir un film sur l’école début juillet, stratégie payante ou non ? C’est en tout cas le pari tenté par le deuxième film d’Anne Depetrini, qui voit la prof d’anglais jouée par Bérengère Krief mutée dans une contrée reculée....

Festival de Lacoste 2018
Agenda
43 vues
Agenda
43 vues

Festival de Lacoste 2018

Créé par Pierre Cardin il y a dix-huit ans dans le lieu insolite, surprenant et inoubliable que sont les Carrières du château du Marquis de Sade, ce festival voué au théâtre, à la danse et à l’opéra offre au public la découverte de jeunes chanteurs à l’aube d’une carrière prometteuse.  ...

Didier Ruiz : les « trans » sont la révolution de demain
Spectacle
177 vues
Spectacle
177 vues

Didier Ruiz : les « trans » sont la révolution de demain

Avec « Trans », le metteur en scène Didier Ruiz crée l’événement au Festival In d’Avignon en présentant sur scène des personnes ayant choisi de changer de genre. Loin des clichés sur le travestissement et le monde de la nuit, cette...