0 Shares 816 Views

Le Collectif Dans La Peau : “On dévoile ce qui n’est pas censé être vu”

Romane Goussu 29 novembre 2021
816 Vues

© Paul Contargyris

Le Collectif Dans La Peau réunit de jeunes artistes de scène et de cinéma au cœur d’une troupe hétéroclite, menant des projets toujours plus variés. Rencontre et coup de projecteur sur leur nouvelle création théâtrale, Les Petits Coins, une pièce riche en émotions qui sera jouée à Paris les 2 et 3 décembre prochains. 

Qu’est-ce que Le Collectif Dans La Peau ? Et comment est-il né ?

Le Collectif Dans La Peau est une association de théâtre et de cinéma réunissant des comédiens professionnels aux multiples casquettes : scénaristes, réalisateurs, autrices, cheffes décoratrices, metteurs en scène, ou encore productrices.
Nous nous sommes rencontrés lors de nos études d’art dramatique au CRD (Conservatoire à rayonnement départemental) de Saint-Germain-en-Laye. En 2016, une fois diplômés, nous avons décidé de monter ce collectif afin de continuer à créer et avancer ensemble dans le monde professionnel.
La force de notre groupe c’est avant tout nos différences et notre complémentarité. Chaque membre peut décider de porter un projet selon sa vision artistique, et tout le monde y participe à un moment donné. C’est par l’entraide que nous portons haut nos créations, et nous nous inspirons les uns des autres pour faire ressortir le meilleur de ce groupe hétéroclite.

Vous allez jouer une pièce à Paris prochainement : Les Petits Coins. Pouvez-vous nous raconter ce dont elle parle et pourquoi avoir choisi ce thème ?

En effet notre dernière création, Les Petits Coins, va être jouée à Paris les 2 et 3 décembre prochains. Il s’agit d’une comédie dramatique dont l’histoire se déroule lors d’une soirée de mariage. Comme son nom l’indique, toute la pièce se joue dans un lieu intime et improbable : les petits coins !
Nous y retrouvons toutes les femmes invitées à ce mariage, toutes générations confondues : les amies les plus proches comme les membres de la famille. C’est l’occasion de dévoiler ce qui n’est pas censé être vu, d’inverser le feu des projecteurs pour mettre en lumière les coulisses de ce grand événement.
Avec ce thème, nous souhaitions porter une création 100% collective entre quatre femmes, qui soit à la fois complexe et originale. Nous avons procédé à une écriture de plateau à partir d’improvisations, suivie de plusieurs phases d’écriture plus approfondies de la trame, autour des personnages principaux. Si ce spectacle est comique et dynamique, offrant une véritable performance des comédiennes qui jouent chacune de nombreux rôles, il est aussi doté d’une forte puissance poétique et dramatique. C’est une œuvre riche qui, suite à ses deux années de création en collectif, se veut ambitieuse et innovante sur tous les aspects.

© Paul Contargyris

Cette pièce a déjà été jouée, comment a-t-elle été reçue par le public ?

La première a eu lieu à Chatou le 14 septembre dernier, au Centre Artistique Jacques Catinat. C’était un beau défi de lancer notre création dans cette salle de plus de 400 places, et on peut dire qu’on l’a bien relevé, avec un public extrêmement chaleureux qui a accueilli le spectacle par… une standing ovation finale ! On ne pouvait pas rêver mieux.

Le confinement et la crise que nous vivons ont-ils eu un impact sur la pièce ?

Malheureusement, oui. La première aurait dû avoir lieu 9 mois plus tôt et a été décalée maintes fois, entraînant à chaque fois des efforts inutiles et une inévitable baisse de moral. Néanmoins, nous ne sommes pas du genre à reculer devant les obstacles et il n’était pas question d’abandonner ! Cette crise aura eu le mérite de nous donner le temps de repenser certains détails du spectacle. Peut-être ne serions nous finalement pas arrivés à un tel succès pour la première si la crise n’était pas passée par là ? En tout cas, nous préférons voir les choses ainsi.

Autrices, metteurs en scène, comédiennes : comment articuler ces trois disciplines ?

Dans une création collective il faut se munir d’enthousiasme, de patience, d’écoute mais surtout d’une solide organisation. Nous avons par exemple séparé le temps de création du décor, y accordant plusieurs semaines. L’écriture collective reste le travail le plus complexe : il faut du temps pour que tout le monde puisse y mettre sa patte, et nous tenions à prendre ce temps-là.
Les autres membres du collectif sont aussi venus nous aider, prenant par exemple le rôle de l’œil extérieur du metteur en scène à plusieurs étapes des répétitions. Filmer les répétitions nous permettait aussi de parvenir à sortir de notre rôle pour reprendre la mise en scène en se positionnant en spectateur. Ce sont des exemples de méthodes mais toute création collective doit trouver son propre mode de fonctionnement selon les individus qui la composent. C’est ce qu’il y a de plus compliqué mais aussi de plus passionnant !

© Paul Contargyris

Quels sont les projets à venir du collectif ?

En parallèle de la diffusion du spectacle Les Petits Coins, nous jouons aussi une pièce familiale et didactique mêlant théâtre et escrime artistique, Les Lames de l’Histoire. C’est un spectacle court retraçant des combats marquants de l’Histoire de France, pouvant se jouer absolument n’importe où. Nous le présentons actuellement pour les Gens du voyage (en partenariat avec la Ligue de l’enseignement), et souhaitons le faire voyager davantage en 2022.
Par ailleurs, nous projetons de travailler dès la rentrée sur un nouveau spectacle d’escrime, tourné vers les enfants, dans un univers féerique et merveilleux. Nous préparons également l’écriture d’un spectacle familial et jeune public : Notre pays des merveilles. Ce sera une création inspirée de l’univers d’Alice au pays des merveilles, confrontant un monde onirique et des thèmes de société. Le pays des merveilles est le miroir déformant de notre rapport au monde, nos peurs, nos rêves, nos bouleversements intérieurs.
Côté cinéma, nous allons bientôt projeter nos deux derniers courts métrages : Je m’en vais et Les Joueuses.
Enfin, le collectif continue d’organiser ses prestations diverses : visites théâtralisées d’une ville, stages et ateliers de théâtre ou de cinéma, lectures à thèmes, ou encore spectacles sur commande.

© Pauline Müller

Plus d’informations sur le site Internet du Collectif.
Ainsi que sur leurs réseaux sociaux : FacebookInstagramTwitterLinkedInVimeo.

Propos recueillis par Romane Goussu

À découvrir sur Artistik Rezo : Juliette Delacroix : “Ce qui me plait le plus : la variété et l’inconnu” de Romane Goussu

Articles liés

Vous avez aimé “La casa de papel” ? Alors retrouvez “El Professor” à l’Alhambra
Agenda
93 vues

Vous avez aimé “La casa de papel” ? Alors retrouvez “El Professor” à l’Alhambra

Un braquage entre amis ou en famille ça vous tente ? Une expérience immersive inédite, pour mettre son plan à exécution, El Profesor proposera de vous recruter. Du rire aux larmes, vous passerez par différentes étapes et dans différents...

Sobanova Dance Awards 2023 : ouverture des candidatures de la 7e édition
Agenda
87 vues

Sobanova Dance Awards 2023 : ouverture des candidatures de la 7e édition

Alors qu’Amalia Salle, lauréate 2021, vient de présenter sa création “Affranchies” au Festival Suresnes Cités Danse, Sophie Amri et Barbara van Huffel, fondatrices de l’association Sobanova, lancent les candidatures pour la 7e édition de leur concours de jeunes chorégraphes...

“Roméo & Juliette” repris par la Compagnie Raymond Acquaviva sur la scène du Lucernaire
Agenda
138 vues

“Roméo & Juliette” repris par la Compagnie Raymond Acquaviva sur la scène du Lucernaire

Une pièce planétairement connue, sans doute la plus célèbre, dont l’amour est le centre et qui fut déclinée de multiples façons depuis sa création en 1597. Roméo aime Juliette qui aime Roméo, mais la haine de leurs deux familles...