0 Shares 797 Views

“Le Direktor” au Théâtre de la Bastille, la farce du pouvoir

©Steeve Iuncker

Une joyeuse tragicomédie déboulonne le monde de l’entreprise. Signé Lars von Trier, le célèbre cinéaste danois, Le Direktor, adapté par le metteur en scène lui-même, pointe et déconstruit par le rire l’imposture d’un dirigeant où certains pourraient se reconnaître.

Neuf comédiens et comédiennes occupent le plateau avec un sens comique et une dérision qui ne laissent pas en reste la férocité. Ils dansent, ils copulent, ils chantent, ils pleurent, ils montrent tous les états, parfois extrêmes, que traversent inévitablement les salariés ballottés par les calculs sans pitié de ceux qui les dirigent. Grâce à un jeu volontairement surligné, ils s’emparent avec talent de l’humour et de l’esprit de bouffonnerie absurde. Le public, souvent interpelé, rit beaucoup et découvre avec jubilation des moyens de résistance face à la machine broyeuse du monde du travail.

© Steeve Iuncker

Le spectacle est d’autant plus revigorant qu’il évite le manichéisme et les habituelles attaques. Ici, les employés et le patron sont tous pétris des mêmes complexités et en réalité ils sont tous confrontés à des dilemmes, des écartèlements et finalement à la question de leur propre rôle dans le fonctionnement de leur société. En effet, le nœud de l’intrigue est celui du stratagème du directeur. Celui-ci s’est fait passer pendant des années pour un simple salarié auprès de ses collègues, le vrai P.D.G. étant censé habiter aux États-Unis. De sorte que le jour où il décide de vendre son entreprise, il doit recourir à un comédien afin de ne pas être démasqué.

Le comédien, qui s’affuble du titre de Président de Tout, nous rappelle le jeu de Marivaux version contemporaine. Mensonge et camouflage se croisent, la responsabilité des actes s’éparpille selon le trucage, l’illusion et la vérité se combinent et se dévoilent. La mise en abyme et les quiproquos sont distillés avec une légèreté riche en réflexions. Des conceptions d’école de jeu théâtral sont théorisées en parallèle à des conceptions de management. Les deux s’entrechoquent et l’on se perd avec gaieté dans ce dédale où finalement la question de la responsabilité se pose simultanément aux tactiques de jeu. Nul doute que cette pièce adaptée et montée avec vivacité par Oscar Gomez Mata fasse le délice d’un large public y compris des jeunes, car rarement un tel sujet ne parvient à bousculer aussi joyeusement les jeunes générations quant à la mascarade du pouvoir.

Émilie Darlier-Bournat

 

 

Articles liés

Ce week-end à Paris… du 24 au 26 mai
Agenda
222 vues
Agenda
222 vues

Ce week-end à Paris… du 24 au 26 mai

Vous avez passé une bonne semaine ? Soyez prêts à passer une très bonne fin de semaine ! L’équipe Artistik Rezo vous a réservé un cocktail d’idées pour ce dernier week-end de mai… Vendredi 24 mai Une touche jazzy...

A Sète, le K-Live s’expose aussi au Réservoir !
Agenda
187 vues
Agenda
187 vues

A Sète, le K-Live s’expose aussi au Réservoir !

Pour cette nouvelle édition, le K-Live et le Réservoir s’associent dans le cadre d’une exposition dédiée à l’art urbain, présentant une vingtaine d’artistes. Cette exposition débutera en parallèle du festival, et sera visible du 5 juin au 28 juillet...

Quai 36 à Versailles
Art
488 vues
Art
488 vues

Quai 36 à Versailles

Dans la cité HLM Bernard de Jussieu à Versailles, la maison de production d’art urbain Quai 36 s’associe à Eiffage construction et Versailles habitat pour orchestrer la réalisation de fresques sur des murs pignons. Neuf artistes internationaux s’y succéderont...