0 Shares 1254 Views

“Le Lien” : Palmade et Hiegel s’écorchent en amoureux

Hélène Kuttner 9 février 2019
1254 Vues

©JSTEY

Au Théâtre Montparnasse, Catherine Hiegel, souveraine, campe une mère faussement tranquille face à un fils, Pierre Palmade, en pleine promotion de son bouquin. Un face-à-face explosif, cruel et tendre, écrit finement par François Bégaudeau et mis en scène par Panchika Velez.

Maternité éternelle

Avez-vous remarqué que, depuis quelques années, le théâtre s’empare des sujets les plus intimes, qui sont ceux de la famille, du couple, des relations parents-enfants ? François Bégaudeau, romancier, célèbre depuis l’adaptation au cinéma de son récit Entre les murs (Palme d’or Cannes 2008), s’est lancé depuis dans le théâtre avec de beaux succès. Au début, mis en scène par Panchika Velez, racontait le désir de maternité d’un groupe de personnes d’âge et de sexe différents. Le Lien, sa nouvelle pièce, plonge le spectateur dans un moment de vie, la fin d’un repas chez une mère retraitée qui monologue trop au goût de son fils venu lui rendre visite. La grande comédienne Catherine Hiegel campe cette mère fonctionnaire à la retraite, dans son appartement tout simple. Chez Florian Zeller, elle était déjà “La mère” face à son fils, éternelle et cabossée par la vie. Aujourd’hui, chez Bégaudeau, elle est souveraine de force et de fragilité, plus vraie que nature, entre le chèvre du Carrefour City et la copine Françoise.

Le retour du fils prodige

© JSTEY

Le fils prodige, l’ingrat qui ne daigne visiter sa mère que lors d’une signature dans une librairie de province, est un écrivain parisien qui a refait sa vie dans le monde. Pierre Palmade prête son grand corps qui tangue au gré des émotions au personnage de Stéphane, enfermé malgré lui dans un mutisme résigné, avant d’exploser dans une scène de dépit affectif. La mère bavarde, converse, effleure les sujets les plus ordinaires, les plus anecdotiques, en prenant son café et en mouillant ses biscuits. Le fils fulmine tel un lion en cage, grondant et pestant, en mal de souffle, en manque d’expression et de communication, cigarette aux lèvres. Le voit-elle seulement, ce fils qu’elle a élevé, nourri au lait maternel et aux livres de la bibliothèque municipale ? Existe-t-il pour elle autant qu’il existe pour ses lecteurs ou pour lui-même ?

Déflagration amoureuse

Car ces deux-là s’étripent parce qu’ils s’aiment, et que cet amour filial est parasité par des années de non-dits, de manques, d’orgueil et de revanches sociales. De confrontation avec le réel, les autres, l’ambition professionnelle, l’égoïsme de chacun. Comment parler à une mère que l’on n’a pas côtoyée longuement depuis des années ? Comment retrouver un fils parti du nid familial depuis si longtemps, pour se construire, pour exister ? C’est tout cela que raconte la pièce, qui, même si elle n’évite pas certains clichés, plonge dans l’essentiel d’une relation maternelle, utérine. Dirigés malicieusement par Panchika Velez, les deux monstres de scène s’en donnent à cœur joie dans la cruauté piquante d’un duel vital : Catherine Hiegel, léonine et sur la défensive, Pierre Palmade, lionceau démuni et agressif, réconcilié avec lui-même par Françoise (Marie-Christine Danède). À la fin, le palmarès est équitable et l’émotion à son comble.

Hélène Kuttner 

Articles liés

Afaina de Jong : virée entre art et architecture
Art
263 vues
Art
263 vues

Afaina de Jong : virée entre art et architecture

L’architecte néerlandaise Afaina de Jong et son studio AFARAI travaillent sur les connexions entre les gens et les mouvements culturels traditionnellement peu représentés par l’architecture dans un contexte de villes en mutation où chacun a un rôle à jouer....

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel
Agenda
182 vues
Agenda
182 vues

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel

Une soirée organisé par “la Galerie”. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gwenaël Billaud, la Galerie a su depuis imposer un nouveau concept de soirées investies par l’art moderne et contemporain, dans le cadre desquelles participent performeurs, artistes, DJs,...

René Urtreger Trio au Sunset Sunside
Agenda
55 vues
Agenda
55 vues

René Urtreger Trio au Sunset Sunside

Dans le petit monde du jazz, on l’appelle parfois le « roi René ». Comme en écho lointain de ce comte de Provence du XIVe siècle qui préférait les arts florissants des lettres et la compagnie des gens d’esprit...