0 Shares 821 Views

Le voguing, de marginalisé à adulé

Dashaun Wesley, en plein hip © abc.net.au

Le voguing est apparu dans les années 1970 dans la communauté LGBTQ noire et latino américaine. Même si le berceau est à New York, Paris capitale de la mode est la deuxième plus grande scène mondiale. 

Le voguing se caractérise initialement par une succession de poses imitant celles des mannequins en pages du magazine Vogue. Parodiant ainsi cette élite privilégiée excluant les femmes transsexuelles noires et latino-américaines. La ballroom a été crée par ces femmes mises de côté au sein des concours de beauté, d’où elles ressortent sans cesse perdantes face aux femmes blanches. Le voguing est une performance très féminine, car le but est, pour ces femmes transsexuelles, de montrer qui elles sont : de vraies femmes, magnifiques et sûres d’elles. Ainsi, c’est avec concupiscence que les danseuses exécutent ces mouvements souvent rapides, extrêmement précis, linéaires, angulaires et rotatifs que l’on connaît.

Les vogueuses font parties de “houses”. La “house” est une famille de substitution, une seconde maison, avec une mother, un father et des kids. Dans la “house” ces personnes doublement discriminées en société mais aussi par leurs proches, peuvent se retrouver avec des membres de leur communauté, et surtout, laisser libre cours à leur vraie personnalité, sans peur de jugement. Le voguing comporte aujourd’hui une quinzaine de catégories, afin que chacun et chacune puisse trouver sa place : Face, Runway, Realness, Labels, Bizarre, Best dressed, Designer delight, Executive realness, Realness, Sex siren, Body, Ff performance, Bq vogue fem, Women vogue, Old way, New way. Un seul thème uni ces différentes catégories : l’amour et l’acceptation de soi. Que ce soit à travers sa sensualité avec Sex Siren, de par son visage atypique avec Face, ou de par le poids social qu’est celui d’être transsexuel en société avec Realness.

Gentrifié par la chanteuse Madonna, le voguing est aujourd’hui à la portée de tout le monde, et de nombreuses Balls (battles) sont organisées sur Paris. Des catégories créées pour se rire des oppresseurs (telle que Executive Realness dont le but est de passer pour un homme blanc aisé cisgenre et hétérosexuel) sont aujourd’hui regardées et appréciées par ce même genre d’oppresseur social. Le voguing connaît ainsi une vague de reconnaissance depuis plusieurs années, malgré le fait que beaucoup de ses adeptes ne connaissent pas a véritable histoire de la danse, malheureusement faussée par l’essor que Madonna a pu apporter.

 

Soraya Assae Evezo’o

Articles liés

Léo Dorfner : “J’envisage mes aquarelles comme des films ou des poèmes”
Art
148 vues

Léo Dorfner : “J’envisage mes aquarelles comme des films ou des poèmes”

Les aquarelles de Léo Dorfner captivent, fascinent, tant par leur réalisme que par leur beauté. Des gros plans de la peau, des yeux, des mains et de la bouche, interviennent comme capteurs émotionnels et sensoriels que l’artiste met au...

Jacques Weber fait sa Crise de Nerfs
Spectacle
323 vues

Jacques Weber fait sa Crise de Nerfs

A 71 ans, celui qui incarnait Cyrano de Bergerac dans le film de Jean-Paul Rappeneau remonte sur les planches sous la direction du metteur en scène allemand Peter Stein au Théâtre de l’Atelier. Trois courtes pièces de Tchekhov, dont...

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma
Agenda
214 vues

“Avalanches”, le nouveau clip de Thelma

Thelma, deux voix en fusion, brutes et sensuelles, scandent comme un chant de guerre et les humeurs capricieuses des jours. Les rythmes ont le pas lourd, les basses tonnent dans la poitrine et la posture est ambitieuse. Tout commence sur les bancs de l’école...