0 Shares 4577 Views

L’Heureux Stratagème : une bouffée de fraîcheur

Hélène Kuttner 23 septembre 2018
4577 Vues

©C.-Raynaud-de-Lage-coll.CF_

Au Théâtre du Vieux-Colombier, la seconde salle de la Comédie Française, le jeune metteur en scène Emmanuel Daumas monte un Marivaux très peu joué dans un dispositif bi-frontal qui fait la part belle aux comédiens, tous d’un naturel et d’une fraicheur formidables. Un spectacle tendre et réjouissant sur les inconstances du coeur.

©C.-Raynaud-de-Lage-coll.CF_

Eloge de l’infidélité

Et si Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux (1688-1763) était notre premier auteur moderne ? Dans cet « Heureux Stratagème », il plante tristement un amant, Dorante, campé avec une belle rondeur par Jérôme Pouly, après avoir été éconduit par sa sa maîtresse, une jeune Comtesse, piquante Claire de La Rüe du Can, face au jardinier, savoureux Nicolas Lormeau, qui est aussi le père de Lisette, la suivante de la Comtesse, jouée par Jennifer Decker. Comme un jeu de cartes qui s’effondre soudainement, les spectateurs réalisent au début de la pièce, par l’intermédiaire des serviteurs, que l’infidélité de la jeune noble met en péril son mariage prévu, mais va aussi faire péricliter le mariage des deux serviteurs fous d’amour, Lisette et Arlequin, magnifique Loïc Corbery.

©C.-Raynaud-de-Lage-coll.CF_

Un régal d’innocence

Dans un décor tout blanc, baigné de lumière, mais dont les contours sont des toiles de papier translucide, griffé de traces, les comédiens déboulent dans des vêtements aériens, plein de fantaisie. Le metteur en scène a déjà cassé les codes du classicisme et c’est tant mieux, en impulsant un souffle de fraîcheur, de spontanéité chez ces jeunes gens qui jouent dans une cour où les sentiments, les émotions sont à vif comme dans des jeux d’enfants. A l’âge où ces jeunes gens se fiançaient selon des alliances de classe et d’intérêt, voici une jeune comtesse qui n’en veut faire qu’à sa tête, et s’émancipe de sa relation trop normée, trop confortable, avec son fiancé Dorante. Féministe avant l’heure ? Don Juan en jupon ? Précieuse, coquette ? La jeune comédienne qui l’incarne possède une grâce et une candeur totalement intemporelles, justes et graves à la fois, qui donnent au personnage de la Comtesse toute la vérité d’une gamine obsédée par ses propres désirs, suffoquant dans un monde trop réglé et des certitudes trop évidentes. 

©C.-Raynaud-de-Lage-coll.CF_

Huit comédiens délicieux 

La réussite du spectacle tient bien sûr à la qualité des comédiens et à la manière, aérienne, simple, évidente, dont le metteur en scène les dirige. Loïc Corbery, Arlequin en bermuda et vareuse marine, frémit d’émotions comme un gamin contrarié. Jennifer Decker, elle aussi, coiffure de garçon manqué et silhouette androgyne, gracile, tangue entre un bon sens terrien et une posture de coquette. Julie Sicard, marquise vengeresse, joue la perfidie avec une dextérité perverse et Laurent Lafitte fait de son personnage de hâbleur gascon un séducteur bellâtre à l’accent ensoleillé et en chemise Lacoste très sûr de lui. Quand à Eric Génovèse, il se délecte dans le rôle de Frontin à distiller le fiel des romances de son maître, pour notre plus grand bonheur. Tous composent des personnages très justes, proches de nous, parce que vibrants de sentiments contradictoires, qui échappent à la raison. Un bonheur !

Hélène Kuttner

Articles liés

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique
Agenda
52 vues

Les musiques de Picasso – La nouvelle exposition du Musée de la musique

Des premières scènes de vie gitane aux joueurs de flûte des années 1970, en passant par les saltimbanques musiciens, les guitares cubistes, les collaborations avec les Ballets russes ou les bacchanales, cette exposition explore la dimension musicale de l’œuvre...

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes
Agenda
76 vues

Les “Tête-à-Tête” des Filles de la Photo : des entretiens pratiques et stratégiques pour les femmes photographes

Témoin des disparités entre femmes et hommes photographes dans leurs parcours de reconnaissance, l’Observatoire de la Mixité nous a permis de constater que les femmes photographes candidatent moins dans les domaines où les processus de sélection sont informels, dans des...

Rag’n Boogie : Sébastien Troendlé au cœur d’un spectacle musical Boogie-Woogie aux Trois Baudets
Agenda
74 vues

Rag’n Boogie : Sébastien Troendlé au cœur d’un spectacle musical Boogie-Woogie aux Trois Baudets

Sébastien Troendlé, pianiste virtuose, se joue de partitions diaboliques tout en donnant vie, par la voix et le jeu théâtral, à une foule de personnages attachants : c’est rare et tellement réjouissant ! Il y a de l’intelligence et...