0 Shares 306 Views

Loïc Fontaine : peut-on rire de tout ?

Lise Dagan 27 décembre 2019
306 Vues

© Loïc Fontaine

Actuellement à La Divine Comédie, Loïc Fontaine nous propose une heure de rire et de détente, tous les samedis soirs. Humour noir et interactions avec le public sont au rendez-vous, un très bon moment à passer en perspective !

Quel a été votre parcours professionnel ?

Pour tout vous dire, j’ai fait un peu tout et n’importe quoi. J’ai d’abord monté une pizzeria lorsque j’étais jeune, mais j’ai décidé de reprendre mes études. J’ai fait un IUT et je suis devenu commercial. Ensuite, je suis allé vivre en Norvège et j’y ai fait des études de business hôtelier et je suis devenu manager d’un restaurant. J’ai ensuite déménagé à Alicante où j’ai fait un master en économie. Je suis ensuite rentré sur Paris où j’ai intégré le Celsa en pub. Enfin, je me suis lancé comme journaliste, avant d’être programmateur et rédacteur en chef de magazines et de talk shows télé. J’ai ensuite arrêté pour me lancer dans le stand-up.

Des inspirations de votre quotidien dans votre spectacle ?

Oui, forcément, après je ne fais pas vraiment de comique d’observation mais plus une analyse de ce que vivent les gens, sur leurs petites habitudes. Tout le monde croit qu’il est différent, et finalement on est tous pareils. On a les mêmes réflexes, la même peur de l’inconnu, les mêmes réactions débiles, les mêmes gestes et je trouve que c’est plus intéressant d’aborder cette dimension.

Quelle a été votre réaction face au commentaire sur Billet Réduc : “Un célibat qui ne va pas durer, ne cherche plus, moi je veux te faire un enfant” ?

Ah oui, je l’avais vu celui-là ! Eh bien oui, je me plains pendant tout le spectacle que je n’arrive pas à coucher avec des filles alors que je pensais qu’en étant artiste… des portes pourraient s’ouvrir à moi. Le problème, c’est que lorsque je demande s’il y a des célibataires dans la salle, personne ne répond jamais [rires]. Avec Élie Semoun, ça n’arriverait pas ça. Pourtant, je me trouve aussi à peu près aussi beau que lui !

Avez-vous des “modèles” d’humoristes qui vous inspirent ?

Je me rappelle être allé voir Gad Elmaleh quand j’avais 20 ans, et à l’époque il faisait beaucoup de comique d’observation comme “vous n’avez jamais remarqué que…”. En sortant, je me suis mis à écrire des blagues parce que je trouvais ça extraordinaire de pouvoir parler devant une audience comme ça.

Et honnêtement, c’était un fiasco… Mais quand les Américains sont arrivés dans le milieu du stand-up, ils allaient vers des sujets que je trouvais plus intéressants, et il y avait souvent un message. De la pédagogie. Ça a toujours été mon but. De faire réfléchir les gens, de les pousser à se questionner. C’était déjà le cas comme journaliste. Même si je pense que le rire est le meilleur vecteur pour ça.

Et par rapport à YouTube, sur lequel les vidéos d’humour sont très en vogue, où vous placez-vous ?

Au départ, c’est pas du tout ma culture, je viens plutôt de la télé. Je ne pense pas que ce soit mauvais du tout mais ce n’est pas pour moi. Après, de plus en plus, les contenus se développent, évoluent, et maintenant il y a des trucs vraiment bien. Même si ce n’est pas la même mécanique, de plus en plus d’humoristes de YouTube ou d’Instagram se lancent dans le stand-up, et ils sont très forts, comme Hakim Jemili par exemple que je croise souvent en plateau.

Pour vous, quelle est la différence entre l’humour noir et l’humour dit “gratuit” ?

Je pense que c’est une question de perception. En fait, la vraie sanction c’est le rire. Si les gens rient, c’est gagné. Et il n’y a rien de gratuit là-dedans. Une blague qui marche, elle se paie très cher, en temps, en tests, en échecs… Parfois, il peut y avoir des blagues qui semblent gratuites dans mon spectacle qui n’ont pas forcément d’intérêt au-delà de faire rire. Les gens qui viennent à mon spectacle ne me connaissent pas beaucoup, et ces blagues permettent aussi de détendre l’atmosphère. Après, si je remarque que la salle n’apprécie pas ou n’est pas réactive, c’est à moi de m’adapter pour que nous passions tous un bon moment et qu’il n’y ait pas de malaise.

Des projets pour 2020 ?

Je pense continuer le spectacle en 2020, mais en l’améliorant bien sûr. À chaque représentation je teste de nouvelles vannes ou j’ajoute des références à l’actualité du moment… pour l’approfondir. Je continue aussi tous les plateaux comme le Comedy Club, le Café Oscar, le Paname…

Et peut-on rire de tout ?

Oui. Si on rit. Du moment qu’il y a de la bienveillance et que l’on n’est pas le seul à rire. Mais si tout le monde rit ensemble, j’estime que c’est gagné !

Propos recueillis par Lise Dagan

Articles liés

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare
Spectacle
150 vues

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare

Julie Deliquet et son collectif In Vitro se saisissent aujourd’hui d’un scénario de cinéma pour l’incarner au théâtre dans un espace bi-frontal ouvert à toutes les émotions et aux spectateurs. Dans une grande maison de famille, parents et enfants...

Marina Cars aux Sentier des Halles
Agenda
49 vues

Marina Cars aux Sentier des Halles

Voici bon nombre de questions cruciales auxquelles Marina tentera de vous répondre. Le public peut-il dormir pendant un spectacle ? Est-ce que c’est mieux un médecin qui s’appelle Robert ou Roberto ? Faut-il laver ses soutiens-gorge fréquemment ? Y’...

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth
Agenda
54 vues

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth

2020 marquera le 10ème anniversaire de la galerie Mathgoth qui a décidé de débuter l’année sous les auspices de 11 peintres à la technique incroyable et dont les œuvres flirtent en permanence avec l’hyperréalisme. D’où le titre évocateur de...