Michel Franco – interview

19100932_w434_h_q80

Comment vous est venue l’idée du film ?

Le film est tiré d’une histoire vraie. Quand une psychologue me l’a racontée, j’ai tout de suite fait le rapprochement avec les idées que j’avais en tête pour faire un film : le manque de communication au sein d’une famille, la relation entre frère et sœur et les peurs et secrets que l’on garde en soi.

Avez-vous éprouvé du mal à écrire le scénario ?

Pas vraiment. L’écriture fut plutôt une étape rapide. L’histoire était là et il fallait que je travaille sur l’aspect psychologique, sur les sentiments des personnages. Le film insiste sur plusieurs détails propres à la vie de chaque individu. C’était cela qu’il fallait travailler. Il n’y a pas beaucoup de dialogues dans le film. De plus, que cela soit pendant le tournage ou au montage, l’écriture est restée la même. C’était comme un pari : soit cela marchait, soit cela ne marchait pas. Tout était de toute façon clair dans ma tête.

Le film est très minimaliste…


Ce qui m’intéresse avant tout est l’étude psychologique des personnages, la façon dont ils agissent et se rencontrent mutuellement. Le film est un drame difficile. Je préfère donc davantage avoir un dialogue avec le public plutôt que de le torturer en le faisant pleurer. Je respecte les spectateurs. Ma réalisation permet à ceux-ci d’avoir un certain recul qui leur permet de réfléchir et d’analyser.

 

L’avez-vous vu comme un challenge personnel ?

Il s’agit de mon premier film donc oui, c’était un challenge, mais je savais quel type de film je faisais. Je prends souvent des décisions radicales et cela semble avoir donné un bon résultat heureusement.

Daniel_y_Ana_Federico_GarciaPourquoi avoir choisi un passage du Songe d’une nuit d’été de Félix Mendelssohn comme fond musical ? 


Pour plusieurs raisons : la première est qu’il s’agit tout simplement d’une sublime musique. La deuxième est que je ne souhaitais pas que le public soit torturé en voyant ce film. Il est assez fort comme cela. La présence de cette musique sert donc plutôt à « alléger » les moments difficiles. On peut l’entendre deux fois : au début, elle crée une ambiance plutôt festive en faisant écho à la préparation du mariage tandis qu’à la fin, elle crée une ambiance dramatique où vous vous transposez dans l’imaginaire de Daniel. Aucun compositeur n’aurait pu retranscrire une si belle musique.

L’aviez-vous en tête dès le début de l’écriture ? 

Je connaissais le début et la fin de l’histoire et j’avais cette musique sous la main mais j’ai dû attendre le montage pour voir si cela fonctionnait.

Etiez-vous anxieux avant le tournage de ce premier film ? 

Oui mais le fait d’avoir été si proche de mes assistants m’a beaucoup rassuré, qu’il s’agisse de mon directeur de la photo et de mes deux acteurs principaux. Quand vous devenez anxieux, il faut impérativement savoir d’où ce stress provient. Il est important que chacun d’entre nous ait le même film en tête. Nous parlions beaucoup du film ensemble sans forcément faire de répétitions. Je n’aime pas tellement cela. Je préfère le dialogue.

Comment avez-vous trouvé vos deux acteurs principaux ?

Le rôle de Daniel a été le plus difficile à trouver. Le personnage a 16 ans et il est difficile pour un jeune garçon d’être assez mature pour saisir un tel rôle. J’ai ainsi trouvé Dario Bernal au bout de deux mois et c’est sa première expérience cinématographique. L’ironie est qu’il m’a aidé à trouver le reste de la distribution. Il faut aussi dire que l’on a beaucoup travaillé son personnage en amont ainsi qu’avec Marimar Vega qui joue Ana et qui est davantage connue au Mexique.

Dario Bernal est le frère cadet de Gael Garcia Bernal. Cela n’a pas posé problème ?

Ils sont demi-frères en fait et du côté de leur mère. Mais cela n’a pas posé de problème au contraire. Étant donné que ses parents sont artistes (son père est photographe), je pense que cela lui permettait de ne pas trop paniquer et d’être professionnel.

Comment avez-vous travaillé avec vos deux acteurs ?

Le plus important était de créer une symbiose entre nous. Il s’agissait d’un triangle de confiance. C’est la seule façon de faire ce film. Les personnages sont surtout introvertis et c’est cela qui devait transparaître à l’écran.

La scène de nudité était-elle difficile à tourner ?

Oui et non. Tout le monde était bien entendu nerveux à l’idée de la filmer donc j’ai décidé de la faire lors du deuxième jour de tournage. Je l’avais ainsi « enlevée » de leur tête. Les scènes où les acteurs doivent montrer leurs sentiments étaient par exemple bien plus difficiles. Tout doit être parfait dans un film. Nous en avons tellement parlé avec les acteurs qu’au final, nous nous sommes fait suffisamment confiance pour la tourner.

Pourquoi avoir choisi une famille aisée pour parler de ce sujet ?

Il ne faut faire aucun commentaire sur la situation sociale de mes personnages. Mon film n’est pas un film sur la condition sociale. Ce qui m’intéressait était de montrer que même les gens qui ont de l’argent peuvent avoir des problèmes. Cet incident pourrait arriver à n’importe qui.

Retrouve-t-on des aspects de votre propre vie dans ce film ?

Je pense que chaque film a une part d’autobiographie car vous utilisez votre propre sensibilité pour faire un film. Je n’ai pas vécu personnellement ce traumatisme mais je peux saisir leurs passions et leurs peurs.

Le kidnapping de ce genre est-il un sujet tabou au Mexique ?

Oui. Il s’agit de quelque chose de si traumatisant que les gens préfèrent garder ces moments tragiques pour eux ou les oublier. Mais il n’y a pas qu’au Mexique que cela arrive. On peut voir ce genre d’enlèvement dans beaucoup d’autres pays à travers le monde. Je préfère voir ce film comme un message universel.

Quel genre de cinéma aimez-vous et de quels cinéastes vous sentez-vous le plus proche ?

J’aime quand le cinéma nous fait réfléchir sur la psychologie des êtres humains. Sans être prétentieux, je suis un grand passionné de l’œuvre de Luis Bunuel puis d’autres réalisateurs comme Lars Von Trier, Michael Haneke, Gus Van Sant ou encore les frères Dardenne. J’aime leur façon d’analyser l’esprit et l’âme des individus.

Le film a été présenté l’année dernière à Cannes à la Quinzaine des réalisateurs. Comment le public a-t-il reçu votre film ?

Il s’agissait de la première projection donc j’étais assez terrifié. S’il y a bien un lieu où vous souhaitez montrer votre film pour la première fois, c’est bien au festival de Cannes. Et l’expérience fut fabuleuse. J’avais peur que les gens claquent la porte de la salle du cinéma mais au lieu de cela, le film a été très bien accueilli par la critique et longuement applaudi. Les gens ont été très respectueux. Cela va maintenant être intéressant de voir la réaction du public lors de sa sortie au Mexique et en France.

Daniel_y_Ana_Chuy_ChavezPar quel biais êtes-vous arrivés à la réalisation ?

J’ai commencé par faire une école de communication, mais j’étais frustré de devoir attendre trois ans avant de pouvoir faire mon premier film donc je suis parti à New York pour une session de deux mois à la New York Film Academy. Ce ne fut cependant pas une bonne expérience. J’ai donc commencé directement par faire des courts-métrages en rentrant au Mexique puis j’ai écrit ce premier film. Je n’ai jamais vraiment voulu faire d’école de cinéma car je préfère la pratique à la théorie et je n’aime pas la pression que l’on nous met dans ce genre d’institution.

Vous venez de rejoindre la Cinéfondation du festival de Cannes. Travaillez-vous sur un nouveau film ?

En effet. Mon prochain film évoquera de nouveau les problèmes de la difficulté du passage à l’être adulte pour un jeune adolescent. Il s’agira d’un drame autour d’un père et de son fils suite à la mort de sa mère.

Propos recueillis par Edouard Brane le 19 mars à la Cinéfondation du Festival de Cannes
www.cinedouard.com

{dmotion}xcl3wx{/dmotion}
 

Articles liés

Claquettes Jazz
Agenda
18 vues
Agenda
18 vues

Claquettes Jazz

Claquettiste de renommée internationale, Fabien Ruiz est le coach et chorégraphe du film aux 5 Oscars « The Artist ». Fabien Ruiz est l’un des très rares claquettistes au monde à être considéré comme un véritable instrumentiste. Sa musicalité et son sens de l’improvisation lui ont permis d’être invité aux côtés de musiciens prestigieux tels que Yehudi […]

Cantate pour Lou Von Salomé
Agenda
20 vues
Agenda
20 vues

Cantate pour Lou Von Salomé

Écrivain et première femme psychanalyste : Lou suscita les passions. Nietzsche, Paul Rée, Frida Von Bulow et R M Rilke… 15 personnages renaissent ! Tout en elle était exceptionnel : beauté, intelligence, amour de la vie. L’attraction qu’elle exerçait, révélait les êtres à eux-mêmes et suscitait les passions : Nietzsche, Paul Rée, Frida von Bulow… […]

El Baile : Buenos Aires, sans fard
Spectacle
113 vues
Spectacle
113 vues

El Baile : Buenos Aires, sans fard

A Chaillot, une plongée dans l’histoire récente de l’Argentine, dans un social club très authentique. Sur une collection de musiques des années 1970 à aujourd’hui on danse, on se dispute, on se séduit. On a peur, on se passionne, et on danse encore. Dehors, les bouleversements de l’histoire : La dictature, la crise économique, le foot, […]