0 Shares 927 Views

Le BAL retrace le parcours du réalisateur Wang Bing

27 septembre 2021
927 Vues

Un jour de 1999, dans le Nord-Est de la Chine, un homme de 32 ans ayant étudié la photographie dans une école d’art, se saisit d’une petite caméra vidéo amateur et filme seul, durant presque 2 ans, la disparition du plus grand complexe sidérurgique chinois. En résulte À l’Ouest des Rails (2003), un film magistral de 9 heures, vécu par beaucoup d’entre nous comme l’avènement d’un cinéaste et d’une manière unique de faire corps avec le cinéma. Ainsi commence l’événement Wang Bing.

Depuis, Wang Bing ne nous a pas quittés. En vingt films réalisés en autant d’années, avec une humilité et un acharnement hors du commun, une œuvre-monument est née. Cohabitent en son sein, comme les deux faces d’une même pièce, les films anthropologiques où le cinéaste s’attache à suivre les pas des exclus du miracle économique chinois et les films historiques où est recueillie la parole des derniers survivants des campagnes anti droitières de Mao  Zedong. Dicté par la nécessité de tailler dans une œuvre gigantesque pour en révéler la singularité, notre parti pris a été de n’explorer que les premiers. C’est par des fragments découpés dans la matière vivante de 6 films, les plus emblématiques à nos yeux de cet “être au monde” qui lui est propre, que nous avons choisi de pénétrer dans l’oeuvre de Wang Bing. Là s’invente une forme, là s’imprime la présence obstinée de Wang Bing sur les pas de l’Autre, là éclate la virtuosité du cadre dans un monde en perpétuel mouvement, là irradie l’humanité de cet œil qui marche.

© Wang Bing

Pour Wang Bing, filmer relève de l’urgence, de la nécessité d’interroger son temps, son pays, séance tenante, d’établir un hors-champ de la couverture médiatique officielle, entre propagande et censure. Le cinéma de Wang Bing est traversé par cette question: Comment montrer la vie des anonymes, ceux que “l’économie socialiste de marché” ignore, méprise ou exploite?

La portée politique du cinéma de Wang Bing, jamais ouvertement revendiquée, s’exprime par une éthique de la patience, de la concentration, de la persistance. Etre là, ni trop loin, ni trop prés, attendre, ne pas partir, ne pas intervenir, ne pas savoir à priori, laisser la vérité des personnages advenir d’elle-même : ce dispositif minimal traduit bien la volonté de se soumettre à ce qui arrive. S’il s’en remet à l’autre, Wang Bing pour autant ne disparait pas. Tout est vu et entendu depuis sa camera, unique point de captation. Son souffle haletant perceptible, le bruit de ses pas ou l’apostrophe d’un ouvrier (“tu filmes ?”) attestent de l’omniprésence invisible, tel un filtre sensible, de son corps filmant.

[Source communiqué de presse]

Événement partenaire du Club Artistik Rezo

Articles liés

“Mais t’as quel âge ?!”, un portrait humoristique de toutes les générations
Agenda
121 vues

“Mais t’as quel âge ?!”, un portrait humoristique de toutes les générations

Jeune ou vieux tout est relatif… une chose est sûre, vous appartenez à une génération ! Vos petites habitudes vous ont dénoncés. Et elles sont drôles ces petites manies. Pour relativiser le cap de la trentaine, Marion Pouvreau dresse...

Une invitation à la paresse au Théâtre de la Cité Internationale
Agenda
129 vues

Une invitation à la paresse au Théâtre de la Cité Internationale

« Paressons en toutes choses, hormis en paressant. » dixit Lessing, écrivain allemand. Une chambre devient le théâtre d’une réflexion politico-poétique sur un sujet connu de tous : le travail. Librement inspiré du Droit à la paresse, manifeste social écrit par Paul...

Le collectif Visual System s’installe au théâtre du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, afin de vous présenter “Circonvolution”
Agenda
147 vues

Le collectif Visual System s’installe au théâtre du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, afin de vous présenter “Circonvolution”

Visual System propose de s’approprier par le biais du son et de la lumière le théâtre du Centre Wallonie-Bruxelles | Paris. La performance mettra en scène l’installation réalisée pour “A Circular Journey” à l’Atomium en 2018. Elle s’en inspirera...