0 Shares 368 Views

Lokiss « The Soul », une exposition rétrospective et projective !

3 avril 2019
368 Vues

Avant de devenir un folklore emprunté et une posture, le writing est d’abord et avant tout une culture de la réappropriation.

Réappropriation de la ville, et donc du lieu et de l’espace, mais aussi du langage. Un langage codé pour initiés qui s’exprime presque de manière occulte et dont le sens ne se révèle que de manière implicite ou en filigrane. Le graffiti est aussi disruptif. Disruptif vis-à-vis de son environnement, de l’art et même de sa propre histoire. Cette culture ne demande pas à être validé et s’arroge alors le droit de ne pas être totalement défini. Rien n’y était explicite au début et tout était à construire ou plutôt à déconstruire.

C’est dans ce contexte, en l’an 0 de la vague européenne, dans la friche du terrain vague de la Chapelle, qu’est né Lokiss. Exit l’orthodoxie américaine où le slogan publicitaire est de mise, Lokiss, en véritable précurseur, fait alors voler en éclat les fondamentaux de la lettre et définit une nouvelle grammaire et des codes esthétiques singuliers qui posent les fondations du graffiti européen.

Spray Can Art et Paris Tonkar vont alors essaimer dans toute l’Europe, et polliniser, l’exégèse d’un graffiti libéré et libérateur, affranchi de ses propres codes. Lokiss mêle au writing son attrait pour la physique quantique et les sciences, son intérêt pour la conquête spatiale et les nouvelles technologies qui se télescopent, s’enchevêtrent et s’interpénètrent dans le fracas et le chaos de murs explosifs.

La peinture de Lokiss est d’abord celle du bruit. Le bruit de la mécanique qu’il y dépeint. Le bruit de pièces plus grandes que son auteur et qui révèle le défi de l’homme face à la machine, de l’humain face aux sciences et la technologie, de l’individu face au monde et la société. Il reste ce bruit sourd comme un murmure à mesure que la pièce ne s’efface et ne s’érode, ne devenant à son tour plus qu’une trace de l’auteur.

« J’ai appris l’art en voyant mon art détruit » dira Lokiss, révélant la part d’absurdité du writing qui puise son excitation et son intérêt dans la destruction attendue de l’œuvre. Lokiss a naturellement embrassé d’autres médiums et s’est tourné vers une production en atelier. ce travail est devenu le continuum et une extension de ses peintures dans le domaine public. Parvenir à être signifiant dans cette culture est difficile mais transformer cette pratique et l’inscrire au-delà de son cadre premier, l’est plus encore.

Du writing, Lokiss en a conservé le gout de la transgression et de l’émulation, une appétence sans cesse renouvelée pour la découverte, une certaine inclinaison pour l’âpreté et la transversalité. Des murs à la toile, de la sculpture au travail de l’inox, de l’écriture de livre aux multimédias Lokiss interroge notre propre finitude, notre rapport au futur et aux nouvelles technologies. Il sonde l’ADN et le devenir de l’homme devenu urbain.

The Soul est à la fois une rétrospective et une exposition projective. Elle révèle la continuité du travail de Lokiss, les points d’achoppements, les points de rupture et les évolutions. Le titre, en référence direct au morceau mythique « Al Naafiysh » (Hashim – 1983), marque aussi ce désir de toucher à l’essence et au moteur de son travail. Ironie du sort, celui qui a pendant tant d’années, spéculer sur les sciences et les technologies revient à l’essentiel et prend à rebours, l’idée du progrès immanent entièrement dirigé vers la découverte bienfaitrice. Sans âme, le progrès et l’avancement sont corrupteurs.

Formellement, Lokiss cultive aussi le paradoxe. Il perpétue le formalisme du writing à mesure qu’il s’en éloigne. De l’explosion de couleur qui rappelle ses fresques du début, il est passé à la radicalité du noir et blanc. L’inox rappelle l’âpreté de murs industriels et le recours à un panel réduit de couleurs, l’essence du tag. L’épure de ses visages se dessinent comme des lettres, de manière fragmentées et elliptiques. Chaque visage est un code et chaque lettre, le premier fondement du langage. En miroir, se révèle les plus petites unités sécables de l’humanité et du langage : l’homme et la lettre. En somme, l’essence du writing.

On en revient toujours aux fondamentaux.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel
Agenda
119 vues
Agenda
119 vues

The Twilight Zone, quand la quatrième dimension s’invite chez Castel

Une soirée organisé par “la Galerie”. Sous l’impulsion de son directeur artistique Gwenaël Billaud, la Galerie a su depuis imposer un nouveau concept de soirées investies par l’art moderne et contemporain, dans le cadre desquelles participent performeurs, artistes, DJs,...

René Urtreger Trio au Sunset Sunside
Agenda
33 vues
Agenda
33 vues

René Urtreger Trio au Sunset Sunside

Dans le petit monde du jazz, on l’appelle parfois le « roi René ». Comme en écho lointain de ce comte de Provence du XIVe siècle qui préférait les arts florissants des lettres et la compagnie des gens d’esprit...

À Bordeaux, Borondo transfigure le Temple des Chartrons
Art
230 vues
Art
230 vues

À Bordeaux, Borondo transfigure le Temple des Chartrons

Avec Merci au Temple des Chartons à Bordeaux, Borondo prouve à nouveau sa capacité à embrasser un lieu pour y déployer son exceptionnelle profondeur poétique. A voir absolument ! Dans le petit monde de l’art urbain, Borondo est une figure...