0 Shares 244 Views

Moi, Colette – Maxim’s de Paris

10 janvier 2014
244 Vues
Moi_Colette_-_Maxims_de_Paris

Moi_Colette_-_Maxims_de_Paris::

Moi, Colette

Une pièce de Pierre-André Hélène

Mise en scène de Théodora Mytakis

Avec Véronique Fourcaud

À partir du 19 janvier 2013
Les dimanches à 16h30

Réservations par tél. au 01.42.65.30.47 ou au 0892.68.36.22 (0,34€ TTC/min) et par e-mail au lacollection1900@maxims-de-paris.com

Tarifs : 40€ et 25€

Petit théâtre de chez Maxim’s
3, rue royale
75008 Paris
M° Concorde

www.maxims-de-paris.com

À partir du 19 janvier 2013

Paquebot Normandie, Juin 1935. Voyage inaugural de retour du célèbre transatlantique. A la demande du commandant qui lui réclame une causerie sur sa vie, Colette se remémore les gens et les choses qui ont marqués sa carrière. Oeuvres, maris, amants et amis peuplent les souvenirs mouvementés d’une femme libre devenue légendaire.

Colette (1873-1954)

Gabrielle Sidonie Colette est née en janvier 1873 dans une famille modeste de Saint-Sauveur-en-Puisaye (Yonne). À l’âge de vingt ans, elle se marie avec Henry Gauthier-Villars, dit « Willy », qui l’encourage à écrire et publier ses souvenirs d’enfance. C’est ainsi qu’est écrite (d’abord sous le nom de Willy) la série des Claudine (1900-1903), dont Claudine à l’école (1900), qui connaît un grand succès. Après son divorce d’avec Willy (1906), Colette signe ses œuvres. Avec  son amie la marquise de Belbeuf dite « Missy », elle fait l’expérience du music-hall. Elle épouse Henry de Jouvenel en 1911 et entame une carrière de journaliste au Matin. Colette publie Chéri en 1920, Le Blé en herbe (1923), Sido (1929) et La Chatte en 1933. En 1945, Colette est élue membre de l’Académie Goncourt. Elle meurt comblée d’honneurs en août 1954 à Paris.

Note de l’auteur

Colette. Colette, écrivain ; Colette journaliste – ce qui est beaucoup moins connu ; Colette, envoyée en reportage lors de la croisière inaugurale du paquebot Normandie. Une obligation qu’elle ne refuse pas, bien au contraire et où elle s’empresse d’emmener, à 62 ans, son dernier amour en date qu’elle épouse à cette occasion. J’ai souhaité faire revivre la personnalité extraordinaire de l’écrivain, grâce à cette conférence qu’elle donna réellement sur le Normandie et dont je réinvente, mais avec ses propres mots, le fil d’un discours qu’elle aurait pu dire, qu’elle a sans nul doute dit. Pierre-André Hélène

Historien d’art, écrivain et comédien, Pierre-André Hélène a publié plusieurs ouvrages parmi lesquels « Toulouse-Lautrec à Montmartre », et participé à de nombreuses émissions de télévision et documentaires en lien avec ses passions : l’histoire de l’art, Paris, l’univers du luxe. En 2010, Il entreprend d’écrire une série de one-man-shows historiques qu’il interprète au Théâtre de Nesle. Il est également le directeur du nouveau musée parisien « La collection 1900 » chez Maxim’s.

Note de mise en scène

D’un prénom, elle s’en est fait un nom : Colette. Un nom qui sonne dans notre inconscient comme celui d’une femme libre, mutine et talentueuse. Une plume sensuelle et libertine, qui fut l’étendard de la femme avant-gardiste à parfum de scandale. Aujourd’hui, dans le lieu le plus mythique de la capitale, temple de l’Art-déco et des folles nuits parisiennes, Maxim’s, il était plus que légitime de lui rendre un hommage. Elle nous livre ici ses souvenirs hauts en couleurs. Ni aigrie, ni nostalgique mais toujours lucide et joyeuse. Elle est tour à tour, femme de lettre, femme à hommes, femme fragile, gourmande d’une vie tumultueuse et fantasque. Théodora MYTAKIS

Théodora Mytakis a été dirigée par Jérôme Savary au Théâtre National de Chaillot aux côtés de Francis Huster et Christiana Réali dans « Cyrano de Bergerac » (1998), Bernard Murat, au Théâtre Marigny, aux côtés de Jean-Paul Belmondo dans “Frédérick ou le boulevard du Crime” d’Eric-Emmanuel Schmitt (2000). En 2007, elle joue dans “Famille de Stars” avec Philippe Khorsand. Elle est l’assistante de la mise en scène de Bernard Murat pour “Sentiments provisoires” et “Audition” au Théâtre Edouard VII. 

Veronique Fourcoud

Formée à l’art lyrique, mais aussi au mime et à l’art de la diction, Véronique Fourcaud est l’arrière-petite-cousine du peintre Henri de Toulouse-Lautrec qui inspira son tout premier récital. Sa rencontre avec Pierre Cardin en 2000, lui permettra la création d’un nouveau récital La Nouvelle Dame de chez Maxim’s  donné sur la scène de la rue Royale pendant quatre ans. Pierre Cardin lui présente ensuite le comédien et metteur en scène Gérard Chambre. Parallèlement à ses récitals dédiés à Offenbach, Yvonne Printemps et Yvette Guilbert qu’elle interprète en tournée, sont ainsi crées L’homme de la Mancha de Brel, Le Petit groom de chez Maxim’s, le cabaret du Bœuf sur le Toit , puis le Fou chantant a cent ans , cabaret autour de Charles Trenet. Pierre Cardin encourage également ses débuts en tant que comédienne dans Feu la mère de Madame, de Feydeau, puis dans N’écoutez pas, Messieurs de Sacha  Guitry et ensuite, dans  son premier seule-en-scène au théâtre,  Sarah Bernhardt, toujours !, mis en scène par Nicolas Laugero-Lasserre. Moi, Colette  est son second seule-en-scène.

Articles liés

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers
Agenda
25 vues
Agenda
25 vues

La Source des Saints – Théâtre de Gennevilliers

Avec un sens aigu de l’épure, Michel Cerda fait résonner toute la singularité de la langue de John Millington Synge dans cette fable à la cruauté savamment grinçante… Martin et Mary vivent dans la douceur, au croisement des routes. Ils sont pauvres, laids,...

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque
Cinéma
253 vues
Cinéma
253 vues

Rétrospective Youssef Chahine à la Cinémathèque

La Cinémathèque Française rend hommage à ce grand réalisateur, à l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition. Une exposition fort intéressante, à la croisée des cultures orientales et occidentales. Nous sommes au Musée du Cinéma, au premier étage de la Cinémathèque Française. Un...

Iris-Space – Faire de votre œil une œuvre d’art
Art
902 vues
Art
902 vues

Iris-Space – Faire de votre œil une œuvre d’art

Rencontre avec Aline et Eléa, jeunes femmes prometteuses à l’origine du projet Iris-Space. Grace à la macrophotographie, elles proposent de dévoiler au grand public les paysages cosmiques qui tapissent nos iris. Comment est né ce projet ? On a fait...