0 Shares 300 Views

“Periphery of the Night” : Apichatpong Weerasethakul s’expose à l’IAC de Villeurbanne

Portrait Apichatpong Weerasethakul © Kick The Machine

Du 2 juillet au 28 novembre 2021, l’IAC de Villeurbanne présente Periphery of the Night, une monographie d’envergure, d’une ampleur encore inédite pour une institution publique française, de l’artiste et cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’or à Cannes en 2010, pour son film Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures.

L’artiste, né à Bangkok en 1970, a grandi à Khon Kaen dans le nord-est de la Thaïlande. Il obtient un diplôme d’architecture, puis une maîtrise de cinéma à l’Université de Chicago. Sa découverte, à l’âge de 24 ans, des cinéastes expérimentaux américains le marque durablement. Depuis son premier long métrage (Mysterious Object at Noon), ses films et ses expositions lui ont valu une large reconnaissance et de nombreux prix en festival, dont deux prix du Festival de Cannes. Il vit et travaille aujourd’hui à Chiang Mai en Thaïlande.

© Durmiente, 2021 – async – first light, 2017 © Kick the Machine

Avec Periphery of the Night, Apichatpong Weerasethakul propose pour l’intégralité des espaces de l’IAC un projet immersif composé d’une vingtaine d’œuvres, incluant des pièces inédites. Le parcours, jalonné de chambres obscures, multiplie les supports et les dispositifs de projection, façonnant autant d’environnements initiatiques où s’exerce un véritable art de la dilatation. Porté par le rythme envoûtant des vidéos, leurs jeux d’ombres et de lumières, le tissu sonore pénétrant qui les accompagne, le visiteur est invité à circuler de l’une à l’autre dans un état de conscience altéré, à la lisière entre la veille et le sommeil.

Power Boy (Mekong), 2011 © Kick the machine

C’est cette lisière, cette “périphérie” nocturne que l’artiste explore, lui qui a passé son enfance en bordure de la jungle. La périphérie de la nuit : un espace-temps distinct et pourtant à portée de main, à quelques encablures du jour.

Commissariat : Nathalie Ergino, directrice de l’IAC, assistée d’Elli Humbert

Le projet est porté par l’Institut d’art contemporain (IAC) Villeurbanne, en partenariat avec la Galerie Kurimanzutto (Mexique) qui représente l’artiste

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

“Main basse sur le magot” : succès et reprise au Funambule Montmartre !
Agenda
85 vues

“Main basse sur le magot” : succès et reprise au Funambule Montmartre !

Paris, années 1930, dans le monde des petites fripouilles. Le gus de Loulou est à l’ombre. Pour croûter propre, il lui faut de l’oseille, du flouze, du pognon. D’autant qu’il en doit un paquet à la bande de Pierrot...

Festival Photo Days du 1er au 30 novembre à Paris
Agenda
130 vues

Festival Photo Days du 1er au 30 novembre à Paris

Créé en 2020, Photo Days propose de fédérer tous les événements relatifs à la photographie et à la vidéo dans Paris du 1er au 30 novembre.  Fort du succès de sa première édition en 2020, Photo Days présentera du...

Le gala Hope invite les talents de la danse au profit de la recherche médicale
Agenda
179 vues

Le gala Hope invite les talents de la danse au profit de la recherche médicale

 L’AFM Téléthon organise le 21 octobre prochain une soirée exceptionnelle au Casino de Paris.  Jérôme Commandeur, le présentateur, rassemblera les grands noms : Alice Renavand, danseuse Etoile de l’Opéra de Paris, les chorégraphes Angelin Preljocaj, Marion Motin et Mehdi...