0 Shares 518 Views

Coco Egia : “Je pense avoir compris depuis toujours qu’il y avait une âme à aller chercher au-delà de la photo”

Chloé Delage @cocoegia

Voici une manière de repenser l’image de soi par le travail de Coco Egia. Sensible et bienveillante, elle nous dévoile ici un petit bout de son univers.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Chloé, j’ai 23 ans, j’habite sur Lyon, je suis photographe et maintenant energéticienne. Ça fait trois ans que je suis à temps plein dans mon entreprise de photo où je fais principalement un travail autour de la mode, des marques éthiques, du soin par l’image qui est une forme d’art thérapie et du travail avec des couples aussi. Et donc j’alterne ces deux métiers une semaine sur deux.

Comment es-tu arrivée à la photographie ?

Je fais de la photo depuis que je suis toute petite, j’ai toujours été la reporter du groupe. C’était vraiment un médium pour m’exprimer, apprendre à exprimer mes émotions et ma vision du monde. Puis, finalement c’est devenu une passion au fil des années. J’ai commencé à faire des portraits de mes amis et d’inconnus avec un reflex. Je suis entrée en fac de psychologie mais la photo a prit le dessus donc je suis partie en BTS photo.

Chloé Delage @cocoegia

Quel a été le moment où tu as pu montrer ton travail ?

En 2016, j’avais fait un concours “graine de photographe” et j’avais fini 2eme ou 3eme. C’était déjà super encourageant. Puis j’ai fait assistante pour un photographe de mariage. Encore une étape qui m’a professionnalisé, j’ai acquis des nouvelles choses extérieures à ce que j’apprenais toute seule.

Tu as toujours aimé prendre en photo des sujets humains ?

Oui ça a toujours été de l’humain. Je suis partie en psychologie et il y a de la psychologie dans la photographie et c’est ce que j’aime. On a quelque chose a aller chercher : les corps, les émotions. Il y a quelque chose qui se passe. Quand je prends par exemple un paysage sans l’humain, pour moi, c’est très plat, il manque quelque chose. Donc j’ai toujours travaillé l’humain et surtout la femme. Je pense avoir compris depuis toujours qu’il y avait une âme à aller chercher au-delà de la photo.

Chloé Delage @cocoegia

Comment pourrais-tu décrire ton univers, que souhaites-tu transmettre à travers tes photos ?

Bienveillance, c’est la première chose qui me vient. Montrer que chacun est légitime dans son corps, d’être pris en photo tout simplement. C’est accueillir la personne sans jugement. On discute et installe une relation de confiance où on se confie des choses. Je veux transmettre beaucoup d’amour aussi. Ça passe par les mamans que je prends avec leur enfant. J’ai envie d’apporter beaucoup de douceur et d’amour aux gens qui les regardent et qui se reconnaissent. À la fois je peux faire des choses où j’ai envie de faire des paysages incroyables où il y a une fille qui a une robe incroyable et à la fois j’aime aussi montrer des photos où les gens peuvent se reconnaître.

Déjà de base j’aime le vintage, j’aime dénaturer l’image pour que ce soit comme un ancien temps. Parce que quand on fige une image elle est déjà passée. Mais cette ambiance douce pour qu’on puisse voir dans les corps et la manière de s’aimer une douceur. Parce qu’au final on est souvent très durs avec soi-même et cette douceur vient contraster et amener les gens à se dire qu’eux aussi sont légitimes de se trouver magnifiques.

Comment travailles-tu tes photos ?

Bien sûr je les retouche au niveau de l’univers colorimétrique pour qu’on retrouve “ma patte”. Par contre je ne touche pas aux corps ou aux morphologies, ni à l’acné ou aux taches de rousseurs spécifiques sur le visage. Le but est de photographier la personne comme elle est.

Chloé Delage @Cocoegia

Qu’appelles-tu soin par l’image ?

C’est ce que je fais avec les femmes uniquement en sous-vêtements, cela mélange le soin énergétique et l’image. Sur les autres shootings il y a une forme de soin par l’image car même dans les marques éthiques, je me bats pour que les marques aient toutes morphologies, toutes couleurs de peau, de cheveux, toutes tailles. Et ça pour moi ça fait partie du soin par l’image, c’est accueillir toute personne telle qu’elle soit.

C’est surtout le côté énergétique qui vient soigner. Avec les mains je vais vraiment aller débloquer ce qu’il se passe en elle. Et en voyant les photos, les images de soi, réellement telle qu’elle est, de devenir confiante.

C’est vraiment des changements profonds, des métamorphoses, des libérations qui sont fortes, te permettent de changer dans ta vie. Souvent, au début de la séance c’est un peu compliqué. À la fin, la femme est incroyable, on dirait une guerrière, elle est boostée, c’est un soleil qui rayonne.

Comment se passe une séance photo ?

Ça dépend vraiment des gens. Je n’ai pas de studio, je fais tout à l’extérieur, en nature quand il fait chaud ou sinon en Airbnb, studio lumière naturel ou chez elle. Je bouge beaucoup aussi, à la base je viens de Nantes, je me déplaçais alors beaucoup dans l’ouest, à Montpellier… Je reste maintenant plus sur Lyon.

Pour les shootings artistiques avec les marques, j’ai une maquilleuse et une styliste. C’est aussi comme ça que j’arrive à pousser les projets aussi loin. Parce que j’ai une équipe entière et chacun ajoute sa petite brique pour monter le projet.

Chloé Delage @Cocoegia

As-tu le souvenir d’un shooting qui t’as particulièrement marquée ?

J’en ai tellement. C’est compliqué parce qu’à chaque fois que je sors d’un shooting je me dis : “wow c’est le meilleur shooting de ma vie”. Mon équipe en rigole. Parce qu’à chaque fois ce sont des gens différents, à chaque fois je m’améliore en photo, forcément mon regard évolue.

Mais je vais parler d’un shooting assez incroyable. C’était avec une femme à Montpellier, une amie d’une amie, qui est venue à moi. On avait prévu un lieu en pleine nature et c’était vers septembre donc normalement il faisait bon mais ce soir là il faisait vraiment froid. Tous les éléments étaient là:  le coucher de soleil, le vent, les nuages, la nuit, les étoiles. On est restées jusqu’au bout, on a fait des photos jusqu’à la nuit, ce qui m’arrive pas souvent. C’était incroyable et c’est comme si tous les éléments nous avaient accompagnés dans le shooting et on s’est imprégnées de ces éléments et vu mon travail énergétique je suis rattachée à la nature et à la terre. Et là j’ai vraiment senti qu’il y avait une force incroyable avec nous, on a fait des photos incroyables et c’était un moment émouvant ou elle s’est libérée. C’est un moment qui restera vraiment gravé dans ma mémoire.

Propos recueillis par Adeline Bouvret

Articles liés

“Rire sans gluten” : le dernier one man de Jeremy Charbonnel
Agenda
34 vues

“Rire sans gluten” : le dernier one man de Jeremy Charbonnel

Vous aimez la viande sans nitrate, le vin sans sulfite et les shampooings sans paraben ? Vous allez adorez le 1er spectacle sans gluten ! Avec ses textes sans additif, ses punchlines élevées en plein air et son humour éco-irresponsable, Jérémy...

Première édition du festival Jogging au Carreau du Temple du 11 au 17 juillet
Agenda
40 vues

Première édition du festival Jogging au Carreau du Temple du 11 au 17 juillet

Pour cette première édition, le festival Jogging explore de manière unique et innovante les croisements entre Sports & Arts. Du 11 au 17 juillet 2021 le Carreau du Temple se transforme en aires de jeux sportives et se lance à grandes foulées dans la créativité, le...

Buropolis : 250 artistes en résidence dans un ancien immeuble de bureaux à Marseille
Agenda
61 vues

Buropolis : 250 artistes en résidence dans un ancien immeuble de bureaux à Marseille

L’association Yes We Camp et plusieurs collectifs d’artistes marseillais se sont mobilisés depuis plusieurs mois pour construire un projet ambitieux : l’occupation temporaire d’un grand immeuble de bureaux dans le 9e arrondissement de Marseille, à l’initiative du futur propriétaire,...