0 Shares 2685 Views

Combien d’artistes femmes sont présentes à la Urban Art Fair 2016 ?

22 avril 2016
2685 Vues
madame_moustache

Urban Art Fair

La première foire internationale dédiée à l’art urbain s’installe au Carreau du Temple

Du 22 au 24 avril 2016

Tarifs : de 8€ à 12€

Carreau du temple
4, rue Eugène Spuller
75003 Paris
M° Temple 

urbanartfair.fr

Une trentaine de galeries sont au rendez-vous de cette première foire internationale dédiée à l’art urbain: la Urban Art Fair, au Carreau du Temple. Parmi tous ces artistes exposés, une petite dizaine seulement sont des femmes.

Sany, réalisatrice du film « Girl power » projeté samedi à l’auditorium du carreau du temple, ne mâche pas ses mots. « C’est un environnement très masculin, surtout dans le milieu du graffiti. Beaucoup d’hommes considèrent encore que nous n’avons pas notre place. Graffer est une activité très physique, il faut agir rapidement. N’oublions pas que c’est un acte illégal dans beaucoup de pays ! »

Si le street art ou le graffiti sont encore majoritairement une histoire d’hommes, les filles s’y intéressent de plus en plus. On pourra croiser des œuvres de la pochoiriste de renom Miss. Tic, stand 22-Galerie Bertheas, de Jade Doreen Waller, Asha Zero, Aïda Gomez ou encore Romisa Sakaki. Devant la grandeur de ce Salon d’art urbain, force est de constater la présence trop discrète des femmes.

Madame Moustache fait du collage poétique. Elle crée des petites pièces à partir de papiers, gravures, dessins ou photographies anciennes puis les scanne et les redimensionne avant de les coller dans les rues parisiennes. Contrairement à beaucoup de ses collègues, elle travaille de jour afin de provoquer les rencontres.

« Je ne trouve pas qu’il soit compliqué d’être une femme dans ce milieu urbain. La majorité des artistes masculins avec lesquels j’ai eu la chance de collaborer dans le cadre de projets particuliers ou de festivals, ont une approche très sympathique, parfois même protectrice envers moi. Je ne crois pas que les hommes du milieu du graff nous imaginent comme une petite chose fragile. Ils sont avant tout curieux de notre travail. » Madame Moustache, représentée par la galerie Artistik Rezo est exposée au Stand 29 de la Foire. 

olivia de bona

On croisera également Olivia de Bona, au Stand 35, tenu par 9 ème concept. Cette peintre et dessinatrice propose un univers figuratif doux, sensuel presque charnel, depuis maintenant 10 ans.

Bien accueillie par ce collectif d’artistes essentiellement masculin, il lui a tout de même fallu faire sa place. « J’ai dû ne pas me laisser écraser par certains gros égaux. Une femme doit travailler fort et exploiter toutes ses ressources pour réussir à imposer un certain respect. Mais cette constatation vaut dans tous les domaines ! »

L’artiste reste très positive. « Le milieu s’est beaucoup ouvert. Avant, quand une femme était invitée à peindre un mur, on se disait qu’elle allait faire quelque chose de ‘mignon’. Cette idée reçue s’efface de plus en plus. »

Certaines d’entres elles travaillent en couple, équilibrant plus facilement les tâches. C’est le cas de Jana et de son mari JS, à la Galerie Clemouchka du Stand 20. 

Une vraie sensibilité s’échappe de ces dessins de femmes allongées, recroquevillées, seules ou entourées.

« Notre travail est très fusionnel, nous avons pris l’habitude depuis le début de tout concevoir ensemble, comme si nous ne formions qu’une seule et même personne. Je ne suis pas sûre de pouvoir ressentir cet équilibre autrement. Nous partageons chaque étape de notre démarche artistique. Evidemment, l’arrivée de nos enfants a modifié l’organisation. Nous travaillons toujours à deux les oeuvres (idée, concept, préparation des pochoirs), mais pas leurs réalisations (construction du support, peinture) ».  

Jana  Js Une certaine difficulté à se sentir complètement légitime émane encore de ces artistes, prouvant que tout n’est pas résolu.

« J’ai longtemps pensé que les femmes étaient moins crédibles dans ce milieu » avoue Olivia de Bona. « Au final cela nous a poussées à éprouver nos convictions, à développer nos techniques et nos thématiques personnelles. Aujourd’hui j’observe une sacrée brochette de nanas qui envoient du bois ! »

Si la suite de son discours dénote une vraie force, son début pourra cependant laisser songeur.

La création doit-elle connaître un sexe ?

 

Cette grande rencontre d’art urbain permet de constater des écarts tout en insufflant une vérité: les femmes minoritaires sont bel et bien en train d’affirmer leur existence.

 

M.D

A découvrir sur ARtistik Rezo :
– Girl Power : le documentaire qui montre la vraie place des filles dans le graffiti,
Marie Dufour
– Agnès b., invitée d’honneur de l’Urban Art Fair, Stéphanie Pioda
– Madame : « Je n’imagine pas bosser sans me marrer »,
Sophie Pujas

Articles liés

Ce week-end à Paris… du 3 au 5 février
Art
221 vues

Ce week-end à Paris… du 3 au 5 février

🎵IT’S THE FINAL COUNTDOOOOOOOWN !! 🎵 Plus que quelques heures avant le début du week-end. Savez-vous déjà comment l’occuper ? Si non, pas d’inquiétude : l’équipe d’Artistik Rezo vous a concocté un programme riche en activités culturelles. Vendredi 3...

“DUST NOISE”, une exposition à découvrir à la galerie Le Réservoir Paris
Agenda
120 vues

“DUST NOISE”, une exposition à découvrir à la galerie Le Réservoir Paris

Le Réservoir Paris est heureux de vous convier au vernissage de l’exposition DUST NOISE, une exposition collective qui réunit pour la première fois les oeuvres de Charlie Verot et Swann Ronne, le vendredi 10 février de 18h à 21h...

“Merci Francis” : les Coquettes arrivent au Grand Point Virgule
Agenda
106 vues

“Merci Francis” : les Coquettes arrivent au Grand Point Virgule

Les Coquettes sont plus qu’un trio aux 450.000 spectateurs conquis : elles sont un service de santé public ! Un grand bol d’air frais. Un trio qui titille et torpille les idées reçues. Un show ébouriffant qui fédère Télérama,...