0 Shares 1063 Views

Formento + Formento : “La photographie est une déclaration d’amour”

© Formento + Formento

Le couple américain de photographes nous plonge dans son univers photographique créatif et esthétique qui laisse place à son prolongement mental avec une force énigmatique qui nous attire vers elle.

Pourriez-vous vous présenter ?

Nous sommes connus pour notre photographie inventive qui explore les thèmes de l’amour, de la perte, du désir et du fardeau de la mémoire. Utilisant des situations mises en scène et des couleurs désaturées, l’étrange sensualité de notre style révèle une fascination pour la fiction et la réalité, ainsi que pour l’ambiance et la texture, où le sens du lieu occupe une place prépondérante. Qu’on tourne en Amérique, en Europe, à Cuba, au Mexique, en Inde ou au Japon, nous mêlons une passion fervente pour la photographie et le cinéma, à un amour durable pour l’autre.

Pouvez-vous décrire votre parcours ?

Sous le nom de Formento + Formento, Richeille Formento est directrice artistique, tandis que moi, BJ Formento, j’éclaire et photographie. Les images sont un portrait mutuel – un échange dans lequel les individualités de l’artiste s’estompent, laissant des traces les unes sur les autres. Ensemble, nous avons une capacité passionnante à absorber l’esprit d’un temps et d’un lieu, créant avec une vision qui fait référence au passé, mais reste contemporaine et très originale.

Comment la photographie est-elle entrée dans votre vie ? 

Mon père était un photographe amateur et a pris de nombreux selfies de ses 15 années dans la marine américaine et de très beaux portraits vernaculaires de ma mère. En grandissant, il y avait donc un appareil photo Minolta, des albums photos très appréciés et des milliers de diapositives kodachromes. Je me souviens avoir fabriqué un projecteur à partir d’une boîte à chaussures et d’une lampe de poche. J’ai cinq frères et sœurs et nous avions donc une table à manger imposante. Je jetais une couverture sur cette table et je tenais un diaporama du travail de mon père. J’ai donc très vite réalisé la valeur émotionnelle de la photographie, la façon dont elle relie les gens, le langage universel non parlé et surtout le pouvoir qu’a une photographie de vous transporter dans un tout autre monde.  J’adore la force de ce médium qui inspire l’imagination.

© Formento + Formento

Que signifie la photographie pour vous ?

Une déclaration d’amour.

Comment décririez-vous votre style, votre façon de travailler ? 

Mon premier livre de photographie ne contenait pas beaucoup de photos.  C’était les livres de jour d’Edward Weston, il tenait un journal dans lequel il consignait sa lutte pour se comprendre lui-même, pour comprendre sa société et son milieu. Rarement un artiste a écrit sur sa vie de manière aussi vivante, intime ou sensible.  Et pour des raisons que je n’ai pas pu exprimer, j’ai été attiré par le fait que ses nus ressemblaient à des poivrons et que ses poivrons ressemblaient à ses coquillages. L’idée que les images peuvent être si différentes mais qu’elles ont toujours ce fil conducteur qui est maintenu par une vision d’artiste était donc pour moi époustouflante. Une autre grande partie de mon monde est constituée par les œuvres de Duane Michals. Contemplatif, confessionnel et comique, l’art de Duane Michals exerce un attrait qui transcende le public conventionnel de la photographie. Depuis le début des années 1960, Michals a dépassé ce qu’il considère comme les limites de l’appareil photo : il écrit dans les marges de ses tirages, crée des séquences d’images qui explorent les dilemmes humains intangibles – le doute, la mortalité, le désir -, et dérive des effets poétiques d’erreurs techniques telles que la double exposition et le flou de mouvement. Richeille et moi, nous avons la chance d’être devenus amis avec Duane ; nous avons partagé de nombreuses soirées dans sa maison de Manhattan et il nous inculque toujours la notion qu’il est du devoir de l’artiste de toujours évoluer et explorer.

© Formento + Formento

Quels ont été vos derniers projets ? Peut-être souhaitez-vous mentionner une série que vous aimez particulièrement ?

Notre dernière série intitulée “36” est notre méditation sur le Mont Fuji. En hiver 2018, nous sommes retournés au Japon, nous nous sommes concentrés sur la canalisation de l’artiste Hokusai et Hiroshige et nous avons posé la question de savoir ce que le mont Fuji signifie pour nous. Nous considérons le Japon comme notre refuge spirituel et nous aspirons toujours à y revenir et à approfondir notre exploration des gens et des paysages. Ce nouveau travail nous a fait quitter la ville de Tokyo pour nous rendre à la campagne. Ici, nous voulions vivre sous l’apparence toujours changeante du mont Fuji et faire l’expérience de son énergie brûlante, créant un récit ambigu et psychologiquement évocateur avec nos femmes, alors qu’elles jouaient une vie imaginaire sous la force de la montagne et au-delà du bord du cadre.

Votre travail est-il représenté en Europe, et en France en particulier ?

Nous sommes représenté par ARTITLED contemporain au Royaume-Uni et aux Pays-Bas.

© Formento + Formento

Des projets en cours ou en préparation ?

Nous avons beaucoup voyagé au cours des dix dernières années et maintenant nous avons un terrain dans le Connecticut, nous construisons personnellement trois studios pour travailler à domicile. Le travail explorera les forces opposées dans l’union. Des images très primaires mais sous la surface, quelque chose de suggestivement sale. Nous voulons que le nouveau travail ne demande pas simplement de regarder une photographie, mais de regarder à l’intérieur et de voir ce qu’il y a d’autre et de créer des photographies qui sont si esthétiquement ravissantes que vous risquez de les apprécier un peu trop.

Découvrez le travail de Formento + Formento sur leur site.

Propos recueillis par Eleftheria Kasoura

Articles liés

Brigitte de Thélin, sa rencontre avec la culture Navajos : “Your art is your heart”
Art
150 vues

Brigitte de Thélin, sa rencontre avec la culture Navajos : “Your art is your heart”

Rencontre avec l’artiste française Brigitte de Thélin, qui nous immerge le temps d’une interview dans l’histoire émouvante de l’art traditionnel Navajos et des peintures de sables médicinales. Bonjour Brigitte, avant de plonger dans l’univers des Navajos, pourriez-vous vous présenter,...

La galerie Kamel Mennour lance sa première vente NFT avec le collectif Obvious
Agenda
150 vues

La galerie Kamel Mennour lance sa première vente NFT avec le collectif Obvious

Kamel Mennour s’associe au collectif Obvious pour présenter son premier projet sous forme de NFT. Le collectif Obvious, composé de trois jeunes artistes français, fut parmi les pionniers de la création avec l’intelligence artificielle, à la frontière de l’art,...

Rencontre avec Marion Louisa, à l’initiative d’un tour de France des savoir-faire
Art
233 vues

Rencontre avec Marion Louisa, à l’initiative d’un tour de France des savoir-faire

Marion Louisa est une créative dans l’âme avec une passion communicative du vêtement et de la mode. Elle est attachée à rapprocher la création à la transmission et au partage. Marion s’est appropriée le média vidéo à merveille pour...