0 Shares 726 Views

Les 6 romans à lire et relire de Françoise Sagan

Léa Héron 11 juin 2020
726 Vues

Françoise Sagan aura, entre autres, mis en scène des pièces de théâtre, écrit des chansons, des mémoires, des dialogues au cinéma, des romans et des nouvelles. Moderne et intemporelle, elle nous offre des analyses psychologiques et des personnages beaux, doux, cruels et attachants. Ses histoires souvent empreintes de mélancolie et pleines d’intelligence ne sont pas pour autant dépourvues de légèreté et d’envie de vivre. Redécouvrez ici six de ses livres dont on ne se lasse pas.

1 – Bonjour tristesse, 1954

“La villa est magnifique, l’été brûlant, la Méditerranée toute proche. Cécile a dix-sept ans. Elle ne connaît de l’amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s’amusent, ils n’ont besoin de personne, ils sont heureux. La visite d’une femme de cœur, intelligente et calme, vient troubler ce délicieux désordre. Comment écarter la menace ? Dans la pinède embrasée, un jeu cruel se prépare.
C’était l’été 1954. On entendait pour la première fois la voix sèche et rapide d’un “charmant petit monstre” qui allait faire scandale. La deuxième moitié du XXe siècle commençait. Elle serait à l’image de cette adolescente déchirée entre le remords et le culte du plaisir.”

Françoise Sagan n’a que 18 ans lorsqu’elle publie ce premier roman, déjà doté d’une grande finesse.

© Ed. Pocket

2 – Un certain sourire, 1956

“En compagnie de son jeune amant Bertrand, Dominique, étudiante à la Sorbonne, connaît bien “la petite couleur mauve de l’ennui”. Tout change lorsque Bertrand lui présente son oncle Luc, séduisant quadragénaire à la réputation légère. Près de lui, Dominique se sent tout à coup gaie et drôle, étrangement vivante, et accepte de le suivre pour quinze jours de vacances à Cannes. Que risque-t-elle ? S’attacher à cet homme frivole, un peu cynique, qui semble jouer avec elle ? Souffrir ensuite ? Et après ? Le plaisir, les rires, une complicité inattendue, cela ne vaut-il pas mieux que de s’ennuyer ? Tous les dangers guettent Dominique au bord de la Méditerranée. Elle ne sait pas encore comment on guérit d’un amour…”

Un certain sourire est le deuxième roman de Françoise Sagan, sorti deux ans seulement après Bonjour tristesse.

© Ed. Pocket

3 – Aimez-vous Brahms, 1959

“Paule se mira dans son miroir et y vit “une autre Paule passionnément préoccupée de sa beauté et passant difficilement du rang de jeune femme au rang de femme jeune”. Cette phrase mélancolie soutenue, si pleine de la “petite musique” chère aux admirateurs de Françoise Sagan, donne la note de ce si célèbre roman, porté à l’écran par Anatole Litvak. Paule… décoratrice de mode délaissée par son amant, adorée par un jeune homme de quinze ans son cadet, inquiète, hésitante au seuil d’une nouvelle liaison – amour, passion, toquade ? -, tourmentée par un désir désespéré de bonheur, de jeunesse…”

Une femme de (presque) quarante ans dont Sagan nous livre le portrait tendre, ironique, lucide. Elle réalise ici une analyse psychologique sur un ton léger qui rend la lecture toujours aussi agréable.

© Ed. Pocket

4 – La chamade, 1965

“Au cours d’un dîner, Lucile rencontre Antoine, jeune éditeur parisien. Leur complicité se transforme vite en une fougueuse passion. Or, Lucile vit avec Charles, quinquagénaire élégant et fortuné qui l’entoure d’un amour désintéressé. Malgré sa profonde affection pour lui, lorsque Antoine lui demande de choisir, elle décide de quitter Charles. “Vous me reviendrez. Je n’ai qu’à attendre.” Charles n’en doute pas. Parce qu’il aime cette femme-enfant pour elle-même et non pour lui. Parce qu’il sait qu’un jour Antoine lui reprochera ses faiblesses et ses défauts. Parce qu’il sait aussi que l’amour sans argent ne fait pas le bonheur. Il entend déjà la “chamade”, ce roulement de tambour qui annonce les défaites…”

Sagan décrit ici encore, parfaitement bien la complexité des sentiments amoureux.

© Ed. Pocket

5 – Des bleus à l’âme, 1972

“Sébastien et Éléonore, frère et sœur, complices inséparables, la quarantaine proche, se retrouvent à Paris. Également beaux et blonds, comme il se doit, les voici nonchalamment installés dans un meublé de hasard, parfaitement désargentés et parfaitement disponibles. Presque aussitôt, se pressent autour d’eux Nora, une Américaine aussi riche que mûre, Bruno, jeune premier du cinéma français, Robert, un célèbre imprésario… Françoise Sagan nous offre ici ses sentiments, elle nous parle de sa vie et se met en scène comme rarement. Elle utilise le “je” pour justifier ses choix et lui redonne, dans une pirouette finale, son statut romanesque.”

Ce roman mélange fiction et confession de l’auteure. Comme toujours, ses personnages font ressortir une partie de sa personnalité qui est ici sombre et touchante.

© Ed. Stock

6 – Des yeux de soie, 1975

“Comment quitte-t-on quelqu’un ? Et pourquoi ? Voici dix-neuf nouvelles froides et cinglantes, dix-neuf petites histoires qui nous plongent dans un décor de ruptures. Un homme amoureux de sa femme se rend compte qu’elle a un amant et part pour une partie de chasse avec lui. Aura-t-il le courage ? Une femme qui a déjà bien vécu s’aperçoit qu’elle a des sentiments pour son gigolo ; une autre rentre de week-end à l’improviste et tombe sur les évidences d’une histoire entre son mari et quelqu’un d’autre… Chacun de ces instants de vie reflète une cruauté, une situation inhabituelle ou imprévue et les fins ne sont jamais ce qu’on imagine. La vivacité d’esprit et la légèreté de ton de l’auteur sont une excuse pour se surprendre à sourire impitoyablement face aux déboires des personnages.”

Ce n’est pas le plus joyeux des romans de Françoise Sagan, de par la description de la cruauté amoureuse, mais il n’en est pas moins beau et intéressant.

“Y avait-il une maladie qui permît de mourir beau ? Il n’y en avait sans doute pas, et la seule beauté des hommes était peut-être dans cet élan vers leur vie à venir.”
Extrait de Des yeux de soie, Françoise Sagan

© Lgf

 

À découvrir sur Artistik Rezo :
Les cinq podcasts culturels à découvrir, de Marie Coindeau-Mattei

Articles liés

Alexis Le Rossignol au Point Virgule
Agenda
50 vues

Alexis Le Rossignol au Point Virgule

Vous l’avez découvert sur France Inter ? Ne le ratez pas sur scène ! Le 9 mai 2019, CNews a écrit à son sujet: “de digressions en digressions, il a l’art de sublimer le quotidien de son humour délicieusement...

Ërell : “Mon style s’apparente à une prolifération artistique urbaine”
Art
130 vues

Ërell : “Mon style s’apparente à une prolifération artistique urbaine”

À 33 ans, Ërell sème ses motifs géométriques tous autant accessibles qu’énigmatiques dans l’espace urbain. Ses compositions qui évoluent au fil des rues constituent une ode à la nature. Pouvez-vous nous présenter votre parcours ? J’ai commencé à pratiquer...

Sandrine Sananès : “Chaque personne a en elle la capacité de créer”
Art
149 vues

Sandrine Sananès : “Chaque personne a en elle la capacité de créer”

C’est à l’Atelier de Charenton que Sandrine Sananès exerce et prône l’expression de la créativité sans thème et sans modèle, selon sa méthode “Le Geste de peindre”.  Pouvez-vous exposer votre parcours ? J’ai d’abord vécu dans le sud de...