0 Shares 1532 Views

Sabine Halm : “J’aime à penser que tisser est dans mon héritage génétique”

Chloé Vallot 12 août 2020
1532 Vues

© Sabine Halm

Initialement formée à la broderie, c’est à la recherche d’une forme d’expression plus personnelle que Sabine Halm s’est lancée dans la confection de sculptures.

Pouvez-vous vous présenter et exposer votre parcours ?

Je m’appelle Sabine Halm, je suis née en Nouvelle-Calédonie, et je suis arrivée en France il y a une vingtaine d’années, où j’ai créé l’atelier Madrigal b, atelier de confection de dentelles et accessoires. Je crois que j’ai été attirée par la dentelle car mon arrière-arrière grand-mère était dentellière, et la plupart de mes grands-pères étaient fileurs ou tisserands. Je n’ai pas suivi d’enseignement particulier pour apprendre à broder : j’aime à penser que c’est dans mon héritage génétique. J’ai aussi retrouvé d’anciens ouvrages parlant de la dentelle qui ont pu m’aider.

Pourquoi avez-vous décidé de faire des sculptures en fil ?

Dès que j’ai commencé à apprendre le métier, j’ai voulu m’exprimer avec une technique qui m’était propre, que j’aurais mise au point moi-même. C’est le cas de la sculpture en fil, car c’est quelque chose que j’ai réalisé moi-même dans mon atelier. Je n’ai appris cette technique nulle part, et j’ai seulement réussi à la mettre au point après de nombreuses recherches.

© Sabine Halm

Suivez-vous des étapes particulières dans votre travail de sculpture ?

Non, il n’y a pas réellement d’étapes, notamment si on compare avec la dentelle qui demande un travail très rigoureux où l’on n’a pas vraiment le droit de s’exprimer, où il faut compter chaque nœud, etc. Quand je réalise une sculpture, j’oublie ce côté rigoureux pour laisser mes mains s’exprimer librement. Je n’ai qu’une vague idée en tête avant de me mettre au travail, et puis mes mains font le reste. J’ai souvent des surprises au fur et à mesure que ma sculpture se construit.

Travaillez-vous avec des techniques spécifiques ?

Je réalise mes sculptures grâce à un mélange des trois savoir-faire que j’ai appris : la filature, la broderie et la dentelle. Je les ai combinés pour arriver au résultat de la technique pour mes sculptures.

© Sabine Halm

Quelles sont vos inspirations ?

Je n’en ai pas vraiment : je ne me dis pas que je vais réaliser une sculpture sur tel ou tel thème. Mais, étant née en Nouvelle-Calédonie, je me rends compte qu’inconsciemment, par le nom que je donne à mes sculptures, il y a toujours un rapport avec le monde sous-marin, la mer… Il m’arrive de réaliser des œuvres qui ressemblent à des étoiles de mer, des anémones, etc. Je pense donc être influencée par mes origines, bien que ce ne soit pas volontaire. Sinon, ce sont surtout les formes qui me guident et m’intriguent, en leur mouvance et ce qu’elles dégagent.

Avez-vous des projets pour le futur proche ?

Je vais exposer au Carrousel du Louvre dans le cadre du Salon International du Patrimoine Culturel en octobre prochain pour les sculptures. Pour la dentelle, nous sommes tout récemment lauréats du concours Ateliers d’Art de France dans la catégorie “Patrimoine”.

Plus d’informations sur le site internet de l’atelier Madrigal b et sur le compte Instagram Sculptures Fibre.

Infos pratiques :
26e édition du Salon International du Patrimoine Culturel
Du 28 au 31 octobre 2020
Le site : https://www.patrimoineculturel.com/
Carrousel du Louvre, 99 rue de Rivoli, Paris 1er arrondissement

Propos recueillis par Chloé Vallot

 

À découvrir sur Artistik Rezo :
Courants verts, Créer pour l’environnement à la fondation EDF, de Vanessa Humphries

Articles liés

Brigitte de Thélin, sa rencontre avec la culture Navajos : “Your art is your heart”
Art
280 vues

Brigitte de Thélin, sa rencontre avec la culture Navajos : “Your art is your heart”

Rencontre avec l’artiste française Brigitte de Thélin, qui nous immerge le temps d’une interview dans l’histoire émouvante de l’art traditionnel Navajos et des peintures de sables médicinales. Bonjour Brigitte, avant de plonger dans l’univers des Navajos, pourriez-vous vous présenter,...

La galerie Kamel Mennour lance sa première vente NFT avec le collectif Obvious
Agenda
201 vues

La galerie Kamel Mennour lance sa première vente NFT avec le collectif Obvious

Kamel Mennour s’associe au collectif Obvious pour présenter son premier projet sous forme de NFT. Le collectif Obvious, composé de trois jeunes artistes français, fut parmi les pionniers de la création avec l’intelligence artificielle, à la frontière de l’art,...

Rencontre avec Marion Louisa, à l’initiative d’un tour de France des savoir-faire
Art
288 vues

Rencontre avec Marion Louisa, à l’initiative d’un tour de France des savoir-faire

Marion Louisa est une créative dans l’âme avec une passion communicative du vêtement et de la mode. Elle est attachée à rapprocher la création à la transmission et au partage. Marion s’est appropriée le média vidéo à merveille pour...