0 Shares 1079 Views

Alan Vega : un album posthume intitulé Mutator disponible le 23 avril 2021

© Getty / Peter Noble

Le label Sacred Bones Records a annoncé un album posthume d’Alan Vega, intitulé Mutator. Ces derniers ont déclaré qu’il s’agissait d’archives d’anciennes pistes de l’artiste découvertes par hasard ; si les albums posthumes (qui plus est, ceux perdus puis retrouvés) ont la fâcheuse habitude d’être de purs coups de marketing de la part des labels, on a quand même hâte de pouvoir écouter ce Mutator, tout droit venu des années 90. 

Pour parler d’Alan Vega, il est indispensable de se pencher sur une période clef de cet artiste marginal, celle de ses débuts dans la musique et de sa collaboration avec Martin Rev dans le groupe Suicide. Une collaboration artistique qui a bouleversé les codes du rock en y associant un tournant pour l’électronique totalement novateur pour l’époque. Ces deux artistes favoriseront l’émergence de groupes comme Dépêche Mode ou encore The Kills ; en France ses influences seront notamment reçues par des artistes comme Alain Bashung ou Christophe. 

Alan Bermowitz naît dans le quartier de Brooklyn à New York. Il se passionne d’abord pour l’art et travaille dans une galerie à New York. C’est lors d’un concert d’Iggy Pop que lui vient la passion soudaine pour la musique. Il s’associe vers 1970 avec Martin Rev, un pianiste de formation classique et qui pratique le jazz expérimental. Véritable précurseur, Martin Rev s’intéresse surtout à l’électronique naissante. 

Au début des années 1970, les deux hommes créent l’expérience “Suicide” qui mêle un rock primitif et sauvage à des sonorités électroniques. Martin Rev bidouille synthétiseurs sur synthétiseurs et après plusieurs mois à chercher leur son, apparaît leur premier album éponyme et l’EP Dream Baby Dream qui marque l’arrivée d’un genre précurseur qualifié plus tard d’électro-pop. 

À l’époque, ce style est mal vu par la critique, d’autant plus que leur prestations lives sont assez violentes et décrites par ces mêmes critiques comme des “carnages scéniques”…

Ce début de carrière intense marquera le style de l’artiste toute sa vie et le placera comme une figure de proue du rock underground new-yorkais. 

Dès 1980, dans les sillages de Suicide, Alan Vega démarre une carrière solo prolifique et riche en collaboration qui mêlera hip-hop, rock, metal, et électro, en offrant une succession d’albums, plus accessibles comparé à ceux de ses débuts.
Il reçoit une audience énorme en France notamment avec le morceau “Jukebox babe” qui fut tube numéro un en France lors de l’année 1981. 

Son dernier enregistrement est pour le chanteur français Christophe, sur le titre “Tangerine” de l’album Les Vestiges du Chaos. Alan Vega décède peu de temps après dans son sommeil, le 16 juillet 2016, à l’âge de 78 ans.

Mutator sort le 23 avril prochain ; un premier extrait, “Nike Soldier”, est déjà disponible. 

Marco Farkas

 

Articles liés

The Normal Heart : un poignant oratorio
Spectacle
55 vues

The Normal Heart : un poignant oratorio

En 1981, une vague silencieuse commence à faire des centaines de victimes à New York, dans la communauté homosexuelle. Le temps de réaction des scientifiques et des politiques est beaucoup trop long selon l’écrivain et scénariste Larry Kramer, qui...

Ben, “Il a beaucoup pleuvu : une éloge de la langue à Molière” au Lucernaire
Agenda
86 vues

Ben, “Il a beaucoup pleuvu : une éloge de la langue à Molière” au Lucernaire

“Lorsque j’essaye de travailler, assis devant mon ordinateur, je finis toujours par regarder dehors, par la fenêtre, pour voir ce qu’il se passe… Aussi, je ne sais plus trop ce qui a motivé l’écriture de ce spectacle. À la...

Camille Esteban en concert au Café de la Danse
Agenda
121 vues

Camille Esteban en concert au Café de la Danse

ll y a quelque chose d’irrésistible dans le timbre légèrement éraillé de Camille Esteban : une joie, une promesse, un envol ! L’ex-participante de The Voice sera sur la scène du Café de la Danse le 24 septembre prochain, où...