0 Shares 248 Views

Grand Soleil : “Grand Soleil c’est à la fois le beau temps et la mort imminente”

16 février 2021
248 Vues

© Clément Barzucchetti

Grand Soleil c’est Pach et Drich, deux frères dont la musique suit une loi unique : faire danser et voyager les gens vers un futur aussi incertain qu’éblouissant. Ils présentaient en 2020 Réalité, 3e EP qui amorçait la transition du groupe vers un univers électro plus rugueux et qui a donné naissance à Réalité Remixes .

À la base, vous venez de deux univers musicaux différents. Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire de la musique ensemble ?

Pach: On a vraiment commencé à faire de la musique ensemble quand on a découvert les synthés analogiques et les logiciels comme Ableton. À partir de là on a commencé à faire des petits trucs ensemble, puis on a été contacté par de jeunes labels, comme Pain Surprises ou GUM et on s’est dit que c’était une opportunité très cool. C’est là qu’est né Grand Soleil et qu’on a créé notre premier EP.

Est-ce qu’on peut dire que votre musique est une fusion de vos inspirations respectives ?

Drich: C’est une fusion de nos inspirations dans le sens ou il y en a un qui va être plus organique, plus mélodieux, avec de vrais instruments et l’autre qui est plus électronique, moins cadré. On est aussi allés puiser dans nos références communes, qu’on a depuis toujours. On a grandi avec les mêmes dessins animés, les mêmes jeux vidéo, les mêmes films… Les influences sont les mêmes sur nos projets respectifs même si on peut dire que le travail est différent. Mais on a toujours appris l’un de l’autre, par exemple le morceau le plus hip-hop que l’on ait fait a été produit par Drich, alors qu’il est clairement moins axé hip-hop.

© Clément Barzucchetti

Comment est venue l’idée de Réalités Remixes ?

Drich: Grâce à notre label on a pu rencontrer plusieurs artistes, le fait d’être dans un label nous permet de contacter des artistes qu’on n’aurait pas pu rencontrer avant ou pas forcément osé contacter, comme Fakear ou You Man. C’est une super occasion de contacter des gens qu’on kiffe et de travailler avec eux. L’idée est venue après avoir remarqué qu’on avait fait très peu de collaborations jusque-là, et c’était évidemment une bonne idée. Ce qui est cool dans l’électro c’est de remixer des tracks entre nous, c’est une chose qui se fait énormément et étant donné que nous ne l’avions pas fait auparavant, on s’est dit que c’était l’occasion de passer le cap.

Qu’est-ce qui vous inspire pour composer vos titres ?

Pach : Pour l’inspiration, il y a tellement de choses. Par exemple quand je regarde une vidéo et que j’entends trois notes en fond sonore, je me dis immédiatement que ça pourrait être cool si je rajoutais un petit sample musical ou de dialogue par-dessus. J’aime aussi manipuler le synthé et trouver un début de mélodie ou une sonorité qui me plaît. Les premières sonorités définissent le morceau, après il suffit de coller aux premières intentions.

Drich : Moi, je suis très axé jeux vidéo et science-fiction donc quand je commence à composer un morceau, je m’imagine une histoire ou une image et je fais en sorte de développer une ambiance autour de cet univers.

© Clément Barzucchetti

La période actuelle a-t-elle eu une influence sur votre processus créatif pour ce dernier EP ?

Pach: Pas vraiment. Pour cet EP, on s’est servi de la musique comme d’une bouffée d’air frais pour se sortir de cette ambiance un peu pesante en lien avec l’actualité. Malgré tout cette période est propice à la création, elle a beau être une période d’isolement, c’est paradoxalement le moment où Grand Soleil collabore le plus, même à distance.

À quoi renvoie le nom “Grand Soleil” ? 

Pach : Grand Soleil c’est quelque chose d’un peu énigmatique. On a chacun notre interprétation. J’ai toujours cette image au début du manga Akira, dans lequel il y a une explosion de dingue qui forme quelque chose de très lumineux. J’avais imaginé un scénario dans lequel on nommait une explosion “Grand Soleil”. Et de l’autre côté, il y a le côté mystique du soleil qui peut à la fois apporter la vie mais également détruire la terre dans 3 millions d’années.

Drich : Grand Soleil c’est à la fois le beau temps et la mort imminente. On fait référence à un morceau de Fatboy Slim, Song For Shelter, dans lequel est répété “big bright yellow sun”. Ce morceau, on l’écoutait énormément quand on était petits et encore aujourd’hui d’ailleurs, c’est pourquoi on a samplé la phrase et on l’a intégrée dans notre live et dans l’un des nouveaux morceaux de notre prochain album.

Retrouvez toute l’actualité de Grand Soleil sur leur page Instagram.

Propos recueillis par Laurine Kati

Articles liés

Muriel Fagnoni et Julia Gai : « La fleur est une mise en abyme de l’éphémère et de la beauté de notre vie »
Art
86 vues

Muriel Fagnoni et Julia Gai : « La fleur est une mise en abyme de l’éphémère et de la beauté de notre vie »

Des œuvres connectées au floral et au végétal : voilà ce que nous propose le duo de curatrices Muriel Fagnoni et Julia Gai, fondatrices de la galerie d’art « quand les fleurs nous sauvent ». Leur intention est de...

Les saisons de Maia Flore by quand les fleurs nous sauvent
Art
112 vues

Les saisons de Maia Flore by quand les fleurs nous sauvent

Dès le 18 mars, le nouvel évènement « Les saisons de Maia Flore » de la galerie « quand les fleurs nous sauvent » invite à la rencontre intime entre l’artiste et la nature. Pour l’occasion, les curatrices Muriel Fagnoni et Julia Gai...

Les Césars 2021 – Critique d’un Divan à Tunis de Manele Labidi
Cinéma
113 vues

Les Césars 2021 – Critique d’un Divan à Tunis de Manele Labidi

La Cérémonie des Césars aura lieu le 12 mars 2021. À l’aube d’une édition particulière marquée par la crise sanitaire, nous avons décidé de vous offrir un tour d’horizon des films nommés ainsi que nos favoris. Installez-vous confortablement car,...