0 Shares 886 Views

Joanna dénonce les violences sexuelles

Laura Gervois 9 décembre 2019
886 Vues
Artwork - Vénus, Joanna

Artwork - Vénus, Joanna

Joanna, valeur montante de la pop urbaine, vient de lancer le clip de son deuxième single, Pétasse. Un extrait de son EP Vénus, à paraître le 10 janvier 2020.

Chanteuse, compositrice et réalisatrice de ses clips, Joanna ne cessera jamais de nous impressionner. Le clip de Pétasse ne se contente pas seulement de représenter un univers musical et visuel, déjà bien recherché. Il transmet également un message engagé, s’inscrivant dans la lignée des luttes contre les violences faites aux femmes.

Joanna © Valentine Fabre

Un clip émouvant à l’esthétique sublime 

Après  Séduction, le titre qui l’a fait connaître (mars 2018), et Vénus (octobre 2019), Joanna a souhaité aborder un tout autre thème. Si l’artiste Rennaise s’applique généralement à casser les codes, en traitant de sujets liés à la sexualité et au regard des hommes, celle-ci s’attaque à présent à un problème d’une plus grande ampleur : les agressions sexuelles et sexistes. Joanna y dépeint une scène de viol. 

À la réalisation de ce clip, on retrouve notamment Léo Mondon et l’artiste elle-même, lesquels ont accompli un exploit : soigner la direction artistique, sans y noyer ou romantiser le message. Chaque détail du clip a ainsi été pensé pour mettre en avant l’acte commis, des décors sombres au verre brisé éparpillé sur le sol, en passant par la lumière et les effets visuels.

Une histoire basée sur une expérience personnelle 

Bien qu’habituée à s’inspirer de ses expériences de jeune femme pour écrire ses chansons, Joanna se livre davantage avec Pétasse. En effet, celle-ci annonce d’entrée de jeu avoir écrit ce titre à la suite d’une agression sexuelle. C’est donc autobiographique. 

Le rôle endossé par Joanna dans le clip prend alors tout son sens. L’artiste y incarne « un homme, dominant, menaçant, qui s’adresse à une femme ». On l’y voit pointer la caméra du doigt et déclarer « Tu l’as bien cherché, pétasse », semblant remettre en cause l’innocence de la victime. Mais, c’est à l’agresseur qu’elle s’adresse réellement. Un courage incontestable, qui rend cette création encore plus sincère.

Joanna © Valentine Fabre

Un récit universel, reflet d’un problème de société 

Sans prendre ni détour ni pincettes, Joanna met en image une violence brutale et destructrice ; une violence trop souvent invisible, mais pourtant banale. En effet, un viol, c’est quelque chose qui arrive tous les jours. Plus de deux cents fois par jour en France ! Si le clip de Pétasse est dur à regarder, c’est parce qu’il nous confronte à quelque chose de bien réel, qui parle sûrement à des milliers de femmes.

Joanna choisit de dénoncer les conceptions de notre société patriarcale et l’inefficacité de la justice face à un problème systémique. Elle dresse le tableau d’un concept qui prévaut encore aujourd’hui : la culture du viol. Dans un contexte post #metoo, cette œuvre apparaît donc comme audacieuse et plus que nécessaire.

Laura Gervois

Articles liés

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare
Spectacle
152 vues

Un conte de Noël entre Tchekhov et Shakespeare

Julie Deliquet et son collectif In Vitro se saisissent aujourd’hui d’un scénario de cinéma pour l’incarner au théâtre dans un espace bi-frontal ouvert à toutes les émotions et aux spectateurs. Dans une grande maison de famille, parents et enfants...

Marina Cars aux Sentier des Halles
Agenda
50 vues

Marina Cars aux Sentier des Halles

Voici bon nombre de questions cruciales auxquelles Marina tentera de vous répondre. Le public peut-il dormir pendant un spectacle ? Est-ce que c’est mieux un médecin qui s’appelle Robert ou Roberto ? Faut-il laver ses soutiens-gorge fréquemment ? Y’...

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth
Agenda
55 vues

Réalités, exposition collective à la Galerie Mathgoth

2020 marquera le 10ème anniversaire de la galerie Mathgoth qui a décidé de débuter l’année sous les auspices de 11 peintres à la technique incroyable et dont les œuvres flirtent en permanence avec l’hyperréalisme. D’où le titre évocateur de...