0 Shares 142 Views

Lous and the Yakuza : “Je suis un mélange de Kaaris et de Dalida”

Willery Emma 4 janvier 2021
142 Vues

© Lee Wei Swee

Lous and the Yakuza, jeune artiste de 24 ans, sortait le 16 octobre 2020, son premier album, Gore. L’artiste nous livre dans un album autobiographique, une description réaliste de son monde et de sa dualité intérieure. 

Marie-Pierra Kakoma de son vrai nom, est née en 1996 au Congo. En 2000 elle se rend en Belgique puis au Rwanda cinq ans plus tard. Elle fait le choix en 2011 de retourner en Belgique, jugeant qu’elle n’a pas assez accès au monde artistique.

Elle choisit son nom de scène. Lous comme anagramme de Soul. The Yakuza comme une référence à la culture japonaise qu’elle affectionne particulièrement. Lous se distingue par un symbole qu’elle peint sur son front. “Les mains levées vers le ciel”, un mouvement d’extrême peine, d’extrême joie ou d’accueil. En 2015, Lous se retrouve à la rue pendant six mois. Ce passage est vécu par l’artiste comme humiliant et extrêmement compliqué en tant que femme et d’autant plus en tant que femme noire. En 2017, Lous décide de réaliser son premier album après avoir enregistré sept EP. L’album est prêt en juillet 2017 mais elle travaille sur ce dernier pendant trois ans. En septembre 2020, on la retrouve aux côtés du rappeur Damso dans le titre Cœur en miettes.

Son album est comme une fusion entre la chanson française et la modernité du rap, “Je suis un mélange de Kaaris et de Dalida” dit-elle dans une interview pour Clique TV. Lous est très attachée au principe de vérité, elle souhaite être la plus juste possible dans ses textes. Elle croit profondément en sa destinée et accepte aujourd’hui les obstacles auxquels elle a dû faire face. Chaque titre de son album traite d’un sujet marquant et important pour elle, les relations toxiques dans Bon acteur, la trahison dans Messes basses, le viol dans Quatre heure du matin, de prostitution dans Courant d’air ou encore de racisme et de drogue. Solo est le dernier titre de l’album dans lequel on retrouve Lous qui affirme que “quoi que l’on fasse, on restera solo”. Lous termine le morceau a capella, sans accompagnement, seule, comme une métaphore de sa philosophie de vie.

Pour finir, nous vous proposons de découvrir l’album complet

Propos de Emma Willery 

Articles liés

Jordan Boury : “Un festival pluridisciplinaire qui offre une plateforme à ceux qui en ont besoin”
Spectacle
326 vues

Jordan Boury : “Un festival pluridisciplinaire qui offre une plateforme à ceux qui en ont besoin”

À seulement 20 ans, Jordan Boury a déjà pu se produire à travers le monde. Ce talentueux danseur s’attaque à un nouveau défi : la direction artistique d’un festival pluridisciplinaire, Efferv&Sens, qu’il a co-créé à Poitiers. D’où t’es venue l’idée...

Johanna Tordjman : “Sans quelqu’un pour me raconter son histoire, je ne vais nulle part”
Art
239 vues

Johanna Tordjman : “Sans quelqu’un pour me raconter son histoire, je ne vais nulle part”

Artiste pluridisciplinaire fascinée par la révolution d’internet des années 90 qui a caractérisée son enfance, Johanna Tordjman réinterprète la pratique du portrait en peinture en la combinant avec des techniques digitales. Rencontre avec une artiste autodidacte et engagée. Comment...

Découvrez Pess et son clip “Jeunesse”
Agenda
146 vues

Découvrez Pess et son clip “Jeunesse”


Pess est un 
rappeur originaire de 
Lyon
, aujourd’hui installé à 
Clermont 
Ferrand
. 
Il présente 
Jeunesse
, deuxième extrait 
de son projet 
Caméléon Acte 2
, dont la 
sortie est prévue le 
12 mars
. “Sortir par 
le toit”, le premier single a...