0 Shares 591 Views

NFT et musique : révolution ou effet de mode ? Rencontre avec Kévin Primicerio co-fondateur de Pianity, plateforme de NFT musique !

Alors que les NFT occupent une place de plus en plus importante dans le monde de la culture, notamment la musique, nombreux sont ceux qui s’interrogent sur l’intérêt et l’avenir de ce système. Pour répondre à nos questions nous avons pu interviewer Kévin Primicerio, CEO & co-fondateur de Pianity, plateforme française de NFT musicaux.

Rien de mieux que de rencontrer un spécialiste pour comprendre et avoir un avis professionnel.

Kévin Primicerio, CEO & co-fondateur de Pianity

Quel est l’intérêt d’acheter des NFT musique ? quelle est leur valeur ajoutée ?

Les NFT présentent plusieurs intérêts pour les artistes mais aussi pour leur fans. Avec les NFT, les fans et collectionneurs de musique peuvent enfin réellement posséder un morceau et créer des collections de musiques qui leur appartiennent.

Acheter un NFT d’un artiste c’est la possibilité de montrer son soutien et de créer un lien spécial et émotionnel avec l’artiste, en acquérant une pièce unique. C’est un moyen de soutenir directement ses artistes favoris, de collectionner des morceaux et de témoigner que l’on fait partie de la carrière de l’artiste, parfois dès le tout début. 

C’est aussi un moyen d’être récompensé pour ce soutien. Parce que chaque NFT est unique, et que l’on peut prouver l’authenticité et la propriété de l’œuvre originale, il peut prendre de la valeur en fonction de sa rareté, et à mesure que la carrière de l’artiste progresse. 

Quelle est la progression du marché des NFT musique en France ?

De plus de plus d’artistes indépendants et de labels vendent des NFT. Aujourd’hui, nous travaillons avec près de 100 labels et plus de 500 artistes sur Pianity qui ont vendu plus près de 12 000 NFT. Au total, c’est plus de 2 millions de dollars que nous avons reversé aux artistes, pour beaucoup ce sont des sommes qu’ils n’auraient jamais perçues avec le streaming. 

Les choses avancent très vite, on travaille avec les artistes mais aussi avec les labels et distributeurs afin de proposer un nouveau modèle plus juste et transparent. C’est une transition qui va s’opérer dans le temps, à l’image de la transition du téléchargement légal (et illégal) vers le streaming, on entre dans une nouvelle ère. 

Doit-on parler d’évolution ? Ou de révolution ? Ou d’effet de mode ?

On peut véritablement parler de révolution avec les NFT. C’est une technologie qui s’inscrit dans la transition du web2 vers le web3, l’Internet de la décentralisation, de la confiance et de la propriété. Jusqu’à présent un fichier digital, et notamment une musique, pouvait être dupliqué à l’infini sans que l’on puisse identifier le fichier original et la propriété. Toute la révolution des NFT réside dans cette capacité à authentifier l’originalité et la propriété de chaque fichier, le tout stocké publiquement sur la blockchain. 

Surtout, chaque fichier est unique et a sa propre valeur, c’est la fin d’un modèle économique pour l’industrie musicale. On sort de la logique : un morceau a la même valeur qu’un autre morceau, on redonne le statut d’art à la musique en permettant aux artistes de créer de la valeur autour de l’œuvre. 

Quels sont les motivations des artistes qui se lancent dans l’aventure des NFT musique ?

Il y a d’abord un enjeu financier. Bien que les revenus de la musique enregistrée ne cessent de croitre, les artistes ont grandement pâti de la transition vers un modèle économique basé sur le streaming. Aujourd’hui, pour gagner 1000 € un artiste doit faire plus de 3 millions de streams, le volume est si difficile à atteindre que 97% des artistes présents sur Spotify gagnent moins de 1000 $ par an ! Il y a donc un réellement besoin pour les artistes de trouver un nouveau moyen de monétiser leur musique. 

L’autre motivation est artistique. Les NFT offrent davantage de libertés aux artistes pour leur processus de création, par exemple ils ne sont plus contraints par le format et la durée des morceaux. Puisque la rémunération n’est plus basée sur le nombre d’écoutes, les artistes ne sont pas forcés de faire des morceaux plus courts pour augmenter le nombre de streams. 

Enfin la troisième est de se connecter davantage avec leurs fans et super fans, ceux qui les soutiennent véritablement. Grâce aux NFT l’artiste sait exactement qui est le propriétaire de chaque NFT, il peut donc développer une relation plus proche de ces super fans, en leur proposant des contenus exclusifs, en proposant des accès backstage aux détenteurs d’un de leur NFT, en les ajoutant dans des groupes de discussion privée. 

Quelle “famille musicale” est la plus sensible à ce nouveau support ?

La scène électronique est particulièrement représentée, notamment parce que de nombreux DJ sont indépendants et propriétaires des masters. Il leur est donc plus facile de vendre des NFT de leurs créations puisqu’il y a moins d’ayants-droits. Néanmoins tous les artistes s’intéressent aux NFT, quel que soit leur volume de streams, la taille de leur public ou leur genre musical. 

Est ce que les NFT musique peuvent être considérés comme une sorte de placement financier ? Si c’est le cas comment éviter le danger de la bulle spéculative ?

En effet, de nombreux collectionneurs de NFT sont des investisseurs. Que ce soit dans la musique, les arts visuels ou même le gaming, les NFT peuvent prendre de la valeur du fait de leur rareté et du succès de l’artiste. Certains investisseurs vont acheter des NFT d’artistes émergents pour que ceux-ci prennent de la valeur une fois que l’artiste sera plus connu, ou bien acheter des NFT rares d’artistes déjà connus pour les revendre plus cher. 

Par ailleurs, le fait de posséder des NFT peut également être une source de revenus passifs. Par exemple, sur Pianity, chaque semaine on reverse 50% des ventes réalisées la semaine précédente en tokens à nos utilisateurs. En fonction de la taille de votre collection, vous recevez une part plus ou moins importante des revenus redistribués. 

Si par exemple vous achetez un NFT d’un artiste émergent à un prix de 40 €, si cet artiste devient très connu, la valeur de ses œuvres augmentera, et vous pourrez donc revendre ce NFT plus cher. De plus, l’artiste bénéficie d’un droit de suite, car à chaque fois que le NFT est revendu, l’artiste touche 8% de la transaction. 

Pour plus d’informations vous pouvez vous rendre sur le site: https://pianity.com

Propos recueillis par Juliette Labati

Articles liés

Du folk-blues avec le groupe Gunwood en concert au New Morning le 7 juin
Agenda
50 vues

Du folk-blues avec le groupe Gunwood en concert au New Morning le 7 juin

Fort de la ribambelle d’éloges et de concerts qui avait logiquement suivi la sortie du saisissant Traveling Soul en 2017, le trio revient avec un deuxième album cousu de main de maître avec Jean Lamoot. 2022 n’a plus qu’à...

Le Pool revient au PopUp pour une soirée spéciale mois des fiertés : “Pool Lab #4 Pride”
Agenda
60 vues

Le Pool revient au PopUp pour une soirée spéciale mois des fiertés : “Pool Lab #4 Pride”

Afin d’accueillir le mois des fiertés, Le Pool présente ses artistes LGBTQ+ & Friends ! Artistes fier.e.s et réuni.e.s sur la scène du Pop Up du Label le temps d’une soirée où l’amour gagne toujours. Au programme de cette...

“Untitled 2022” : quand Alice Laloy rencontre le collectif Spat’Sonore au Mouffetard – Théâtre des arts de la marionnette
Agenda
59 vues

“Untitled 2022” : quand Alice Laloy rencontre le collectif Spat’Sonore au Mouffetard – Théâtre des arts de la marionnette

Alice Laloy se saisit de sa carte blanche pour rencontrer le collectif Spat’Sonore et créer avec eux une soirée improvisée. Une invitation à une soirée expérimentale, sonore et musicale. Les 20 et 21 mai au théâtre Le Mouffetard. Cette...