0 Shares 1178 Views

The Growlers – Beach Goth Tour 2018 – Elysée Montmartre

Axel Pommier 22 novembre 2018
1178 Vues

© JuanACMPF / source Wikipédia

De retour en France après 2 ans d’absence, les Growlers ont enflammé Paris à grands coups de surf rock et de pogos ce vendredi 9 novembre 2018. Récit d’une communion passionnée avec le public parisien.

Fidélité et équilibre

Pour l’avant-dernière date du Beach Goth Tour, avant l’ultime étape de Berlin, les Growlers ont posé leurs valises à Paris. C’est vêtu de salopettes étoilées que le groupe a investi la scène, en envoyant les premières notes de Night Ride. Dans un savant mélange entre passé et présent, le groupe a su électriser l’Elysée Montmartre en équilibrant parfaitement sa setlist : aux sons de l’album Chinese Fountain (2014) – le premier gros succès du groupe – répondaient les nouveaux titres de Casual Acquaintances (2018), entrecoupés des morceaux plus synthpop de l’album City Club (2016), produit par Julian Casablancas. Sans oublier de satisfaire les plus anciens fans du groupe, avec les cultes Empty Bones (2009) et Sea Lion Goth Blues (2010).

© Kelly Mallory

Montée en puissance et ambiance exaltante

Après 45 premières minutes de grande qualité, dans une veine surf rock héritée de leurs débuts, le concert a pris un tournant après la ballade When you were made. Au son d’Orgasm of Death, le groupe a lancé une seconde heure de haute voltige dans une salle survoltée. Le public se jetait frénétiquement dans des pogos d’une rare intensité, et continuait d’accompagner Brooks Nielsen sur fond d’ambiance garage rock et psychédélique.

Quand se sont enfin éteintes les lumières, le public a pu reprendre son souffle, pour un court instant. Ce repos fut stoppé net quand les Growlers, accompagnés de Kirin J Callinan, fantasque australien assurant la première partie du Beach Goth Tour, réinvestirent la scène pour clore le concert par le diptyque I’ll be around Going Gets Tough, soit les deux plus gros succès du groupe. Les solos de guitares à la sauce psychédélique d’I’ll be around, assurés par Callinan et Matt Taylor, combinés aux furieuses notes de synthé de Kyle Straka, lançaient le public sur la scène, vite réprimandé par la sécurité. Le concert s’est finalement achevé sur la ballade indé Going Gets Tough, où la communion avec le public fut maximale.

C’est l’image d’un groupe et d’un public satisfaits qui émane d’un concert où l’ambiance festive s’est parfaitement alliée à la qualité de la prestation. Gageons que les Growlers reviendront vite en France pour un nouvel album, et qu’ils investiront cette fois, comme en 2016 pour leur City Club Tour, les salles de province.

Axel Pommier

Articles liés

L’actualité de l’art contemporain
Art
80 vues

L’actualité de l’art contemporain

L’automne est un rendez-vous incontournable pour l’art à Paris. Musées, fondations, galeries et associations profitent de l’effervescence suscitée par la FIAC et sa cohorte de collectionneurs ou amateurs d’art venus souvent de l’étranger pour l’occasion. C’est donc aussi le...

FoRTE lance sa 3e édition le 8 novembre
Art
52 vues

FoRTE lance sa 3e édition le 8 novembre

Le lancement de cette nouvelle édition du fonds régional pour les talents émergents (FoRTE) est attendue puisqu’il concerne une cinquantaine de jeunes artistes par an. Créé en 2017 et doté de 1 M€ par an, ce fonds est un véritable...

Komunuma, dédié à la création artistique
Art
64 vues

Komunuma, dédié à la création artistique

L’ensemble dédié aux arts, conçu par le promoteur Fiminco, dans le quartier de la ZAC de l’Horloge, à Romainville sera inauguré le 20 octobre. Il réunira de nombreux acteurs culturels, aussi bien publics que privés. Ce site, baptisé Komunuma (« communauté »...