0 Shares 274 Views

À Chaillot, Stravinski revisité

Stéphanie Nègre 18 novembre 2021
274 Vues

L'oiseau de feux ©O Houeix

Invité par Didier Deschamps pour une création à Chaillot, Thierry Malandain a souhaité associer à cette invitation Martin Harriague, chorégraphe associé au Malandain Ballet Biarritz depuis 2018. Ce dernier ayant choisi de travailler sur Le Sacre du printemps, l’idée de concevoir un programme Stravinski a pris forme avec, pour Thierry Malandain, une version de L’Oiseau de feu.

L’Oiseau de feu de Thierry Malandain ne raconte pas une histoire comme pouvait le faire la version originelle de Michel Fokine. Toutefois le chorégraphe conserve l’idée de mettre en scène une créature surnaturelle et salvatrice dans un univers esthétique qui rappelle le monde des oiseaux. Ainsi sous nos yeux, l’oiseau aux couleurs chatoyantes va se confronter à plusieurs univers passant d’un groupe sinistre tout de noir vêtu à un ensemble de danseuses aux robes acidulées, d’un mystérieux duo en gris à un ensemble blanc dégageant une plénitude bienveillante.

L’oiseau de feux © O Houeix

La danse de Malandain épouse avec fluidité la musique et notre oiseau virevolte d’un monde à l’autre. Pourtant, en se confrontant au mal tout en étant porteur d’espoir, il y perdra des plumes mais le ballet s’achève sur une note d’espoir avec le signe d’une renaissance.

C Lonchampt, H Layer et Mickaël Conte – L’Oiseau de feu © O Houeix

Chorégraphier une nouvelle version du Sacre du printemps, s’est prendre le risque de s’inscrire à la suite de maitres tels que Pina Bausch ou Maurice Béjart. Alors qu’un pianiste joue les premières notes de la composition, un premier danseur s’échappe de la caisse de l’instrument, puis un deuxième, puis… C’est l’ensemble des artistes qui, évinçant le musicien, investissent ainsi la scène.  Martin Harriague a choisi de conserver le fil conducteur de la cérémonie païenne qui colle comme une évidence à la partition. Sa danse puissante traduit bien les émotions de cette transe qui pousse le groupe, organisé autour de son gourou, à sacrifier l’une des leurs.

Le Sacre du Printemps © O Houeix

La version de Martin Harriague est sans surprise mais cohérente et menée tambour battant. Elle s’inscrit, sans rougir, à la suite de ses illustres prédécesseurs.

Stéphanie Nègre

Articles liés

La Leçon : La nouvelle création Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault
Agenda
91 vues

La Leçon : La nouvelle création Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault

Le Théâtre du Corps et Oscar Prod présentent « La Leçon », la nouvelle création de Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault du 21 au 31 décembre pour 10 représentations exceptionnelles pour les fêtes de Noël au Théâtre du 13ème Art. Marie-Claude Pietragalla...

Philippe Pasqua déploie une œuvre monumentale en hommage aux 50 ans de Médecins Sans Frontières !
Agenda
82 vues

Philippe Pasqua déploie une œuvre monumentale en hommage aux 50 ans de Médecins Sans Frontières !

À l’occasion des 50 ans de Médecins Sans Frontières, l’artiste français Philippe Pasqua rend hommage à l’association et à son engagement au service de l’action humanitaire, dans le cadre de l’opération WE ART MSF. Médecins Sans Frontières, c’est 50...

Lang Lang reprend les Variations Goldberg de J.S. Bach
Agenda
99 vues

Lang Lang reprend les Variations Goldberg de J.S. Bach

Le pianiste Lang Lang sera en tournée pour interpréter Les Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach, pour deux dates exceptionnelles en France, le 10 janvier 2022 à Toulouse à La Halle aux Grains, et le 24 janvier 2022 à Lille...