0 Shares 663 Views

À Chaillot, Stravinski revisité

Stéphanie Nègre 18 novembre 2021
663 Vues

L'oiseau de feux ©O Houeix

Invité par Didier Deschamps pour une création à Chaillot, Thierry Malandain a souhaité associer à cette invitation Martin Harriague, chorégraphe associé au Malandain Ballet Biarritz depuis 2018. Ce dernier ayant choisi de travailler sur Le Sacre du printemps, l’idée de concevoir un programme Stravinski a pris forme avec, pour Thierry Malandain, une version de L’Oiseau de feu.

L’Oiseau de feu de Thierry Malandain ne raconte pas une histoire comme pouvait le faire la version originelle de Michel Fokine. Toutefois le chorégraphe conserve l’idée de mettre en scène une créature surnaturelle et salvatrice dans un univers esthétique qui rappelle le monde des oiseaux. Ainsi sous nos yeux, l’oiseau aux couleurs chatoyantes va se confronter à plusieurs univers passant d’un groupe sinistre tout de noir vêtu à un ensemble de danseuses aux robes acidulées, d’un mystérieux duo en gris à un ensemble blanc dégageant une plénitude bienveillante.

L’oiseau de feux © O Houeix

La danse de Malandain épouse avec fluidité la musique et notre oiseau virevolte d’un monde à l’autre. Pourtant, en se confrontant au mal tout en étant porteur d’espoir, il y perdra des plumes mais le ballet s’achève sur une note d’espoir avec le signe d’une renaissance.

C Lonchampt, H Layer et Mickaël Conte – L’Oiseau de feu © O Houeix

Chorégraphier une nouvelle version du Sacre du printemps, s’est prendre le risque de s’inscrire à la suite de maitres tels que Pina Bausch ou Maurice Béjart. Alors qu’un pianiste joue les premières notes de la composition, un premier danseur s’échappe de la caisse de l’instrument, puis un deuxième, puis… C’est l’ensemble des artistes qui, évinçant le musicien, investissent ainsi la scène.  Martin Harriague a choisi de conserver le fil conducteur de la cérémonie païenne qui colle comme une évidence à la partition. Sa danse puissante traduit bien les émotions de cette transe qui pousse le groupe, organisé autour de son gourou, à sacrifier l’une des leurs.

Le Sacre du Printemps © O Houeix

La version de Martin Harriague est sans surprise mais cohérente et menée tambour battant. Elle s’inscrit, sans rougir, à la suite de ses illustres prédécesseurs.

Stéphanie Nègre

Articles liés

« Cabaret » : le célèbre musical s’installe au nouveau Lido2Paris
Spectacle
167 vues

« Cabaret » : le célèbre musical s’installe au nouveau Lido2Paris

La célèbre pièce de Joe Masteroff et John Kander s’installe sur la nouvelle scène du Lido2Paris, inaugurée dans la mise en scène de Robert Carsen. Ambiance de cabaret berlinois, danseurs enfiévrés et comédiens formidables, la troupe anglaise enflamme les...

« Kontakthof » de Pina Bausch : une entrée au répertoire de l’Opéra de Paris très réussie
Spectacle
632 vues

« Kontakthof » de Pina Bausch : une entrée au répertoire de l’Opéra de Paris très réussie

Après Le Sacre du Printemps et Orphée et Eurydice, voici la pièce emblématique de la chorégraphe allemande, créée en 1978, qui fait son entrée au Palais Garnier avec une trentaine de jeunes danseurs à la personnalité marquante. Talent, théâtre et...

Auren en duo avec Jeanne Cherhal sur le titre “Vivante”
Agenda
133 vues

Auren en duo avec Jeanne Cherhal sur le titre “Vivante”

Auren nous dévoile un nouvel extrait de son troisième album Il s’est passé quelque chose, attendu pour le 20 janvier 2023. Après “Au Bord de la Nuit”, la chanteuse nous présente “Vivante”, en duo avec Jeanne Cherhal.  “Vivante” célèbre...