0 Shares 392 Views

Amine Khaled : “À défaut de pouvoir pratiquer le théâtre, on continuera à en parler”

Alicia Durica 24 février 2021
392 Vues

Responsable du comité de lecture, Amine Khaled nous présente le projet de podcasts en ligne lancé par le théâtre du Rond-Point.

D’où est venue l’idée de faire des podcasts ?

Le théâtre du Rond-Point, en plus d’être une scène de théâtre, est un lieu de débat où l’on organise des rencontres en invitant des intervenants à s’exprimer sur de nombreux sujets. La saison dernière, deux de mes collègues des relations publiques  (Audrey Lesbarrères et Dominique Dani) ont lancé un cycle de masterclasses. Ce ne sont pas de simples rencontres en bord de plateau, mais un réel entretien de près de deux heures au cours duquel l’invité.e revient sur son parcours et ses affinités artistiques. Une première heure de dialogue sur scène se poursuit par des questions/réponses avec le public.

Sauf qu’avec le confinement les théâtres se sont vidés ! D’où la naissance des podcasts, que nous enregistrons en studio. En effet, les podcasts ont pour but de garder vivant le lien entre le public, le théâtre et les artistes.

Quelle est la particularité de ce format ?

Le format permet un certain temps de parole, donc d’écoute. C’est un exercice d’échange, largement spontané. Un exercice radiophonique, mais avec la liberté que permet la diffusion différée, et surtout : la confiance des artistes inteviewé.es.

Comment choisissez-vous les artistes interviewés ?

Le principe premier était d’interroger les artistes (comédiens, metteurs en scène, scénographes, auteurs, etc.) dont les oeuvres sont programmées au Rond-Point. Il a fallu, toutefois, jongler avec les ouvertures/fermetures des théâtres, avec son lot de spectacles annulés ou reportés pour une saison à venir.

On a commencé les podcasts avec Gilles Cohen, car il jouait à la rentrée son spectacle Mon Dîner avec Winston. C’est un acteur de cinéma d’abord, mais aussi un grand comédien au théâtre. Ensuite on a eu Jacques Bonnaffé, explorateur des écritures et passionné par la transmission de la poésie. Il est par ailleurs membre du comité de lecture de Rond-Point. Parmi les plus récents: le romancier Daniel Pennac, dont le spectacle arrive au printemps prochain. Nous avons eu envie de faire un entretien avec lui parce qu’il n’est pas un auteur dramatique à proprement dit, et qu’il construit des ponts entre le roman et le théâtre de façon originale.

Qu’aimez-vous le plus en entretien ?

L’échange en soi, c’est important. En particulier en cette période inédite, où le désir de parole se fait fortement ressentir, plus qu’en d’autres temps. Je dirais que la parole présente peut aider à surmonter le déficit d’activité et de mouvement induit par les restrictions en cours.

Nous choisissons les artistes qu’on aime et qu’on admire. Ceux dont le parcours raconte quelque chose du théâtre d’aujourd’hui, quand c’est la vocation d’une vie. Aussi ceux qui portent une certaine flamme, ceux qui développent un lien particulier à leur discipline artistique et qui souhaitent le partager.

Nous misons sur la liberté la plus large. Et nous avons la chance de travailler pour un théâtre qui honore cette liberté de parole et de création à tous les étages. Cela, nous le devons en premier à notre directeur, Jean-Michel Ribes.

Comptez-vous continuer les podcasts après le confinement ?

Oui, bien que l’on ait l’espoir de reprendre les séances de masterclasses physiquement au théâtre du Rond-Point, puisque cela fait partie de ses activités en entrée libre. Nous continuerons sûrement les podcasts en enregistrant les futures masterclasses. Et entre temps, à défaut de pouvoir pratiquer le théâtre, on continuera à en parler.

Quelles seront les futures personnes interviewées ?

On n’a pas encore de noms précis, car ce seront des artistes à l’affiche. Des comédiens, des comédiennes, des auteurs, des autrices, mais aussi d’autres créateurs qui sont souvent dans l’ombre, mais non moins essentiels à la création théâtrale.

Propos recueillis par Alicia Durica

À découvrir sur Artistik Rezo : 

Entretien avec Amine Khaled : « Quand une épidémie débarque, on est les premiers touchés et les derniers à se relever », propos recueillis par Alicia Durica

Articles liés

Brigitte de Thélin, sa rencontre avec la culture Navajos : “Your art is your heart”
Art
146 vues

Brigitte de Thélin, sa rencontre avec la culture Navajos : “Your art is your heart”

Rencontre avec l’artiste française Brigitte de Thélin, qui nous immerge le temps d’une interview dans l’histoire émouvante de l’art traditionnel Navajos et des peintures de sables médicinales. Bonjour Brigitte, avant de plonger dans l’univers des Navajos, pourriez-vous vous présenter,...

La galerie Kamel Mennour lance sa première vente NFT avec le collectif Obvious
Agenda
150 vues

La galerie Kamel Mennour lance sa première vente NFT avec le collectif Obvious

Kamel Mennour s’associe au collectif Obvious pour présenter son premier projet sous forme de NFT. Le collectif Obvious, composé de trois jeunes artistes français, fut parmi les pionniers de la création avec l’intelligence artificielle, à la frontière de l’art,...

Rencontre avec Marion Louisa, à l’initiative d’un tour de France des savoir-faire
Art
231 vues

Rencontre avec Marion Louisa, à l’initiative d’un tour de France des savoir-faire

Marion Louisa est une créative dans l’âme avec une passion communicative du vêtement et de la mode. Elle est attachée à rapprocher la création à la transmission et au partage. Marion s’est appropriée le média vidéo à merveille pour...