0 Shares 1416 Views

Cap au pire, vertige de Beckett

Emilie Darlier-Bournat 11 décembre 2017
1416 Vues

Difficile de faire plus noir, plus ardu, plus absurde et plus immensément beckettien. Ce texte crépusculaire nous fait avancer pas à pas dans l’obscurité d’une disparition quasi-absolue. Ne restent que les mots et le comédien pour les dire, c’est à dire Denis Lavant : métaphysique et performant.

Immobile sur le plateau, vêtu de noir, pieds nus sur un carré blanc lumineux, l’acteur dit le texte dans la pénombre. Nous sommes loin du Denis Lavant gesticulant, dansant, clownesque et capable de figure stylisée ; ce n’est qu’au moment du salut que sa souplesse maitrisée jaillira. Derrière lui, de minuscules lumières orangées pointent de lointaines présences astrales sur le rideau noir froissé qui n’est autre que le vide de l’univers. Autant dire que l’ambiance est au désespoir. La condition humaine, -vie et vieillesse, décrépitude assurée jusqu’à la mort­-, est passée au hachoir à travers un texte bâti de mots et de demi-phrases qui se répètent, tournent en vrille autour d’une psalmodie sans issue ni sursaut. Beckett lui-même hésitait à se replonger dans son propre texte, sachant qu’il risquait de l’absorber douloureusement. Il fallait donc un metteur en scène et un comédien capables de s’y confronter sans y tomber ni le fracasser. Jacques Osinski et Denis Lavant  ont relevé ce défi.

© Pierre Grosbois

Denis Lavant s’empare ou plutôt se laisse happer par les mots pour s’en vêtir entièrement. Dans un maintien figé, au bord du rien, il permet aux mots une sorte de vie par eux-mêmes, comme s’ils étaient l’ultime souffle vital. La concentration est sidérante, la suspension partagée avec la salle est un moment rare. Les infimes écarts avec la ligne vocale deviennent une source de rire bref, tant la tension est raide. On sourit pour un minuscule trémolo qui a tenté d’exister, comme si, au bord de cet abyme, il fallait s’accrocher aux rameaux épars que dispersent les mots.

Monologue sur un fil, Cap au pire s’entend tel un bloc, quoique morcelé. Il se construit sur la déconstruction et le spectateur accepte d’être tenu sur le gouffre. C’est une expérience rare et osée. Elle ne laisse pas indemne, elle peut se révéler insupportable et quand elle se supporte elle vous emporte sur une bribe de temps et d’espace d’équilibriste métaphysique.

Emilie Darlier-Bournat

 

 

 

Articles liés

Regard sur le travail de JonOne avec l’exposition Free Spirit au Château Labottière
Agenda
41 vues

Regard sur le travail de JonOne avec l’exposition Free Spirit au Château Labottière

Après une première exposition monographique à l’Institut Culturel Bernard Magrez en2015, le « King of Harlem » est de retour à Bordeaux pour une nouvelle grande exposition au Château Labottière, intitulée FREE SPIRIT. New Yorkais d’origine dominicaine, John Perello...

Bordalo II réalise une fresque pour l’école maternelle Didion à Nancy
Agenda
35 vues

Bordalo II réalise une fresque pour l’école maternelle Didion à Nancy

Artur Bordalo, né en 1987 à Lisbonne, est un street artiste de renommée internationale qui voyage à travers le monde pour réaliser ses sculptures gigantesques dénonçant les ravages de notre société de consommation sur la nature. Ses fresques en...

Un soir avec… Francis Huster au Théâtre des Mathurins
Agenda
49 vues

Un soir avec… Francis Huster au Théâtre des Mathurins

Pendant 1h30, une personnalité incontournable se dévoile sur ses secrets d’acteur dans l’intimité et la proximité du Théâtre des Mathurins… Un entretien mêlant anecdotes et grands souvenirs sur sa carrière, sans oublier l’évocation de ceux qui auront jalonné sa...