0 Shares 809 Views

Hors la loi : un spectacle magistral et indispensable

© Brigitte Enguérand

Pauline Bureau, jeune metteur en scène, signe une création éblouissante à partir du procès de Bobigny de 1972, celui d’une gamine de 16 ans accusée avec sa mère d’avoir subi un avortement. En quelques scènes qui mêlent l’intime et le politique, avec des actrices bouleversantes, elle retrace le fil de ce procès, l’intervention de Gisèle Halimi ainsi que d’autres témoins de l’époque. Un spectacle fort, historique, et surtout indispensable aujourd’hui pour connaître les combats pour la liberté des femmes.

Le choc d’un traumatisme

© Brigitte Enguérand

Marie-Claire Chevalier a 15 ans en 1971 quand elle sort avec un garçon qui la viole. À l’époque, elle vit avec sa mère qui travaille à la RATP et sa petite sœur dans un petit appartement parisien. Elle va au collège mais cette soirée passée avec un copain à écouter un disque se transforme vite en traumatisme : malaises, nausées, fatigue, le médecin qui la visite découvre vite qu’elle est enceinte. Rapidement, elle et sa mère décident qu’il faut interrompre cette grossesse dans une période de pénalisation de l’avortement. Mais on les dénonce, et commence alors un procès retentissant, qui va faire couler beaucoup d’encre, celui de Bobigny où intervient la célèbre avocate Gisèle Halimi qui profite de l’occasion pour faire le procès d’une loi injuste pour les milliers de femmes françaises passées, certaines en y laissant leur vie, par cet acte dangereux et clandestin.

Une mise en scène magistrale

© Brigitte Enguérand

Pauline Bureau a écrit un texte de théâtre remarquable, après avoir réalisé une enquête auprès de nombreux témoins de l’époque, interrogeant l’héroïne et sa mère et lisant des rapports du procès de l’époque. Elle a eu la formidable idée de dédoubler Marie-Claire avec deux actrices, la première, l’héroïne aujourd’hui, incarnée par Martine Chevalier, qui raconte son histoire, derrière Claire de La Rüe du Can qui joue l’héroïne jeune. Dans un espace également dédoublé, qui s’ouvre sur l’appartement, gris pastel, lui-même s’ouvrant sur la rue au dehors, les personnages apparaissent et disparaissent par effraction, de manière cinématographique, en imprimant chaque image comme un tableau vibrant d’émotion. Coraly Zahonero joue la mère qui élève modestement et seule ses deux filles, alors que Danièle Lebrun est une voisine compatissante et débrouillarde qui fait appel à Madame Bambuck, campée de façon saisissante par Martine Chevallier.

Musique du cœur

© Brigitte Enguérand

La bande musicale de Vincent Hulot ponctue chaque tableau et ménage un suspense émotionnel intense, dont le tragique éclate avec le viol. Puis, dans la seconde partie du spectacle, c’est la reconstitution du procès de Bobigny dans le contexte brûlant du “Manifeste des 343” femmes qui ont avoué avoir avorté, dont Delphine Seyrig et Simone de Beauvoir, jouées également par les mêmes comédiennes. Françoise Gillard est Gisèle Halimi, celle qui orchestre de manière magistrale la révolte des femmes, face à Laurent Natrella (le président du tribunal), Bertrand de Roffignac (le procureur) et Alexandre Pavloff (Michel Rocard). Mais les comédiens sont multiformes et jouent plusieurs personnages dans un maelstrom haletant, nous plongeant dans une prise de conscience salutaire : celle de femmes qui, depuis les années 1920, étaient passibles de prison pour avoir voulu disposer de leur corps. Avec fougue, mais aussi une délicatesse et une tendresse infinies, le spectacle de la jeune metteur en scène nous raconte cela. L’intime et la souffrance de personnes bafouées, manipulées, soumises, souvent en raison de la pauvreté de leur condition, à une loi qui était criminelle et profondément injuste. Les actrices, toutes formidables, rendent hommage à ce combat repris ensuite par Simone Veil en offrant cette histoire bouleversante au public aujourd’hui.

Hélène Kuttner

Articles liés

Prolongez votre été avec le festival Jazz à la Villette à la rentrée
Agenda
51 vues
Agenda
51 vues

Prolongez votre été avec le festival Jazz à la Villette à la rentrée

Depuis 2002 et sa résurrection sous un nouveau nom, Jazz à la Villette prolonge votre été avec un large éventail musical au sein duquel le pointu côtoie l’inopiné. Été indien ou non, le festival coproduit par La Villette et...

“Tréteaux Nomades”, le festival fête ses 20 ans !
Agenda
61 vues
Agenda
61 vues

“Tréteaux Nomades”, le festival fête ses 20 ans !

Sous le ciel étoilé de fin d’été, venez partager un moment privilégié de théâtre… Depuis 20 ans déjà, le festival itinérant des Arènes de Montmartre Tréteaux Nomades enchante la rentrée parisienne avec deux semaines de spectacles programmés dans des lieux insolites...

Dérives Festival #3 : un voyage au Sénégal
Agenda
60 vues
Agenda
60 vues

Dérives Festival #3 : un voyage au Sénégal

Rythmes percussifs et électroniques, sonorités familières et novatrices, bienvenue en terre #Galsen ! Nouveau continent, nouveau lieu, nouveau format : deux jours complets de festival face aux puces de Saint-Ouen, cinq espaces intérieurs/extérieurs et les artistes les plus talentueux...