0 Shares 753 Views

Lorsque l’exil se partage en WhatsApp

Louis Chiffoleau 10 septembre 2020
753 Vues

© Matthieu Edet

Comment mettre en forme une discussion WhatsApp pour l’art ? La metteuse en scène Clea Petrolesi nous fait oublier la barrière entre les disciplines : du numérique aux planches, de la photographie à la réflexion philosophique, Enterre-moi mon amour narre l’exil de Dana et Kholio, en route pour l’Allemagne.

Épopée

Dana a 24 ans lorsqu’elle décide de partir de Syrie avec son beau-frère Kholio de Damas. Tous deux diplômés, elle d’un master d’anglais, lui de droit, ils partent pour vivre. Nash, le frère de Dana les attend en Allemagne. Ils communiquent avec WhatsApp pour garder les liens fondamentaux avec leur famille : c’est à partir de cette conversation que tout se joue, se photographie, se met en lumière, en musique. Les 203 captures d’écran de leurs échanges en arabe expriment angoisses et espoirs. Et nous touchent.

« Sous des allures faussement anodines, ce récit rend compte d’une odyssée tristement contemporaine », commente Clea Petrolesi. Si nous sommes martelés d’informations déroutantes sur la Syrie, peu d’artistes se sont encore emparés du sujet. Cette pièce relève le défi. Et l’auteur nous dévoile plus qu’un simple exil : un récit profondément anthropologique.

© Matthieu Edet

Polyphonie

Le récit est brut car la réalité est brutale. Mais la discussion WhatsApp nous rapproche de ces migrants anonymes. Ce format original nous donne un aperçu de cette « aventure » qui heureusement pour eux, se termine bien. Ils ont effectivement survécu.

Entre interrogations et quête de survie, le récit traduit la pensée de jeunes enfants ou préadolescents : pourquoi n’ont-ils pas pris l’avion pour venir en Europe ? Comment se fait-il qu’ils connaissent Starbucks et Burger King ?

© Matthieu Edet

« Ces interrogations m’amènent à rêver un spectacle où couleurs, images projetées, images papier, extraits sonores, mots, voix et corps coexistent comme une partition polyphonique », explique Clea Petrolesi qui pointe l’ineptie de certaines politiques et l’inaction européenne, mais parvient quand même à nous faire rire de ce drame, comme avec le vendeur de gilets de sauvetage.

Derrière le récit de l’exil : une réflexion profonde sur l’exil comme condition de survie et, au-delà, sur la condition humaine. Ce voyage change à jamais, Dana et Kholio, ainsi que leur famille. Nous comprenons mieux les enjeux de cette guerre fratricide qui les a poussés à l’exode, les risques et les conséquences aussi. « Avec ou sans téléphone, on quitte toujours une humanité », comme dit le grand-père de Kholio.

Louis Chiffoleau

Articles liés

Notre sélection des expositions parisiennes de la rentrée
Agenda
253 vues

Notre sélection des expositions parisiennes de la rentrée

En cette rentrée 2020, les nouvelles expositions proposées par les institutions culturelles fleurissent, nous permettent d’apprendre et d’aller en quête de nos sens. Voici une sélection d’expositions choisies spécialement pour les lecteurs d’Artistik Rezo !  “Les Olmèques et les...

Les Oscars du rire au profit du Café Oscar au Théâtre du Gymnase
Agenda
160 vues

Les Oscars du rire au profit du Café Oscar au Théâtre du Gymnase

Une bonne soirée d’humour pour une bonne cause ! Quoi de mieux ? Avec la complicité du Théâtre du Gymnase, les humoristes viendront vous faire rire pendant 1h30 et également soutenir l’avenir du Café Oscar Paris. Fondé en 1993 par Monika et...

“Ruines” de Josef Koudelka à la BnF
Agenda
169 vues

“Ruines” de Josef Koudelka à la BnF

Pendant près de trente ans, Josef Koudelka a sillonné environ 200 sites archéologiques du pourtour méditerranéen, dont il a tiré des centaines de photographies panoramiques en noir et blanc. Projet sans équivalent dans l’histoire de la photographie, la série...