0 Shares 1448 Views

« Via Kanana » : La danse comme utopie

Thomas Hahn 4 décembre 2017
1448 Vues

"Via Kanana" © Christian GANET

Trois univers emblématiques de la danse sud-africaine dans un seul spectacle: « Via Kanana » réunit la fameuse troupe Via Katlehong, ambassadrice mondiale des danses Gumboots et Pantsula, et Gregory Maqoma, chorégraphe contemporain de Johannesburg, vedette internationale et chorégraphe de la Coupe du Monde de foot en 2010. Neuf danseurs épinglent la classe politique africaine.

L’Afrique du Sud est un véritable vivier chorégraphique. De Robyn Orlin à Steven Cohen ou la désormais célèbre Dada Masilo, elle regorge de talents. La compagnie Via Katlehong perpétue et renouvèle les danses populaires des townships (en particulier celui de Katlehong) qui se pratiquent dans la rue: La Pantsula avec ses mouvements acrobatiques et son esprit de groupe ainsi que la danse gumboot, développée par les ouvriers immigrés qui travaillaient dans les mines.

“Via Kanana” © Christian GANET

A La Villette, une rencontre au sommet

Gregory Maqoma, né à Johannesburg, est un artiste contemporain qui évoque dans ses spectacles l’histoire et la richesse de son pays. Mais il s’est forgé ses armes artistiques, entre autres, à Bruxelles, dans l’école P.A.R.T.S. d’Anne Teresa De Keersmaeker. Danseur, il a collaboré avec Akram Khan et Sidi Larbi Cherkaoui. Chorégraphe, il présente son travail dans les plus grands festivals et théâtres d’Afrique et d’Europe. En rencontrant Via Katlehong, il théâtralise leurs danses, pour exprimer un point de vie sur le monde. Si Pantsula et Gumboot ont toujours été portées par un engagement civique, elles s’inscrivent ici dans une revendication explicite.

La base des deux est un travail très articulé et virtuose des pieds et des jambes. La Pantsula prend en effet racine dans la tap dance (claquettes) américaine alors que la Gumboot part des bottes en caoutchouc des mineurs, vêtus de salopettes. Dans « Via Kanana », elle se danse en baskets, mais charge directement la classe politique sud-africaine qui déçoit les espoirs d’un avenir meilleur. Manifestations, combats de rue, lecture de journaux et le travail, mais aussi la fête nourrissent les tableaux d’un spectacle qui pourrait être une revue. Mais il y a la réalité…

“Via Kanana” © Christian GANET

Images de townships

Vidéos et photos en noir et blanc offrent quelques regards sur l’Afrique du Sud, et Maqoma se montre très ingénieux quand il inscrit les danseurs, et surtout leurs ombres, dans ces images. Au fond, un écran. En avant-scène, à gauche comme à droite, un projecteur qui vise le groupe, inscrivant les silhouettes noires dans l’image, par deux fois. Et le noir et blanc prend le dessus sur l’image réelle, si bien que le nombre de présences sur scène est triplé. Mais l’image est « corrupt », comme on dit en anglais: L’image est corrompue, comme les politiciens de son pays.

Les directeurs de Via Katlehong, Buru Mohlabane, Vusi Mdoyi et Steven Faleni expriment leur déception quant à l’évolution de peur pays: « Nous pensions que la démocratie conduirait à une gouvernance saine de notre pays, nous pensions que cela nous conduirait vers une utopie où tous les hommes ont des chances égales, un accès à la terre équitable, une terre de lait et de miel… Canaan. » Au lieu de quoi « la différence augmente entre ceux qui ont et ceux qui n’ont rien ». La référence biblique à Canaan, qui résonne dans le titre de « Via Kanana » n’est donc en rien fortuite.

“Via Kanana” © Christian GANET

Richesse graphique et visuelle

« Le seuil de tolérance vis-à-vis de la corruption est étonnant en Afrique », peut-on lire dans le spectacle. Les saynètes épinglent la vie politique, mais aussi la violence vis-à-vis des femmes. Mais Maqoma n’est pas là pour étouffer l’énergie vitale de la troupe. Le chorégraphe contemporain travaille en bonne intelligence avec ces corps et ces énergies. La compagnie Via Katlehong  se renforce ici en intégrant des danseurs contemporains sud-africains: « Avec ce spectacle, nous voulons présenter un large éventail des talents de nos townships. » C’est au moins un bout d’utopie qui se réalise ici, sur le plateau….

Si « Via Kanana » envoie des messages citoyens et engagés, cela ne l’empêche en rien d’être excitant et esthétique, d’une belle richesse graphique et visuelle, ingénieux et optimiste. En Afrique du Sud, dans ce pays en train de chercher sa voie vers l’avenir, les arts, et la danse en particulier, ne sont certes pas soutenus, mais peuvent peser dans le débat sur le meilleur chemin à prendre. Et ils lancent un message aux politiques, tel un avertissement joyeux, porté par la danse et des musiques variées, du traditionnel à l’électro: Vous nous voyez comme des ombres, mais nous sommes pleins de vie!

Thomas Hahn

Articles liés

Les rencontres d’Arles 2018
Agenda
22 vues
Agenda
22 vues

Les rencontres d’Arles 2018

Avec environ 30 expositions, les Rencontres d’Arles s’affirment comme un observatoire de la création actuelle et des pratiques photographiques. Des rapprochements au sein de la programmation se déclinent comme des séquences. Ils permettent d’identifier des rubriques et favorisent, année après année, un suivi au plus près des évolutions de la photographie… Départ imminent pour la […]

Electric Sideshow – Vice – Cirque Electrique
Agenda
71 vues
Agenda
71 vues

Electric Sideshow – Vice – Cirque Electrique

Concert de Cirque entre l’irrévérence de la contre-culture et l’étrangeté du Sideshow, le Cirque Electrique plonge dans les souterrains des envies indociles… Sous la toile du vieux chapiteau : un monde, un univers, une hétérotopie où douce violence et joyeux désordre se coudoient avec impertinence. Podium central. Public debout. Feulement d’amplis. Crissement de talons. Gestes […]

Trois contes de Borges – En salle le 4 juillet
Agenda
24 vues
Agenda
24 vues

Trois contes de Borges – En salle le 4 juillet

Les Trois contes de Borges adaptent, dans leur langue originale, trois textes du célèbre écrivain argentin Jorge Luis Borges : El otro, El disco et El libro de arena. Trois récits fantastiques où se monnaient les objets de l’éternité qui, à portée de main, mettent en péril nos rapports au temps, à l’image, au langage. […]