0 Shares 107 Views

“Chroniques de nos jours invisibles” : une exposition photographique de Camille Reynaud aux Déchargeurs

28 novembre 2021
107 Vues

Le dimanche 28 novembre à 16h se déroulera le vernissage de l’exposition de Camille Reynaud, qui se tiendra jusqu’au 21 décembre 2021. Exposition conçue autour du spectacle Hors de moi.

Chronique, nom féminin : récit d’événements réels ou imaginaires qui suit l’ordre du temps.

Chronique, adjectif : se dit d’une maladie qui s’installe lentement mais, le plus souvent, définitivement.

La maladie transforme le quotidien, elle inverse l’ordinaire et l’extraordinaire. Elle décale. À travers cette série de photographies, l’artiste Camille Reynaud a cherché à faire ressortir ce qui d’ordinaire ne se voit pas.

© Camille Reynaud

À propos de Camille Reynaud 

Auteure et photographe, Camille Reynaud explore des formes de narration qui entremêlent documentaire et fiction, sciences dures et littérature, texte et image. Également contributrice de la revue Switch On Paper, elle anime en parallèle des ateliers d’écriture et est lauréate du Prix du Jeune Écrivain 2021. Et par endroits ça fait des nœuds est son premier roman. Il évoque la maladie, une rupture d’anévrisme.

Camille Reynaud a 23 ans quand survient, lors d’un séjour en Espagne, l’impensable : une rupture d’anévrisme. Cette expérience va bouleverser la vie de la jeune femme. Son quotidien bascule : son corps l’a abandonnée.

J’ai tout perdu d’un coup. J’ai été privée de ma capacité à écrire, à lire. Mon entreprise littéraire a consisté à me réapproprier mon outil de réflexion, à renouer avec l’écriture”, explique la jeune auteure, qui a écrit son roman au cours de sa première année de Master. L’écriture est précise et organique, faisant appel à des souvenirs douloureux, évoquant un corps meurtri, une âme blessée : “J’ai voulu travailler, à la fois, sur l’aspect médical et sur la langue. Je me suis emparée de mon stylo comme d’un scalpel, qui m’a permis de disséquer ma propre histoire, de remonter le fil de mon parcours.”

Et par endroits ça fait des nœuds raconte différents épisodes de la vie de Camille, de l’accident à la résilience. Ce roman est celui de la réconciliation, avec soi, les proches et un corps qui, soudain, dysfonctionne. Nourri de nombreuses références artistiques, d’Hervé Guibert à Yayoi Kusama, en passant par Vivian Maier, le roman et le travail photographique de Camille Reynaud questionnent le corps dans tous ses états.

[Source : communiqué de presse]

Articles liés

La Chambre Lamoureux interprète les Concertos Brandebourgeois de Bach à la Salle Cortot
Agenda
50 vues

La Chambre Lamoureux interprète les Concertos Brandebourgeois de Bach à la Salle Cortot

La Chambre Lamoureux interprète quatre des célèbres Concertos Brandebourgeois de Jean Sébastien Bach. Quatre monuments préclassiques écrits en mode majeur, à la variété de formes éblouissante qui illustrent une période de foisonnement joyeux pour le compositeur. Conçus dans des...

La galerie Chloé Salgado vous invite à découvrir “Softspots”, la deuxième exposition personnelle de Julian Simon
Agenda
92 vues

La galerie Chloé Salgado vous invite à découvrir “Softspots”, la deuxième exposition personnelle de Julian Simon

La galerie Chloé Salgado vous invite à découvrir Softspots,  la deuxième exposition personnelle de Julian Simon, jusqu’au 19 février prochain.  Né en 1994 à Cologne, Julian Simon vit à Berlin, où il étudie à l’Académie des Beaux-Arts Weißensee depuis...

Le Centre Wangari vous invite à découvrir les photographies de Anthea Spivey dans son exposition “Les Lutteurs”
Agenda
86 vues

Le Centre Wangari vous invite à découvrir les photographies de Anthea Spivey dans son exposition “Les Lutteurs”

Le Centre Wangari est heureux de vous convier au vernissage de sa première exposition de l’année 2022, Les lutteurs, consacrée à la jeune photographe documentaire Anthea Spivey. Anthea Spivey est une jeune photographe documentaire d’origine australienne/néo-zélandaise. Après avoir vécu une...