0 Shares 770 Views

Charlotte Rotureau : “J’ai déconstruit pour reconstruire”

Charlotte Rotureau

Charlotte Rotureau

Dans le cadre dune semaine thématique intitulée “Comment la culture change le monde” animée par Samuel Valensi, les étudiants de 5e année de lICART ont accueilli plusieurs professionnels engagés dans la transition du secteur culturel. Le vendredi 5 février, cest Charlotte Rotureau, accompagnatrice en transition environnementale, qui leur a présenté ses activités.

Bonjour Charlotte, vous êtes spécialiste de la transition environnementale et vous accompagnez des acteurs publics et privés de l’événementiel dans leur transition environnementale. Quel est votre parcours et comment en êtes-vous arrivée à monter votre entreprise ? 

Jai travaillé pendant six ans dans l’événementiel sportif, puis jai fait un voyage de trois mois à vélo en Europe qui a été un véritable déclic. Jai commencé à me poser beaucoup de questions sur la transition écologique, tant dans ma vie personnelle que dans mon environnement professionnel. Jai décidé de reprendre mes études en faisant un Master en Tourisme Innovation et Transition, où jai fait un mémoire sur l’événementiel éco-responsable comme levier de la transition écologique. Cet écrit a été fondamental pour la suite de mon activité, il ma permis de rencontrer plus de 35 personnes en entretien et de développer mon réseau. Cest de ce cheminement que sont nées les deux structures : EVVI et EVVI Inspiration.

 Et quest-ce quEVVI ?  

Avec EVVI jaccompagne les énements de demain dans leur transition environnementale. Jamène les énements à revoir progressivement leur organisation, leurs manières de faire, de voir les choses pour aller vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement. Cest à la fois avoir un rôle de formation, de conseil, mais aussi dobservation et d’écoute auprès des structures que je suis. Jaime échanger avec elles et comprendre leurs problématiques.

Pouvez-vous nous parler dEVVI inspiration ?

EVVI Inspiration a commencé en juin dernier. Jai décidé de monter un projet pour lequel je suis partie en voyage itinérant où j’ai parcouru 1300 km à vélo sur deux parcours différents. Ce périple ma permis de réaliser 59 interviews auprès dorganisateurs d’événements ainsi que d’autres acteurs de l’éco-système. Les interviews étaient thématiques pour pouvoir aborder ensemble des thématiques comme le transport, laccessibilité tous public, la réduction du gaspillage, la sobriété énergétique et l’alimentation. En parallèle, durant mon itinérance, je publiais une newsletter par semaine pour présenter les événements et personnes que je rencontrais et jy intègre quelques fois des articles un peu plus réflectifs, en interrogeant les choses dune manière un peu plus large.

EVVI


P
ourquoi avoir choisi l’événementiel en particulier ?

Pour moi l’événementiel cest de lexpérimentation pure. L’événement est un endroit fédérateur, ce qui est assez rare selon moi, et cest ce qui fait sa spécificité. Un événement a la possibilité d’être un espace neutre car on ne ressent pas les tensions extérieures quand on est dedans et il peut, de ce fait, être un terrain propice au développement des actions en faveur de la transition environnementale. De plus, cela permet d’étudier la question de la résilience, cette capacité à rebondir et à s’adapter à un nouveau contexte, une notion qui est de plus en plus présente au vu de la période que nous traversons. L’événementiel est, pour toutes ces raisons, un outil de la transition environnementale puisquil est un banc dessai pour expérimenter de nouvelles manières de faire, d’être et de vivre.

Et comment arriver à un événement plus résilient ?

La relocalisation me semble être un élément important, avec notamment la problématique des transports mais aussi le fait de pouvoir sassurer de la fabrication de produits locaux et éthiques. La transparence est la clé. Par exemple, le fait quun événement soit résilient dun point de vue alimentaire sur son territoire mapparaît indispensable. L’autre élément à considérer est la notion de sobriété et de juste dimensionnement.

Comment approchez-vous les acteurs très divers que vous y rencontrez ?

Jessaie dabord de comprendre la vision des organisations et d’écouter les personnes que je rencontre. Un événement, cest 80-90% dachat de biens et services. L’organisateur va organiser les achats d’un événement de la même manière qu’il a l’habitude de faire ses courses. Si la personne à l’habitude de faire attention à la provenance et à la qualité des produits, elle va essayer dappliquer cette philosophie dans les achats de l’événement. Il est donc important en premier lieu de poser une vision qui considère les enjeux de transition environnementale. Cette première phase va amener les organisateurs à questionner leurs pratiques et habitudes et peut conduire à faire évoluer les critères dachat.

Avez-vous pu observer des changements auprès des acteurs ou énements que vous avez accompagnés ?   

L’évolution des comportements nécessite du temps et il est encore trop tôt pour tirer les premières conclusions. Ce qu’il est important d’intégrer c’est que tous les changements que nous mettons en place au niveau individuel et collectif demande du temps et de la patience. Il me semble donc essentiel de sortir du jugement, d’être à leur écoute dans la bienveillance et daccepter que chacun va à son rythme et que le plus important c’est que les gens se lancent. Plus les personnes expérimentent, plus elles prennent confiance en elle et plus ça leur donne envie d’évoluer.

 Quels grands enseignementsavez-vous tirés de votre expérience ?

Jai déconstruit pour reconstruire. C’est-à-dire que je suis repartie de zéro, jai changé mes habitudes de vie. Pour moi, c’était avant tout une transition personnelle, jai dû arrêter d’être dans le jugement et de vouloir sans arrêt convaincre les autres. Pour trouver les moyens de donner aux personnes les bonnes pratiques dans leur quotidien, jai revu ma manière de communiquer. Il faut se donner le droit dessayer, il faut sortir de la notion réussite/échec, car chacune de nos actions nous apprend quelque chose d’instructif. On doit accepter que le changement puisse prendre du temps.

Pensez-vous que nous devons réparer le monde que nous laissent nos aînés ? 

Un point difficile, mais que je trouve essentiel, cest quil faut sortir du combat générationnel : l’âge nest pas corrélé au critère de la pollution. De nombreuses études montrent que cest plutôt le revenu qui lest. Nos différentes visions du monde ne doivent pas saffronter, mais se compléter pour trouver des solutions.

Tous les énements avec lesquels vous travaillez sont détournés vers des pratiques éco-responsables. Est-ce que vous avez déeu envie de vous tourner vers des événements moins ou pas encore impliqués dans ces démarches ?

C’est en effet un projet auquel je pense via EVVI Inspiration, des choses sont en réflexion et en préparation pour les prochains mois.

On voit de plus en plus de labels “verts” qui se mettent en place. Quel est votre regard-dessus ? 

En effet, on peut différencier les labels, la charte et les normes ISO. La norme 20121 est un outil de management, elle ne re-questionne pas vraiment la philosophie et la vision de l’énement. Ça peut être un outil pertinent, mais ce nest pas une fin en soi. Au niveau des chartes, il s’agit d’un engagement moral mais qui n’implique pas de suivi, ce n’est donc pas de mon point de vue l’outil le plus pertinent, même s’il peut permettre de lancer une dynamique. Avec les labels, ce quil y a de positif, cest que ça donne une “To Do List” permettant aux organisateurs davoir une feuille de route pour une démarche éco-responsable. Cest surtout pertinent quand ces labels exigent un contrôle comme The Greener festival : il faut donner des factures, des référentiels, il y a un suivi tous les ans. Ça demande un vrai travail de fond de la part de lorganisateur. Pour Eco Manifestation Alsace, il y a un système daudit où l’on doit vérifier les différents éléments.

Avez-vous des exemples à nous partager de festivals qui ont su se réinventer et agir dans la bonne direction ?

Plein ! Il y a un énement qui s’appelle Regards de Mômes  en Ile-et-Vilaine, près de Rennes. Ils ont beaucoup réfléchi sur la question des déchets et ils arrivent à sortir avec 3 grammes de déchets par visiteur sur un espace en extérieur, avec de l’alimentation. Il y en a un autre, Oniri 2070 : la Compagnie Organic Orchestra. Ils transportent tout leur matériel dans les sacoches de leurs vélos, de spectacle en spectacle, sur un petit territoire. Je trouve que c’est un modèle intéressant. Vous pouvez retrouver l’interview du directeur artistique Ezra sur la chaîne EVVI Inspiration. 

Jai également été à la rencontre des Disjonctés à Brive-la-Gaillarde, qui ont pensé un événement sans électricité. Ils jouent beaucoup sur la lumière et sur les ambiances. La démarche était très intrigante. Mais je pense aussi à la Mad Jack, Ciné Cyclo ou encore Chahut au Château dans le Jura. Ce sont des exemples d’énements qui vont loin dans la réflexion et inventent les futurs codes. Ce sont des événements pionniers, ils font vraiment de lexpérimentation et cest pour ça que tout nest pas parfait, loin de là mais ils essaient et pour moi cest ce qui est le plus important.

Pour en apprendre davantage et retrouver le travail de Charlotte Rotureau, vous pouvez vous rendre sur la chaîne Youtube EVVI Inspiration, s’inscrire à la newsletter, ou la suivre sur Facebook.


Propos recueillis par Zoé Guillemot de Liniers, Baran Cengiz, Enora Bariou, Victoire Youf, Mathilde Caud, Alexia Maune, Anna La Fonta, Bérénice Saïag, Claire Eouzan, Marina Zhabina, Victoria Fert et Elise Arnaud.

Rédigé par Zoé Guillemot de Liniers et Elise Arnaud

Articles liés

“Mais t’as quel âge ?!”, un portrait humoristique de toutes les générations
Agenda
121 vues

“Mais t’as quel âge ?!”, un portrait humoristique de toutes les générations

Jeune ou vieux tout est relatif… une chose est sûre, vous appartenez à une génération ! Vos petites habitudes vous ont dénoncés. Et elles sont drôles ces petites manies. Pour relativiser le cap de la trentaine, Marion Pouvreau dresse...

Une invitation à la paresse au Théâtre de la Cité Internationale
Agenda
129 vues

Une invitation à la paresse au Théâtre de la Cité Internationale

« Paressons en toutes choses, hormis en paressant. » dixit Lessing, écrivain allemand. Une chambre devient le théâtre d’une réflexion politico-poétique sur un sujet connu de tous : le travail. Librement inspiré du Droit à la paresse, manifeste social écrit par Paul...

Le collectif Visual System s’installe au théâtre du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, afin de vous présenter “Circonvolution”
Agenda
147 vues

Le collectif Visual System s’installe au théâtre du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, afin de vous présenter “Circonvolution”

Visual System propose de s’approprier par le biais du son et de la lumière le théâtre du Centre Wallonie-Bruxelles | Paris. La performance mettra en scène l’installation réalisée pour “A Circular Journey” à l’Atomium en 2018. Elle s’en inspirera...