0 Shares 2723 Views

DAU : projet hors norme

Sarah Meneghello 31 janvier 2019
2723 Vues
DAU-Ilya-Khrzhanovsky

Visa Center @ Juliette Meulle

La question du moment : « As-tu ton visa pour DAU ? » Mais quel est donc ce projet inédit dont le monde parle ? Un projet monstre, c’est sûr, présenté en première mondiale, au Théâtre du Châtelet, au Théâtre de la Ville et au Centre Pompidou, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, jusqu’au 17 février.

L’ère bolchevique ! Beaucoup en ont entendu parlé. Peu en sont nostalgiques. Avec DAU  (prononcer « dao »), ces trois importantes institutions parisiennes accueillent un savant mélange de projections cinématographiques, d’installations et de performances artistiques, d’expériences scientifiques et spirituelles, dans une ambiance underground qui plonge les visiteurs au pays des soviets.

DAU-Ilya-Khrzhanovsky

© Sarah Meneghello

« Savant » et pour cause ! À l’origine du projet : Ilya Khrzhanovsky, cinéaste russe né en 1975, travaille depuis longtemps sur le Prix Nobel de physique russe Lev Landau. Son projet initial de biopic a muté en cette délirante œuvre totale : recréer la cité scientifique soviétique où œuvra celui qu’on surnommait « Dau ». Pour les besoins, un véritable institut a été spécialement bâti en Ukraine, dans lequel scientifiques, cuisiniers, serveurs ont été recrutés pour y vivre pendant deux ans, en acceptant les règles, celles appliquées en URSS dans les années 1938-1968 et d’être filmés, bien sûr. Le gigantesque plateau de cinéma s’est alors transformé en communauté !

Projet monstre

Fasciné par le « le décalage entre la stature publique de cette figure du soviétisme et la liberté qu’il s’est accordée dans sa vie privée », Ilya Khrzhanovsky donne finalement à voir ce qu’il observe minutieusement de la comédie humaine déployée dans cet environnement fermé : relations intellectuelles, amoureuses, sexuelles et rapports de force, évidemment.

Le tournage, étalé de 2009 à 2011, a donné 700 heures de rushes, intégrées à l’expérience pluridisciplinaire immersive proposée aujourd’hui, soit 13 longs métrages (sans scénario ni acteurs professionnels) doublés par Isabelle Huppert, Fanny Ardant ou Gérard Depardieu, avec 400 personnages interprétés par de vrais chercheurs, des prostituées, des prêtres et même d’ex-membres du KGB, ainsi que des néonazis.

Parmi les personnalités des sciences, des arts, du théâtre et du cinéma mises à contribution : les musiciens Brian Eno et Massive Attack, les plasticiens Marina Abramovic et Philippe Parreno, les metteurs en scène Anatoli Vassiliev, Peter Sellars Romeo Castellucci, ou encore chef d’orchestre Teodor Currentzis, auquel revient le rôle du fameux Lev Landau.

DAU-Ilya-Khrzhanovsky-Phenomen Trust.jpg

Photos © Phenomen Trust

Ce projet au long cours a nécessité un budget pharaonique, largement alimenté par le mécène de Sergueï Adoniev, un riche homme d’affaires russe. Après moult péripéties (Berlin a refusé d’accueillir DAU en octobre), l’ouverture de certains sites a été décalée pour raisons de sécurité, et le Théâtre du Châtelet attend toujours l’autorisation de la Préfecture de Paris.

Expérience personnalisée

Ceux qui peuvent débourser 150 € (pass illimité), mais d’autres formules proposent six heures pour 35 € ou 24h pour 75 €, devront accepter de répondre à un questionnaire psychologique, parfois déroutant sur vos préférences sexuelles, vos déviations, vos éventuels traumatismes. Les réponses sont censées orienter le parcours déterminé par un algorithme. Chacun est ensuite guidé par un « Dau-phone » qui remplace son mobile, lequel est interdit. Bienvenue dans le totalitarisme !

DAU-Ilya-Khrzhanovsky-sosies

© Sarah Meneghello

L’idée de présenter certaines performances au sein du Théâtre de la Ville, en travaux, est plutôt bonne. Dans chaque pièce, on bute sur des sosies saisissants des personnages de DAU, des mannequins en silicone, dans des positions parfois macabres ou scabreuses. Il nous est proposé un entretien avec un prêtre, un pope, un rabbin, un imam ou un chaman, avec des thérapeutes aussi. Après avoir assisté aux extraits de films, qui remuent, il est vrai.

Le Musée national d’art moderne a prêté une vingtaine de tableaux des avant-gardes soviétiques. Au Centre Georges Pompidou, une salle a été transformée en appartement communautaire, dans lequel vivent et travaillent des scientifiques de DAU. Les visiteurs les observent à travers des miroirs sans tain.

Radicalité

Attendre longtemps pour obtenir son visa, être dans le flou en ce qui concerne le déroulement, tout cela fait évidemment partie de l’aventure, qui comprend des concerts ou conférences, mais aussi des scènes crues et des séquences choquantes, surtout dans les films. Mais une expérimentation scientifique invite, par exemple, à se munir d’un casque délivrant des stimuli psychiques ou sexuels. Souriez ! Vous êtes filmés…

DAU-Ilya-Khrzhanovsky-Phenomen Trust

Photos © Phenomen Trust

Certes, le concept attire. Cette plongée dans le passé soviétique fournit l’occasion d’une troublante exploration de l’âme humaine et de démontrer l’aliénation – tenace – au sein de nos sociétés dites « démocratiques ». Cependant, DAU soulève de nombreuses questions : comment représenter des périodes sombre de l’humanité ? Quelle est la part de mise en scène ? Peut-on s’inspirer de la perversité d’un système totalitaire pour en reproduire la tragique réalité dans les processus de création, de production et de médiation avec les publics ? À quoi vont servir les données personnelles collectées ?

Au moins, cela a-t-il le mérite de réactiver, peu ou prou, notre esprit critique. On vous l’a dit, DAU n’a pas finit de faire parler. Mais chut ! Vous êtes toujours sur écoute…

Sarah Meneghello

À découvrir sur Artistik Rezo :

DAU – Le projet artistique le plus intrigant de 2019, article de Clara Journo

Articles liés

Claire Laffut : « la création, finalement, c’est un élan »
Musique
147 vues
Musique
147 vues

Claire Laffut : « la création, finalement, c’est un élan »

Le chant et la musique, mais aussi la peinture, le dessin, la direction artistique (de ses clips, notamment), etc. On ne compte plus les talents de Claire Laffut. Toutes ces disciplines, l’artiste de 25 ans les maîtrise aussi bien...

Petits crimes entre amis au Théâtre La Boussole
Agenda
65 vues
Agenda
65 vues

Petits crimes entre amis au Théâtre La Boussole

Un véritable ami, c’est celui qui nous aide… même quand on vient de tuer quelqu’un ! Du moins, c’est ce qu’on dit. Mais que se passe-t-il quand on essaie de vérifier ? Trois amis d’enfance vont passer une soirée...

Festival d’Avignon 2019 : le OFF engagé et citoyen !
Agenda
316 vues
Agenda
316 vues

Festival d’Avignon 2019 : le OFF engagé et citoyen !

Créé en 1947 par Jean Vilar, le festival d’Avignon s’est doté d’un festival “OFF” en 1966. Chaque année, la ville intra muros se transforme en un véritable foyer de la création théâtrale. Voici notre sélection des spectacles engagés de...