0 Shares 2148 Views

Komunuma, dédié à la création artistique

Sarah Meneghello 14 octobre 2019
2148 Vues
Komunuma-Romaniville-Fondation-Fiminco © Caroline Padlowski

Komunuma Fondation Fiminco © Caroline Padlowski

L’ensemble dédié aux arts, conçu par le promoteur Fiminco, dans le quartier de la ZAC de l’Horloge, à Romainville sera inauguré le 20 octobre. Il réunira de nombreux acteurs culturels, aussi bien publics que privés.

Ce site, baptisé Komunuma (« communauté » ou « commune » en espéranto), conçu par l’agence d’architectes Freaks, est situé à Romainville, dans les anciens laboratoires de Sanofi, bâtis en 1930 et inutilisés depuis plus de cinq ans. Ce nouveau quartier culturel va dynamiser la Seine-Saint-Denis, décidément de plus en plus Arty.

Occupant plus de la moitié du site (11.000 mètres carrés), la Fondation Fiminco y gère une résidence annuelle pour 18 artistes, ainsi qu’un espace d’exposition. Créé en 2017, celle-ci incarne les missions de Groupe Fiminco de soutien à la création contemporaine et d’accès de tous à la culture, au plus près des dynamiques sociales et culturelles du Grand Paris. L’implantation à Romainville traduit la volonté de construire des liens entre la création et le territoire. Projets portés par les artistes en résidence, expositions et rencontres devraient contribuer à un maillage serré avec les institutions, associations, communautés, chercheurs, publics et habitants de Seine-Saint-Denis.

Fondation Fiminco:Freaks architect

© Fondation Fiminco Freaks Architects Komunuma

Outre deux studios de danse et un auditorium, la Fondation Fiminco accueille cinq galeries parisiennes (Air de Paris, Galerie Sator, Galerie Jocelyn Wolff et In Situ fabienne leclerc) et l’association Jeune Création, laquelle présentera d’ailleurs la 69e édition de Jeune Création, l’événement phare de l’association, du 7 au 18 décembre dans l’espace de la Chaufferie. Soit une soixantaine d’artistes exposés, d’événements associés mettant l’accent sur la performance, la vidéo, la photographie et des programmes de discussions. Un paysage subjectif de la scène artistique émergente, à travers les projets originaux d’une sélection d’artistes internationaux.

2 000 m2 pour le FRAC Ile-de-France

Les 1 600 œuvres du fonds régional d’art contemporain d’Ile-de-France vont enfin avoir des réserves adaptées. Depuis la naissance de celui-ci, en 1982, elles étaient jusque-là disséminées dans des lieux de stockage en location. Et le FRAC enrichit sa collection d’une trentaine d’œuvres chaque année.

Toutefois, le FRAC conserve le Plateau, son lieu d’exposition situé dans le 19e arrondissement, car seulement une partie (moins de 700 m2) sera désormais accessible au public, fin 2020, sur un espace réduit et de façon « brute ». Son directeur, Xavier Franceschi, souhaite également donner à voir le travail fait avec la collection, les métiers qui l’entourent, les déplacements des œuvres.

En prélude à l’inauguration de son nouveau bâtiment en 2020, l’artiste monégasque Michel Blazy présentera une grande installation immersive et participative : Sculpcure : bar à oranges, 2009. De véritables architectures peuplées, des microcosmes.

Sarah Meneghello

Articles liés

Le cinéma Mashup de Julien Lahmi : entre cri d’amour et geste punk
Cinéma
123 vues

Le cinéma Mashup de Julien Lahmi : entre cri d’amour et geste punk

Au croisement du 7ème Art et du numérique, à l’origine de mariages insolites entre images et sons issus de la Pop Culture, se trouve le cinéma Mashup. Décryptage de cette pratique de “seconde main” aux côtés de Julien Lahmi,...

Philippe Leloup : “L’aventure musicale, c’est aussi tout seul.”
Musique
140 vues

Philippe Leloup : “L’aventure musicale, c’est aussi tout seul.”

Rencontre avec un musicien qui nous fait vibrer entre musique classique et musique jazz, et qui nous ouvre les rideaux sur les mystères de la composition. Quelle a été ta rencontre avec la musique classique ? La rencontre c’est...

Une goutte d’eau dans un nuage – ParisOFFestival
Agenda
110 vues

Une goutte d’eau dans un nuage – ParisOFFestival

Petit voyage théâtral sonore et délicat à travers une mousson d’été. C’est l’histoire vraie d’une jeune femme qui s’expatrie à Saïgon et l’histoire des imaginaires qui l’entourent. La sensualité des paysages de Marguerite Duras et la violence ; celle de...