0 Shares 1550 Views

Nelly Lacoste : « Si l’on part du réel, chaque photographe en livre une interprétation différente »

Flora Rosset 14 décembre 2018
1550 Vues

© Tastuo Suzuki

Rencontre avec Nelly Lacoste, galeriste de Meeting Art Point, qui représente entre autres, Tastuo Suzuki et Haruna Sato. Ce sont deux photographes japonais qui expriment deux visions différentes de la ville de Tokyo sur le thème de la rue.

Quel est votre lien avec le Japon ?

J’ai vécu au japon en deux temps : d’abord, pour suivre une formation de danse contemporaine ; ensuite dans le cadre universitaire, pour une recherche sur la presse japonaise. J’aime beaucoup ce pays.  Quand je suis rentrée en France, j’ai travaillé plutôt dans l’image, la photo et dans une agence de pub et j’ai alors un peu perdu le lien avec le Japon. J’ai eu envie de le recréer via la photographie.

J’ai cherché des photographes dont le travail m’intéressait. J’ai ensuite monté une exposition qui s’appelait Tokyo Now , en octobre 2017, avec six photographes, dont trois découverts sur Internet et trois autres grâce à des livres. J’ai alors décidé d’en représenter certains, dont Tastuo Suzuki et Haruna Sato. J’ai commencé à monter cette nouvelle expo avec l’idée de faire une sorte de cycle, de trilogie sur Tokyo, avec différentes visions de la ville : la rue, l’architecture et les gens. Je souhaite aussi montrer que sur un même territoire, c’est-à-dire la ville de Tokyo, il existe des regards variés, des interprétations différentes.

La photographie n’est jamais un reflet littéral du réel, mais toujours une interprétation du réel. Si l’on part du réel, chaque artiste en livre une interprétation différente, et c’est vraiment cela qui me plaît dans la photo.

Pouvez-vous nous parler des photographes Tastuo Suzuki et Haruna Sato que vous avez exposés à fotofever en novembre dernier ?

Ils ont tous les deux travaillé sur le thème de la rue à Tokyo, mais avec deux visions assez différentes. Chez Tastuo Suzuki, on sent que son objectif est de capter l’énergie et le chaos de la ville avec une sorte de brutalité. Il travaille régulièrement à Shibuya, quartier qui est tout le temps éveillé. Il s’intéresse à cet espèce de flux, cette ébullition humaine permanente de Tokyo.

© Tastuo Suzuki

Quant à Haruna Sato, elle aborde la photographie d’une manière plus discrète, en prenant une certaine distance par rapport à son sujet. L’être humain dans la ville semble un petit peu isolé et prend l’aspect d’une silhouette.  Pour sa série le premier jour du mois, par exemple, elle photographie chaque premier du mois, quoi qu’il arrive, où qu’elle soit. C’est une manière de donner de l’attention sur des faits, des situations ou des éléments graphiques que l’on ne voit pas d’habitude, une manière d’apporter de l’attention aux petits riens du quotidien.

© Haruna Sato

Ces deux photographes utilisent beaucoup le noir et blanc. Comment expliquez-vous cela ?

Dans une interview, Tastuo Suzuki expliquait que le noir et blanc correspondait à son ressenti par rapport à la ville,  à son état psychologique et à ce qu’il souhaite transmettre.

Pour Haruna Sato, le noir et blanc permet de mettre une distance avec le réel. Mais parfois elle utilise aussi la couleur, comme dans sa série Tokyo Action que j’avais exposée. D’ailleurs, elle travaille avec l’argentique et développe elle-même ces photos.

© Haruna Sato

À quoi êtes-vous particulièrement sensible dans leurs photos ?

Dans le travail d’Haruna Sato, j’apprécie l’importante présence de lignes graphiques mais sans que le résultat paraisse trop maniéré. Chez Tastuo Suzuki, une certaine spontanéité. Au milieu d’un flux constant, il parvient à capter un instant éphémère, fugitif. Et ça, c’est magique !

 

Propos recueillis par Flora Rosset

 

Site internet de la galerie

À découvrir sur Artistik Rezo :

Paris capitale mondiale de la photographie, de Sarah Meneghello

 

Articles liés

Ce week-end à Paris… du 22 au 24 novembre
Art
111 vues

Ce week-end à Paris… du 22 au 24 novembre

De l’art, du cinéma, du théâtre, de la musique… L’équipe Artistik Rezo vous a prévu un programme pour ces quatre univers que nous chérissons… Dépêchez-vous, ça commence ce soir ! Vendredi 22 novembre Venez vernir Ismaël Joffroy Chandoutis à...

Festival de l’imaginaire 2019 : Donghaean Byeolsingut
Agenda
38 vues

Festival de l’imaginaire 2019 : Donghaean Byeolsingut

Retrouvez cette 23e édition du Festival de l’imaginaire du 10 octobre au 31 décembre à Paris, en Seine-Saint-Denis, mais aussi à Lyon ou en Bretagne. Le Festival de l’Imaginaire offre une scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain,...

Au Musée d’Orsay, « Degas à l’Opéra »
Art
87 vues

Au Musée d’Orsay, « Degas à l’Opéra »

Edgar Degas était bien plus que « le peintre des danseuses ». Ses tableaux font vivre un univers entier, de la danse aux musiciens, chanteurs, abonnés… La passion du peintre pour ce monde se raconte au Musée d’Orsay en...